Assistants d’eurodéputés: Bayrou, Sarnez et Goulard convoqués en vue d’une mise en examen

Assistants d’eurodéputés: Bayrou, Sarnez et Goulard convoqués en vue d’une mise en examen
AFP

François Bayrou, Marielle de Sarnez et Sylvie Goulard sont convoqués en décembre en vue d’une éventuelle mise en examen dans l’affaire des emplois présumés fictifs des assistants d’europarlementaires MoDem, ont indiqué mardi à l’AFP des sources proches du dossier. Au total, une quinzaine de personnes – eurodéputés, assistants parlementaires et cadres du parti – ont été convoquées par les juges du pôle financier du tribunal de Paris, qui enquêtent depuis juillet 2017 sur cette affaire, ont précisé ces sources, confirmant une information du Monde.

Les juges Charlotte Bilger, Bénédicte de Perthuis et Patricia Simon cherchent à déterminer si des collaborateurs parlementaires du MoDem ont été rémunérés par les fonds publics du Parlement européen alors qu’ils étaient en réalité affectés à d’autres tâches pour le parti centriste.

Le président du MoDem François Bayrou doit être entendu le 6 décembre, a précisé à l’AFP l’une des sources proches du dossier. Les auditions de Marielle de Sarnez, numéro deux du parti centriste, et Sylvie Goulard, eurodéputée de 2009 à 2017, sont prévues la première semaine de décembre, précise Le Monde.

« Je sais que les accusations sont infondées »

« Ce n’est pas parce qu’il y a une convocation qu’il y aura une décision de mise en examen », a rappelé François Bayrou, interrogé par La République des Pyrénées, en estimant que ces convocations s’inscrivaient dans « la suite normale de la procédure ». « Je sais que les accusations sont infondées et que les assistants travaillaient pour les députés européens (…). L’important c’est de pouvoir prouver ce que l’on avance. La réalité, cela se prouve et nous avons bien l’intention de le faire », a-t-il ajouté.

L’ouverture d’une enquête préliminaire du parquet de Paris, en juin 2017, avait entraîné la démission de M. Bayrou du poste de ministre de la Justice, de même que celles de Marielle de Sarnez du poste de ministre des Affaires européennes et de Sylvie Goulard du poste de ministre des Armées.

Deux ans plus tard, cette affaire -ainsi que son rôle de conseillère pour un think tank américain- a également coûté à Sylvie Goulard sa place dans la nouvelle Commission européenne, le 10 octobre. Mme Goulard avait accepté cet été de rembourser au Parlement européen 45.000 euros correspondant à huit mois de salaire d’un de ses assistants, Stéphane Thérou, pour lequel elle n’avait pas pu fournir « de preuve de travail ». Le 30 août, le Parlement européen avait clos cette affaire pour son cas.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20150129-37L6LD 2015-01-29 10:05:39

    Banque: un accès au cash toujours plus complexe

  2. Joachim Coens et Georges-Louis Bouchez.

    Bouchez-Coens: deux novices pour sortir de la crise politique

  3. Pour les sénateurs démocrates comme Elizabeth Warren, il faut que la procédure s’achève vite pour leur permettre de faire leur campagne pour les primaires de leur parti.

    Chefs d’accusation contre Trump: pourquoi les démocrates sont pressés d’en finir

La chronique
  • Vincent de Coorebyter: «La grande misère du choix électoral»

    Le point qui a le plus surpris dans l’interview que Marc Uyttendaele et moi-même avons donnée au Soir le 23 novembre est apparemment la perspective d’organiser un référendum sur le cadre institutionnel de la Belgique.

    De fait, il y avait de quoi être surpris. Je ne suis pas un partisan déclaré du référendum, et je me rappelle fort bien Marc Uyttendaele, en 1993, s’opposant farouchement, comme Xavier Mabille, à l’idée de demander au peuple de se prononcer sur le cadre fédéral dans lequel basculait officiellement la Belgique à l’époque.

    Je ne veux pas revenir, ici, sur le référendum en tant que tel, qui est à mes yeux un procédé de la dernière chance en...

    Lire la suite

  • Le grand fossé de l’impeachment, dans l’Amérique de Trump

    Montez ! Sautez dans le traîneau des esprits de Noël, et laissez-vous mener par-delà les villes et les champs, pour entrer dans les chaumières et prendre le pouls des foyers américains ! Cette radioscopie à la Dickens, dont rêvent tous les sondeurs depuis l’élection surprise de Donald Trump en 2016, ne vous réjouirait guère : jamais depuis la guerre de Sécession (1861-1865), nos cousins n’ont été plus divisés, ne se sont ainsi entre-déchirés, au point de reconsidérer, de plus en plus fréquemment, leur participation au sacro-...

    Lire la suite