Formation fédérale: la N-VA n’exclut pas le dialogue

La N-VA guette la réaction du CD&V et de l’Open VLD depuis que le président du PS, Paul Magnette, a été désigné informateur par le Roi. Les nationalistes sont clairs : un gouvernement arc-en-ciel ne sera pas bon pour la Flandre, les clés sont entre les mains des libéraux et chrétiens-démocrates flamands.

Interrogée sur les ondes de la VRT, la députée Valerie Van Peel (N-VA) ne se dit pas étonnée par le choix du chef de l’Etat. Elle rappelle le message envoyé par M. Magnette lundi soir sur les plateaux de télévision. « Il n’y avait pas de disposition à faire un compromis sur le programme du PS, il y a une possibilité de faire une coalition arc-en-ciel (socialistes, libéraux, écologistes et, éventuellement, le CD&V) et le PS est le seul parti incontournable pour une coalition fédérale », a-t-elle expliqué. Il est donc logique, à ses yeux, que le PS puisse essayer sa formule.

L’arc-en-ciel, même complété par le CD&V, n’est « absolument pas une bonne chose » pour la Flandre, estiment les nationalistes.

« Cela signifie surtout des cadeaux du côté francophone et la facture du côté flamand. Ce n’est pas ce dont la Flandre a besoin. Il faudra voir si le CD&V et l’Open VLD envoient le même signal », a ajouté la députée.

La N-VA se dit néanmoins toujours prête au dialogue. « Nous n’excluons rien mais le débat devra alors être mené différemment de ce qui s’est passé jusqu’à présent », a averti Mme Van Peel.

Le CD&V a rappelé une nouvelle fois qu’il privilégiait une formule impliquant la N-VA. Malgré cela, il voit d’un bon œil que le Roi ait maintenu toutes les options et que, dès lors, l’informateur consulte les huit partis impliqués jusqu’à présent dans le processus, à savoir les socialistes, les libéraux, les écologistes, la N-VA et le CD&V.

L’un des obstacles à une majorité arc-en-ciel est l’absence de majorité dans le groupe linguistique flamand de la Chambre, même avec l’appoint du CD&V.

« Une majorité du côté néerlandophone est souhaitable mais elle n’est pas indispensable. Sous la précédente législature, nous avons mené l’opposition sur le contenu des politiques et non parce qu’il n’y avait pas de majorité du côté francophone. Le plus important, c’est qu’il y ait un gouvernement fédéral pour tous les Belges », a fait remarquer le chef de groupe à la Chambre, Kristof Calvo.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Patrick Dewael (Open-VLD), président de la Chambre, est l’un des noms qui circulent pour monter en première ligne.

    Négociations fédérales: qui va monter? Plusieurs noms circulent

  2. d-20191208-3XNE16 2019-12-08 09:11:53

    Le bulletin climatique de la Belgique continue à se dégrader

  3. Le succès des universités francophones est incontestable et la tendance s’inscrit dans le long terme.

    Enseignement supérieur: toujours plus d’étudiants dans les universités francophones

La chronique
  • La grande misère du choix électoral

    Le point qui a le plus surpris dans l’interview que Marc Uyttendaele et moi-même avons donnée au Soir le 23 novembre est apparemment la perspective d’organiser un référendum sur le cadre institutionnel de la Belgique.

    De fait, il y avait de quoi être surpris. Je ne suis pas un partisan déclaré du référendum, et je me rappelle fort bien Marc Uyttendaele, en 1993, s’opposant farouchement, comme Xavier Mabille, à l’idée de demander au peuple de se prononcer sur le cadre fédéral dans lequel basculait officiellement la Belgique à l’époque.

    Je ne veux pas revenir, ici, sur le référendum en tant que tel, qui est à mes yeux un procédé de la dernière chance en...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: l’insulte! Bon sang, mais c’est bien sûr!

    Mais comment n’y ont-ils pas pensé plus tôt ? Les conseillers du Roi avec leurs « Et que je vous sers le café. Et que je vous écoute patiemment »… et Paul Magnette qui fait des vidéos expliquant qu’il recherche « des solutions constructives pour tous, de Zeebruges à Arlon et d’Eupen à Mouscron », en français et en néerlandais ? Que dire des Vande Lanotte, Reynders, Bourgeois et Demotte engoncés dans de chics costumes pour faire honneur à la fonction ?

    ...

    Lire la suite