Accueil Société

L’euthanasie pour souffrance psychique remise en cause

Les cas douteux se multiplient ces derniers mois. Pour certains, c’est la preuve que la loi doit être réformée. Pour d’autres, ces cas sont manipulés et poussent au désespoir les malades psy privés de la loi. Le comité de bioéthique examine la question.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 5 min

Un couple âgé qui obtient une double euthanasie simultanée, une vieille dame qui part face aux caméras, une jeune fille qui obtient son visa pour l’au-delà mais se ravise, une jeune femme euthanasiée alors qu’elle n’aurait plus reçu de soins psy depuis 15 ans. Ces cas se multiplient ces derniers mois, semant le doute : une maladie purement psychique peut-elle être jaugée incurable au point de conduire au geste d’euthanasie ? Pour certains experts, c’est non : la maladie psychique est par essence une maladie pour laquelle on n’a pas tout essayé si on n’est pas parvenu à soigner le patient. Mais pour de nombreux autres praticiens, en privant les malades psychiques du bénéfice de la loi sur l’euthanasie, on les prive de toute dignité, en les acculant au suicide dans des conditions bien éloignées de l’autonomie que vise la loi.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs