La Wallonie creuse son déficit et fait le pari de l’investissement

Jean-Luc Crucke et Elio Di Rupo
Jean-Luc Crucke et Elio Di Rupo - Belga

Le gouvernement wallon PS-MR-Ecolo a présenté ce jeudi à Namur le premier budget de la législature. L’exercice pour 2020 est qualifié de « budget de transition ».

« Transition » parce qu’il est plus que jamais question d’écologie et de bien-être social. Mais « transition » aussi parce que, après sept semaines de travail, l’exécutif rentre une copie provisoire : « Ce budget ébauche des priorités et ouvre des perspectives qui seront approfondies lors d’un conclave budgétaire en mars », explique le ministre-président Elio Di Rupo.

Ce conclave du printemps fournira l’occasion d’une remise à plat complète des dépenses des 280 organismes publics et des 26 fonds actifs en Wallonie. Ce sera alors sans doute le temps des efforts avec l’objectif du retour à l’équilibre en 2024.

Le budget présente comme attendu un déficit conséquent : 435 millions qui tiennent lieu de base de travail pour la législature.

En parallèle, le gouvernement annonce 350 millions d’investissements qui s’additionnent aux projets existants. Ils portent sur l’innovation et les nouvelles technologies mais aussi sur la lutte en faveur du climat (logement, mobilité…)

Sacré pari ! La Wallonie compte en effet sur l’Europe pour obtenir le droit d’investir hors périmètre budgétaire. Plusieurs mois seront nécessaires pour convaincre l’Union.

Sur le même sujet
Région wallonnePSMR
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous