Iran: l’enrichissement d’uranium a repris à Fordo

Iran: l’enrichissement d’uranium a repris à Fordo
EPA

L’Iran a repris jeudi ses activités d’enrichissement d’uranium à l’usine souterraine de Fordo, selon un communiqué de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique (OIEA). « Dans les premières minutes de la journée de jeudi, il a été procédé à l’injection de gaz [d’uranium dans les chaînes de centrifugeuses et au démarrage de] la production et collecte d’uranium enrichie […] dans les installations de Fordo », à environ 180 km au sud de Téhéran, écrit l’OIEA. Le texte précise que « toutes ces activités ont été réalisées sous le contrôle de l’Agence international de l’énergie atomique » (AIEA), organe de l’ONU chargée du contrôle du programme nucléaire iranien.

La reprise de l’enrichissement à Fordo avait été annoncée mardi par le président iranien Hassan Rohani, au lendemain de l’expiration d’un délai donné par Téhéran aux autres parties à l’accord sur le nucléaire iranien conclu à Vienne en 2015 (Chine, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne) pour qu’elles l’aident à surmonter les conséquences du retrait des Etats-Unis de ce pacte en 2018 et du rétablissement de sanctions américaines.

La quatrième phase du plan de réduction des engagements iraniens

Elle marque la quatrième phase du plan de réduction des engagements iraniens lancé en mai, en riposte au retrait unilatéral américain. Par cette politique, Téhéran entend faire pression sur les autres parties pour qu’elles l’aident à contourner les sanctions rétablies par Washington, qui ont plongé son économie dans une sévère récession. Aux termes de l’accord de Vienne, Téhéran a accepté de réduire drastiquement ses activités nucléaires – afin de garantir leur caractère exclusivement civil – en échange de la levée d’une partie des sanctions internationales asphyxiant son économie. L’accord interdit à la République islamique de mener des activités d’enrichissement d’uranium à Fordo, usine souterraine longtemps tenue secrète.

Cité par l’agence semi-officielle Isna, le porte-parole de l’OIEA, Behrouz Kamalvandi, avait indiqué mercredi que la production d’uranium enrichi à Fordo serait « opérationnelle à partir de minuit » dans la nuit de mercredi à jeudi (21heures30 à Bruxelles mercredi). A Vienne, une source proche de l’AIEA a indiqué mercredi à l’AFP que « les inspecteurs de l’Agence [étaient] sur place » à Fordo et qu’un rapport spécial sur la situation dans cette usine après les dernières annonces de l’Iran devrait être remis très rapidement.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10838727-107

    La Une choquante du Corriere dello Sport sur Lukaku: gratuit et attiseur de haine

  2. B9721767720Z.1_20191130001105_000+G4NF11L67.2-0

    Philippe Close sur le chaos à Bruxelles: «Du monde dans le centre-ville? Une bonne nouvelle!»

  3. Image=d-20191022-3WTRV1_high

    Dossier «de la pergola»: le parquet renonce à poursuivre Stéphane Moreau et Bernard Thiry

La chronique
  • L’éclipse du soft power américain

    Samedi dernier, le New York Times a répondu sèchement au gouvernement chinois, qui avait traité de fake news les informations que le journal avait publiées sur la persécution des minorités musulmanes dans le Xinjiang, alors que ces révélations, accablantes, étaient fondées sur des documents internes du régime. Habituellement très pondéré, l’éditorialiste n’a pas hésité à faire le parallèle avec l’époque nazie, « lorsque Hitler parlait de la Lügenpresse, la presse menteuse, pour discréditer le journalisme indépendant ».

    Sa cible réelle, toutefois, était Donald Trump, accusé d’user et d’abuser de l’expression fake news pour vilipender les médias qui le dérangent, au risque de servir d’alibi aux régimes autoritaires qui verrouillent l’information. « Quand un président américain attaque la presse indépendante, les despotes s’empressent de l’imiter », notait le journal, en évoquant une kyrielle de pays, de la Russie au Burundi, qui ont trouvé dans le spectre des fake news une justification très commode de leurs attaques contre les médias...

    Lire la suite

  • La participation au secours de la démocratie

    La démocratie n’est plus une évidence. Accablée de toutes les impuissances du monde, elle ne s’impose plus comme un système légitime et efficace. Boucs émissaires : les élus, en lesquels les électeurs ont de moins en moins confiance. C’est donc la démocratie représentative qui semble en crise. Et la démocratie participative qui semble l’issue.

    Réconciliera-t-on le citoyen avec la politique en l’y intégrant ? C’est le pari de celles et ceux qui multiplient les initiatives de participation...

    Lire la suite