Restructuration chez Proximus: le personnel informé des propositions de la direction; quelques arrêts de travail

Les membres du personnel de Proximus sont actuellement informés des propositions de la direction de l’opérateur dans le cadre du plan de restructuration annoncé en janvier dernier et qui prévoit le licenciement de 1.900 travailleurs. Celui-ci est toujours en cours de négociation mais est sur le point d’être finalisé, selon une source syndicale. Cela a mené à quelques arrêts de travail au sein du personnel technique ou dans certains magasins mais l’impact est très limité, d’après l’entreprise semi-publique.

Début janvier, l’opérateur télécom avait annoncé sa volonté de se séparer de 1.900 personnes, principalement via des départs volontaires, dans le cadre d’un plan de transformation à trois ans. Après une phase d’information et de consultation des syndicats, les négociations sur le plan de restructuration ont pu débuter.

Les syndicats ont pu tenter d’y sauver un maximum d’emplois en faisant des propositions à la direction. Si ce processus n’est pas encore clôturé, il touche néanmoins à sa fin, selon Jean-Claude Philippon, président du groupe SLFP-Proximus. Une dernière réunion avec les médiateurs est prévue le 18 novembre, avant une commission paritaire le 27 novembre. C’est alors que les syndicats approuveront ou non les propositions de la direction, explique-t-il.

« Baisser au maximum le nombre d’emplois supprimés »

Ces dernières font cependant déjà l’objet, ces mardi et mercredi, de réunions d’information du personnel travaillant dans des services concernés par des suppressions d’emplois. L’une des mesures consiste notamment à permettre aux employés âgés de 58 ans à la fin 2020 de quitter l’entreprise tout en conservant 70 à 75 % de leur salaire. Selon le syndicaliste socialiste Bart Neyens (ACOD), 550 salariés sont éligibles. « C’est un plan datant de 2010 qui sera prolongé jusqu’à la fin de l’année prochaine », précise-t-il.

Ces sessions d’information du personnel ont mené à « quelques actions individuelles » dans certains magasins et services techniques, mais leur impact est très limité, selon Proximus. L’entreprise se refuse toutefois à confirmer les chiffres évoqués dans la presse faisant état de 1.300 licenciements au total (au lieu des 1.900 initialement annoncés) ou de 250 licenciements secs. Dans l’attente de la conclusion des discussions entre partenaires sociaux, elle se borne à répéter qu’elle a « toujours la volonté de baisser au maximum le nombre d’emplois supprimés ».

Sur le même sujet
Emploi
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    Anderlecht: lettre aux aveugles selon l’évangile de Saint-Vincent

  2. d-20181122-3PU9H0 2018-11-22 20:26:06

    Benoît Lutgen: «Les commémorations, ça rappelle ce qui s’est passé dans les années 30, et ce qui se passe aujourd’hui»

  3. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue à la crise fédérale: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite