Europa League: «Ce match contre le Standard sera capital», insiste l’entraîneur de Francfort Adi Hütter

©Belga
©Belga

Adi Hütter, entraîneur de l’Eintracht Francfort, l’a répété à l’envi mercredi en conférence de presse. « Ce match contre le Standard sera capital », a lancé à plusieurs reprises le coach des ’Aigles’. Jeudi, le Standard et le club allemand s’affronteront à Sclessin (18h55) pour le compte de la 4e journée du groupe F de l’Europa League.

Large vainqueur du Bayern Munich (5-1) le week-end dernier en Bundesliga dans un match fatal à l’entraîneur bavarois Niko Kovac, l’Eintracht Francfort arrive en bord de Meuse dans les meilleures conditions. « Ce succès contre le Bayern a fait beaucoup de bien à la confiance des joueurs et de l’équipe mais le match contre le Standard n’aura rien à voir », a prévenu Hütter.

« Nous allons affronter une équipe très forte à la maison, qui joue dans un super stade. Je pense que le Standard va jouer de manière offensive, c’est pourquoi notre arrière-garde devra se montrer performante. Il faudra également profiter de chaque opportunité qui se présente à nous. Le Standard possède beaucoup de qualités et est bien meilleur que la saison dernière », a dit l’Autrichien de 49 ans, en ajoutant qu’il « aimait beaucoup le football belge pour sa belle dynamique actuelle ».

Gelson Fernandes a lui évoqué l’absence de ses supporters, punis par l’UEFA suite aux débordements à Guimaraes le 3 octobre (jets d’objets, fumigènes, stade endommagé et coup d’envoi retardé). « On va jouer pour eux afin d’obtenir le meilleur résultat possible », a dit l’international suisse. « C’est vrai qu’on a fait un très bon match contre le Bayern mais il faudra rééditer notre performance jeudi. Il faut surtout garder les pieds sur terre », a ponctué le milieu de terrain de 33 ans.

Après le partage entre le Vitoria Guimaraes et Arsenal (1-1) mercredi en match avancé, les Londoniens sont premiers du groupe avec 10 points. Suivent l’Eintracht (6), le Standard (3) et Guimaraes (1). Une défaite contre Francfort serait donc fatale aux troupes de Michel Preud’homme.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. belgaimage-160475252-full

    Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

  2. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe Gafa

  3. d-20081230-WAJAEW

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite