Formation fédérale: «C’est 1-0 pour la N-VA» (revue de presse flamande)

Paul Magnette
Paul Magnette - Photo News

Le Roi Philippe a nommé Paul Magnette comme informateur. Le président du parti socialiste va certainement explorer la piste d’un gouvernement arc-en-ciel (le terme utilisé en Wallonie)/vert-violet (terme utilisé en Flandre).

Dirk Hendrikx écrit dans la Gazet van Antwerpen que Paul Magnette même s’il essaie de former un gouvernement sans la N-VA, le PS n’a pas de majorité pour avoir un gouvernement de gauche. On ne peut pas avancer sans compromis, constate le journal qui évoque aussi la possibilité d’un retour aux urnes. En Espagne écrit le journal, il existe un système de nouvelles élections en cas de blocage. Ce dimanche, les Espagnols vont aller voter pour la quatrième fois...

Het Belang van Limburg estime que le PS a ce qu’il voulait, la possibilité d’une coalition verte-viollette (avec les écologistes et les libéraux). Il est difficile de former un gouvernement avec la N-VA qui met toujours le communautaire sur la table, écrit Timmie van Diepen. Le scénario « jaune-violet » c’est-à-dire le PS avec la N-VA sera un scénario d’urgence, de dernière nécessité. Le talon d’Achille n’est pas en Wallonie mais en Flandre où aucune majorité n’est possible sans la N-VA.

La Flandre demande une politique de droite socio-économique. Le CD&V et l’Open VLD vont-ils oser franchir le pas de monter au gouvernement sans la N-VA au risque de creuser leur tombe s’interroge Het Belang van Limburg.

Dans Het Niewsblad, Peter Mijlemans abonde dans le même sens que Het Belang van Limburg, le PS est le seul parti nécessaire pour former une majorité au fédéral. Le hic c’est qu’un gouvernement sans la N-VA n’a pas la majorité en Flandre. Et si l’Open VLD et le CD&V montent au fédéral avec le PS, ce sera une majorité faible. Si cette coalition fédérale échoue alors on sera obligé de se retrouver avec la N-VA. L’éditorialiste estime d’ailleurs que la N-VA sort gagnante. C’est 1-0 pour la N-VA qui peut regarder et faire porter sur les autres partis la responsabilité d’un échec en cas de non-gouvernement. Het Niewsblad salue au passage le Roi Philippe qui a le courage de faire avancer les choses contrairement aux politiques.

Pour De Standaard, c’est l’Open VLD et le CD&V qui ont les cartes en main. Choisir le séparatisme avec la N-VA ou venir à la table des négociations et se concentrer sur la politique socio-économique du pays.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191015-3WNJFK 2019-10-15 15:16:54

    Mobilité: la voiture cède lentement du terrain

  2. Sven Gatz ne voit pas le Multilinguisme comme un lot de consolation. Bien au contraire. «
Je voulais ce portefeuille
!
»

    Sven Gatz au «Soir»: «Bruxelles est une Région trilingue, multilingue»

  3. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • PS et N-VA: casa Kafka

    Et donc voilà Paul Magnette qui reprend cet après-midi le chemin du palais royal. Après des mois utilisés par d’autres à « dégager le terrain » – une manière cosmétique d’occuper le vide –, le président du PS a fait le boulot. Il pourrait même ne pas venir les mains vides : il aura à tout le moins essayé un scénario qui aurait sorti le pays de la crise et d’une transition en affaires courantes de moins en moins légitime démocratiquement. Il aurait produit un gouvernement. Ric-rac, mais un gouvernement....

    Lire la suite