La Belgique et les Pays-Bas se disputent une centrale néerlandaise

La Belgique et les Pays-Bas se disputent une centrale néerlandaise
Belga

La ministre fédérale de l’Energie Marie Christine Marghem (MR) a reçu une lettre courroucée de son homologue néerlandais Eric Wiebes, dans laquelle il s’oppose à ce que la centrale de Maasbracht (Pays-Bas), actuellement à l’arrêt, serve à l’avenir à alimenter exclusivement la Belgique en électricité, rapporte le quotidien De Morgen mardi. La centrale, d’une capacité de 1.304 mégawatts, soit l’équivalent de la consommation de trois millions de foyers, se situe à proximité de la frontière belgo-néerlandaise à Maasbracht, aux Pays-Bas. Son propriétaire, le groupe énergétique RWE, et la société limbourgeoise Nuhma ont déjà fait part de leur projet de déployer, d’ici 2020, une ligne à haute tension souterraine pour relier la centrale au réseau belge.

Mais c’était sans compter le refus du gouvernement néerlandais qui, pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre prévoit de fermer ses centrales au charbon d’ici 2030, et aura donc besoin d’alternatives pour assurer sa sécurité d’approvisionnement en cas d’absence de soleil ou de vent.

Les discussions vont se poursuivre

La Belgique cherche, elle, à augmenter ses capacités en raison de la fermeture programmée des centrales nucléaires en 2025. Pour compenser le besoin d’électricité supplémentaire, la ministre de l’Energie Marie Christine Marghem a mis en place un mécanisme de rémunération de la capacité (CRM) qui prévoit un système de soutien aux centrales au gaz afin de stimuler leur construction et d’assurer une alimentation électrique continue.

Dès 2021, des entreprises privées pourront participer aux appels d’offres publics. La centrale de Maasbracht figurait en bonne place puisqu’elle avait un avantage sur les potentiels concurrents qui devaient encore construire leur centrale. Il ne restait plus qu’à la relier au réseau belge. « Maasbracht était une option pour nous, mais seulement si elle était exclusivement reliée à la Belgique », commente le porte-parole de la ministre Marghem, selon qui les discussions se poursuivront avec le ministre néerlandais Eric Wiebes.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10838727-107

    La Une choquante du Corriere dello Sport sur Lukaku: gratuit et attiseur de haine

  2. B9721767720Z.1_20191130001105_000+G4NF11L67.2-0

    Philippe Close sur le chaos à Bruxelles: «Du monde dans le centre-ville? Une bonne nouvelle!»

  3. Image=d-20191022-3WTRV1_high

    Dossier «de la pergola»: le parquet renonce à poursuivre Stéphane Moreau et Bernard Thiry

La chronique
  • L’éclipse du soft power américain

    Samedi dernier, le New York Times a répondu sèchement au gouvernement chinois, qui avait traité de fake news les informations que le journal avait publiées sur la persécution des minorités musulmanes dans le Xinjiang, alors que ces révélations, accablantes, étaient fondées sur des documents internes du régime. Habituellement très pondéré, l’éditorialiste n’a pas hésité à faire le parallèle avec l’époque nazie, « lorsque Hitler parlait de la Lügenpresse, la presse menteuse, pour discréditer le journalisme indépendant ».

    Sa cible réelle, toutefois, était Donald Trump, accusé d’user et d’abuser de l’expression fake news pour vilipender les médias qui le dérangent, au risque de servir d’alibi aux régimes autoritaires qui verrouillent l’information. « Quand un président américain attaque la presse indépendante, les despotes s’empressent de l’imiter », notait le journal, en évoquant une kyrielle de pays, de la Russie au Burundi, qui ont trouvé dans le spectre des fake news une justification très commode de leurs attaques contre les médias...

    Lire la suite

  • La participation au secours de la démocratie

    La démocratie n’est plus une évidence. Accablée de toutes les impuissances du monde, elle ne s’impose plus comme un système légitime et efficace. Boucs émissaires : les élus, en lesquels les électeurs ont de moins en moins confiance. C’est donc la démocratie représentative qui semble en crise. Et la démocratie participative qui semble l’issue.

    Réconciliera-t-on le citoyen avec la politique en l’y intégrant ? C’est le pari de celles et ceux qui multiplient les initiatives de participation...

    Lire la suite