Assistants d’eurodéputés: Bayrou, Sarnez et Goulard convoqués en vue d’une mise en examen

Assistants d’eurodéputés: Bayrou, Sarnez et Goulard convoqués en vue d’une mise en examen
AFP

François Bayrou, Marielle de Sarnez et Sylvie Goulard sont convoqués en décembre en vue d’une éventuelle mise en examen dans l’affaire des emplois présumés fictifs des assistants d’europarlementaires MoDem, ont indiqué mardi à l’AFP des sources proches du dossier. Au total, une quinzaine de personnes – eurodéputés, assistants parlementaires et cadres du parti – ont été convoquées par les juges du pôle financier du tribunal de Paris, qui enquêtent depuis juillet 2017 sur cette affaire, ont précisé ces sources, confirmant une information du Monde.

Les juges Charlotte Bilger, Bénédicte de Perthuis et Patricia Simon cherchent à déterminer si des collaborateurs parlementaires du MoDem ont été rémunérés par les fonds publics du Parlement européen alors qu’ils étaient en réalité affectés à d’autres tâches pour le parti centriste.

Le président du MoDem François Bayrou doit être entendu le 6 décembre, a précisé à l’AFP l’une des sources proches du dossier. Les auditions de Marielle de Sarnez, numéro deux du parti centriste, et Sylvie Goulard, eurodéputée de 2009 à 2017, sont prévues la première semaine de décembre, précise Le Monde.

« Je sais que les accusations sont infondées »

« Ce n’est pas parce qu’il y a une convocation qu’il y aura une décision de mise en examen », a rappelé François Bayrou, interrogé par La République des Pyrénées, en estimant que ces convocations s’inscrivaient dans « la suite normale de la procédure ». « Je sais que les accusations sont infondées et que les assistants travaillaient pour les députés européens (…). L’important c’est de pouvoir prouver ce que l’on avance. La réalité, cela se prouve et nous avons bien l’intention de le faire », a-t-il ajouté.

L’ouverture d’une enquête préliminaire du parquet de Paris, en juin 2017, avait entraîné la démission de M. Bayrou du poste de ministre de la Justice, de même que celles de Marielle de Sarnez du poste de ministre des Affaires européennes et de Sylvie Goulard du poste de ministre des Armées.

Deux ans plus tard, cette affaire -ainsi que son rôle de conseillère pour un think tank américain- a également coûté à Sylvie Goulard sa place dans la nouvelle Commission européenne, le 10 octobre. Mme Goulard avait accepté cet été de rembourser au Parlement européen 45.000 euros correspondant à huit mois de salaire d’un de ses assistants, Stéphane Thérou, pour lequel elle n’avait pas pu fournir « de preuve de travail ». Le 30 août, le Parlement européen avait clos cette affaire pour son cas.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. FILES-CRASH-HELICOPTER-KOBE-BRYANT (2)

    Décès de Kobe Bryant: le Black Mamba ne mordra plus

  2. Il y a une semaine, Georges-Louis Bouchez offrait des fleurs au Roi Philippe, pour l’anniversaire de Mathilde.

    Coalition fédérale: Magnette recale l’idée d’un duo royal avec De Wever

  3. 83090060_855752328196826_8677988821796651008_n

    Brexit: il y a 47 ans, les Britanniques rejoignaient les Européens sans fanfare

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Vraiment, nous vivons en de sombres temps

    Auschwitz, il y a 75 ans. Si une angoisse particulière s’ajoute cette fois, c’est que cette commémoration a des allures de paratonnerre. Comme si, en dénonçant à nouveau les horreurs innommables que des hommes ont pu faire subir à d’autres hommes, on tentait de conjurer le sort pour, si pas le présent, du moins un futur peut-être proche.

    « J’aimerais pouvoir assurer que nous, les Allemands, avons appris de l’Histoire une fois pour toutes. Mais je ne peux dire cela alors que la haine se répand....

    Lire la suite