Accueil Opinions Chroniques

Résistance et collaboration: réconcilier la Flandre avec elle-même...

Sur la chaîne flamande Canvas, la diffusion de la série « Kinderen van het verzet » (« Les enfants de la résistance ») succède à celle de « Kinderen van de collaboratie » (« Les enfants de la collaboration »). Aujourd’hui encore, la Flandre reste hantée par les fantômes de ses traitres et de ses héros de la Deuxième Guerre mondiale.

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 6 min

Papa chéri, ta petite fille te pleure. Elle est fière de toi. Mariette. » Cette petite prière des morts peut être lue sur une plaque, décorée de fleurs en plastique, près de la tombe du héros de guerre Constant Van Daelen. C’est l’une des 366 tombes de « L’Enclos des Fusillés », qui n’est séparée du « jardin » de la VRT (et de la RTBF) que par une clôture. Les deux chaînes de télévision ont construit, dans les années soixante, leur bâtiment commun sur les terrains du Tir National. Durant les deux Guerres mondiales, le Tir National fut réquisitionné par les forces allemandes, pour y fusiller les résistants. « L’Enclos des Fusillés » à Schaerbeek est devenu leur lieu de commémoration.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Bricourt Noela, jeudi 7 novembre 2019, 10:04

    Dans les années soixante le sud de la Belgique écoutait fréquemment le jt de TF1, seule chaine française à l'époque et entendait les discours de de Gaulle qui parlait surtout de la France résistante pour souder son pays et sans évoquer la collaboration en France . Et le sud de la Belgique a pensé que c'était la même chose pour lui. Quant au nord de la Belgique, il n'a pas eu cette échappatoire et une partie de ses habitants a sans doute continué à ruminer les vieux souvenirs de guerre. Par la suite, certains politiciens de part et d'autre du pays, profitant de ce que les langues étaient différentes ont eu facilement la possibilité d'utiliser les frustrations des uns et des autres alimentant les malentendus.

  • Posté par Deckers Björn, jeudi 7 novembre 2019, 13:34

    Petite rectification historique si vous le voulez bien. Dans les années 60, il n'y avait qu'une chaine publique en France, c'était l'ORTF ;p) Pour le reste, je suis assez d'accord avec vous et avec la note d'Ivan de Vadder aussi. En s'enfermant dans la complainte des collabos, la Flandre a tout autant que la Flandre choisi une fiction, mais au moins celle de la France (quitte à tordre la réalité) était une fiction positive, quand la Flandre a opté en dépit du bon sens pour une fiction négative et funeste.

  • Posté par Bricourt Noela, jeudi 7 novembre 2019, 8:21

    En France c'est la stratégie du génie qu'était le Général de Gaulle qui a évité la guerre civile après la deuxième guerre mondiale.

Aussi en Chroniques

Chronique Carta Academica: Peut-on parler calmement des institutions?

Tous les samedis, « Le Soir » publie la chronique d’un ou plusieurs membres de Carta Academica. Cette semaine : la « désinstitutionnalisation » telle que l’entend l’article 19 de la Convention onusienne relative aux droits des personnes handicapées est-elle applicable et souhaitable en toute circonstance ?

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs