Le méga-projet qatari de centrales au gaz est abandonné

Le méga-projet qatari de centrales au gaz est abandonné
Photo News

La promesse d’investissement par le gestionnaire d’actifs BTK Luxembourg, représentant des intérêts qataris, n’est plus prise en compte par la centrale de Vilvorde, rapporte L’Echo jeudi. Le propriétaire de la centrale de Vilvorde a débranché la prise concernant la proposition de rachat du site formulée par le gestionnaire d’actifs BTK Luxembourg, représentant des intérêts qataris. Marc Segers, se présentant comme le directeur opérationnel de BTK, annonçait mi-mai vouloir construire quatre grosses centrales au gaz de 870 MW en Belgique.

«Nous n’avons plus de nouvelles de Marc Segers depuis des mois. Nous avons entamé les discussions avec d’autres investisseurs pour la reprise du site», annonce Guy Willemot, le directeur de la centrale de Vilvorde, qui appartient au trader bulgare Energy Market. «On considère l’offre formulée en mai dernier comme caduque», poursuit-il.

La proposition formulée par Marc Segers était rapidement apparue comme douteuse. Contacté à plusieurs reprises par le quotidien, l’intéressé reste, à l’heure actuelle, injoignable. Sur l’identité des autres investisseurs potentiels, Guy Willemot se refuse à donner des précisions pour l’instant.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190524-3U3PUF 2019-05-24 17:33:25

    Vie privée: les internautes ne sont pas prêts à se rebeller

  2. Le gouvernement Michel (la suédoise MR, N-VA, VLD, CD&V) était lourdement déséquilibré entre nord et sud
: les francophones, avec le seul MR, ne disposait que de 20 sièges sur 63.

    Un gouvernement minoritaire au Nord? Ce n’est pas une première

  3. A la veille du match entre l’AS Roma et l’Inter Milan, le journal italien Corriere dello Sport est au cœur d’une polémique avec cette « une ».

    Discriminations: «On ne peut parler de racisme sans parler des blancs»

La chronique
  • Manifestations monstres contre Macron en France: ce qu’il faut oser dire

    Il n’y aura pas eu de chaos. La plupart des trains étaient à l’arrêt ce jeudi et la majorité des écoles, fermées. Mais les Français avaient anticipé ce « black thursday ». Si bien que le « mur du 5 décembre » n’a pas été érigé aussi haut que prévu.

    Emmanuel Macron aurait pourtant tort de considérer la partie gagnée. La mobilisation était très importante dans les manifestations. Et ce n’est que dans les...

    Lire la suite