Formation fédérale: Paul Magnette nommé informateur par le Roi

Formation fédérale: Paul Magnette nommé informateur par le Roi
Belga

Le roi Philippe a désigné mardi en début de soirée le président du PS, Paul Magnette, en tant qu’informateur, marquant ainsi une nouvelle étape dans la recherche d’une majorité pour le gouvernement fédéral.

« Sa Majesté le Roi a pris acte des conclusions des préformateurs Geert Bourgeois et Rudy Demotte qui constatent que les bases pour engager une phase de formation sont insuffisantes. Le Roi a mis fin à la mission des préformateurs », a indiqué le Palais royal dans un communiqué.

La N-VA sur la formation fédérale : « Sur quelle planète vit Paul Magnette ? »

Alors qu’il en était au stade de la préformation, le processus royal retourne donc au stade de l’information, une mission qu’avaient remplie pendant quatre mois Didier Reynders (MR) et Johan Vande Lanotte (SP.A). Paul Magnette fera rapport au chef de l’État le 18 novembre.

Un délai serré

Pour la première fois, un seul chargé de mission est désigné et, pour la première fois, il s’agit d’un président de parti, en l’occurrence le PS, première formation politique francophone. Le délai attendu pour fournir un rapport est serré : 13 jours, soit le délai le plus court depuis la mise en branle du processus de formation d’un gouvernement fédéral à l’issue des élections du 26 mai. M. Magnette n’a pas communiqué jusqu’à présent la façon dont il allait travailler ni les partis qu’il consultera.

Après les tentatives infructueuses de constituer un gouvernement « autour » du PS et de la N-VA, il est vraisemblable que M. Magnette va tenter de mettre sur pied un attelage sans la N-VA. Le nouvel homme fort des socialistes francophones a rappelé encore lundi à quel point son parti était éloigné du programme des nationalistes flamands, particulièrement à propos de l’avenir des institutions belges et de la sécurité sociale.

Arithmétiquement, une coalition « arc-en-ciel » rassemblant les socialistes, les écologistes et les libéraux, auxquels se joindrait éventuellement le CD&V, dispose d’une majorité à la Chambre mais pas dans le groupe linguistique néerlandophone. Or, tant pour le CD&V que l’Open Vld, cet obstacle n’est pas surmontable pour le moment. Qui plus est, ces deux partis se sont alliés à la N-VA pour constituer le gouvernement flamand.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20150129-37L6LD 2015-01-29 10:05:39

    Banque: un accès au cash toujours plus complexe

  2. Joachim Coens et Georges-Louis Bouchez.

    Bouchez-Coens: deux novices pour sortir de la crise politique

  3. Pour les sénateurs démocrates comme Elizabeth Warren, il faut que la procédure s’achève vite pour leur permettre de faire leur campagne pour les primaires de leur parti.

    Chefs d’accusation contre Trump: pourquoi les démocrates sont pressés d’en finir

La chronique
  • Vincent de Coorebyter: «La grande misère du choix électoral»

    Le point qui a le plus surpris dans l’interview que Marc Uyttendaele et moi-même avons donnée au Soir le 23 novembre est apparemment la perspective d’organiser un référendum sur le cadre institutionnel de la Belgique.

    De fait, il y avait de quoi être surpris. Je ne suis pas un partisan déclaré du référendum, et je me rappelle fort bien Marc Uyttendaele, en 1993, s’opposant farouchement, comme Xavier Mabille, à l’idée de demander au peuple de se prononcer sur le cadre fédéral dans lequel basculait officiellement la Belgique à l’époque.

    Je ne veux pas revenir, ici, sur le référendum en tant que tel, qui est à mes yeux un procédé de la dernière chance en...

    Lire la suite

  • Le grand fossé de l’impeachment, dans l’Amérique de Trump

    Montez ! Sautez dans le traîneau des esprits de Noël, et laissez-vous mener par-delà les villes et les champs, pour entrer dans les chaumières et prendre le pouls des foyers américains ! Cette radioscopie à la Dickens, dont rêvent tous les sondeurs depuis l’élection surprise de Donald Trump en 2016, ne vous réjouirait guère : jamais depuis la guerre de Sécession (1861-1865), nos cousins n’ont été plus divisés, ne se sont ainsi entre-déchirés, au point de reconsidérer, de plus en plus fréquemment, leur participation au sacro-...

    Lire la suite