Accueil Société

Quand le Kazakhstan envoyait ses barbouzes traquer une opposante à Bruxelles

Réfugiée politique, Bota Jardemalie a été espionnée en 2014-2015. Quatre ans de prison sont requis contre trois hommes, dont deux ex-agents de la Stasi.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 6 min

Ils s’appellent Jörg, Hans et Vitaly. Deux Allemands, ex-agents de la Stasi est-allemande, et un Russe de 65, 70 et 54 ans. Trois hommes soupçonnés d’avoir été les affidés du régime kazakh dans nos contrées. Leur mission : trouver, en vue vraisemblablement de faire enlever, « Boris » sur le territoire belge.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Nicolay Jean-marie , mercredi 6 novembre 2019, 10:50

    Il y a Kazakhs et Kazakhs... Notamment Chodiev qui on a accordé en vitesse la nationalité belge...

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs