Votre logement est-il bien isolé ? Diagnostic en 5 indicateurs

Comment savoir si votre habitation est bien isolée? Les conseils de Sophie Mersch, experte chez Homegrade, le service bruxellois de conseil et d’accompagnement gratuit destinés aux propriétaires et aux locataires qui souhaitent rénover leur logement. Elle pointe cinq indicateurs d’une mauvaise isolation de votre habitation.

1. Un flux d’air froid au bord des fenêtres et des portes (jardin, entrée, cave).
« Le petit courant d’air froid que l’on sent en posant sa main près d’un châssis est facile à repérer. Avant même d’envisager des travaux d’isolation, il suffit de calfeutrer la zone en plaçant des joints. De manière générale, l’isolation ne doit pas forcément suivre les parois extérieures d’une habitation. Elle doit suivre le volume chauffé. Par exemple, si la cave n’est pas utilisée comme pièce de vie, l’intérêt est d’en isoler le plafond et la porte qui communique avec le rez-de-chaussée. »

2. Une facture d’énergie mensuelle de plus de 150 euros.
« Il est conseillé de vérifier d’abord le prix de la distribution proposé par le fournisseur. Infor GazElec aide les Bruxellois à trouver le fournisseur le moins cher. Concernant la consommation, quelques critères permettent d’établir une moyenne raisonnable. Pour une maison deux façades par exemple, voici quelques balises générales :
- si la maison est ancienne et non rénovée, une consommation de 200 Kwh/m2 par an est normale ;
- si elle est ancienne et un peu rénovée, c’est 150 Kwh/ m2 ;
- si elle est bien rénovée c’est 100 Kwh/ m2 ;
- si elle est récente et bien rénovée, c’est 50 Kwh/ m2.

3. Des murs froids en hiver et chauds en été
« Un tel constat signifie que les murs ne sont pas isolés. Il s’agit donc de déterminer la partie à isoler davantage, notamment le toit. Deux éléments permettent de faire une évaluation :
- la formation de « nuages » (ou un changement de couleur de peinture) au niveau du plafonnage, marquant la structure de la toiture. Ils témoignent d’un manque d’isolation du toit ;
- la carte thermographique de Bruxelles-Environnement reprend une photographie aérienne infrarouge qui capte la chaleur émise par les toitures bruxelloises. Entrez votre adresse et vérifiez la couleur de votre toit : du bleu au rouge s’il est mal isolé.»

4. Des pièces qui se refroidissent rapidement ou mettent du temps à chauffer
« L’inertie est la capacité d’une pièce à garder la chaleur. Si une pièce est mal isolée, la chaleur s’évacue plus vite. S’il s’agit d’une pièce qu’on occupe ponctuellement, mieux vaut installer un chauffage classique qui chauffe vite plutôt qu’un chauffage par le sol par exemple. Notre rôle est de bien comprendre le mode de vie des habitants de la maison afin de les conseiller au mieux, avant qu’ils ne se lancent dans des travaux.»

5. Des traces noires sur les murs et dans les coins
« Le manque d’isolation d’une pièce est aussi détecté par le développement de champignons, des traces noires surtout dans les coins où il y a des ponts thermiques (lorsqu’une partie de la structure externe de l’habitation rompt l’isolation). Une pièce peut être bien isolée mais mal ventilée, ce qui favorise l’apparition de moisissures. Plus on isole, plus il faut ventiler.»

Besoin d’un diagnostic « énergie » de votre logement ou d’un accompagnement pour vos travaux de rénovation ? L’asbl Homegrade propose ses services gratuits aux propriétaires et aux locataires bruxellois. Rendez-vous au Point Info, avec ou sans rendez-vous (place Quetelet 7, 1210 Bruxelles) du mardi au vendredi de 10h à 17h et le samedi de 14h à 17h. Téléphone : 1810 - info@homegrade.brussels

Plus d’infos, cliquez ici  >>
La UneLe fil info Partager