Les scientifiques de l’UCLouvain contribuent à la conquête de la planète Mars

Les scientifiques de l’UCLouvain contribuent à la conquête de la planète Mars
EPA

L’Université catholique de Louvain (UCLouvain) a présenté mercredi plusieurs recherches menées par ses scientifiques, en rapport avec les missions futures vers la planète Mars. Le consortium Louvain4Space constitué il y a deux ans rassemble plus d’une centaine de chercheurs de différentes disciplines et parmi eux figurent notamment la spatiologue Véronique Dehant, responsable du développement d’un instrument qui permettra d’étudier le noyau de Mars et sera envoyé sur la planète rouge lors de la mission ExoMars 2020. Les antennes de cet instrument sont aussi « 100 % made in UCLouvain ».

Cette mission ExoMars est menée conjointement par l’Agence spatiale européenne (ESA) et l’agence spatiale russe. Elle consistera à envoyer sur Mars, en juillet 2020, une plateforme équipée de plusieurs instruments pour mener des expériences, ainsi qu’un robot (rover) pour prélever des échantillons de sol. Un des instruments de la plateforme sera LaRa (pour Lander Radioscience), dont Véronique Dehant est la responsable. Il a été validé par l’Agence spatiale russe et servira à déterminer si le noyau de Mars est solide ou liquide en analysant la rotation de cette planète.

LaRa est un transpondeur, qui reçoit et retransmet des signaux sur des fréquences différentes. Il permettra de mesurer l’effet Doppler (le décalage de fréquence d’une onde observé à l’émission et à la réception), ce qui servira à déterminer la vitesse relative de Mars par rapport à la terre, et donc sa rotation et son orientation dans l’espace. Les antennes équipant LaRa ont été développées et fabriquées pour l’ESA dans le laboratoire de Christophe Craeye, professeur à l’Ecole polytechnique de l’UCLouvain.

Des antennes produites à l’UCLouvain en trois mois seulement

Ces antennes (un réceptrice, deux émettrices et une antenne de réserve) devaient être à la fois très légères, solides et résistantes à des écarts de température de plus de 200 degrés. Elles ont été produites à l’UCLouvain en trois mois seulement à partir d’un seul bloc d’aluminium, ne dépassent pas la taille d’une main et pèsent 132 grammes.

D’autres recherches menées à l’UCLouvain contribuent à la conquête de Mars. Ainsi, le chercheur en ingénierie informatique Michael Saint-Guillain – participant à « UCLouvain to Mars » en 2018 – collabore avec la NASA au développement d’un outil informatique pour déterminer les plannings de mission les plus fiables et les plus rentables. Par ailleurs, les chercheurs Philippe Lefèvre et Jean-Louis Thonnard ont développé un équipement pour étudier l’adaptation du mouvement impesanteur. Ce set-up a été testé dans l’ISS par l’astronaute français Thomas Pesquet dès 2017, et est utilisé actuellement pour une expérience complète par deux astronautes qui séjournent à bord de l’ISS.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sven Gatz ne voit pas le Multilinguisme comme un lot de consolation. Bien au contraire. «
Je voulais ce portefeuille
!
»

    Sven Gatz au «Soir»: «Bruxelles est une Région trilingue, multilingue»

  2. d-20191015-3WNJFK 2019-10-15 15:16:54

    La voiture cède lentement du terrain

  3. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite