Les euro-députés verts plaident en faveur du Nutri-Score obligatoire

Les euro-députés verts plaident en faveur du Nutri-Score obligatoire

Fin mai, sept associations de consommateurs européens, parmi lesquelles Test Achats, lançaient une pétition pour demander à la Commission européenne de rendre obligatoire le Nutri-Score, un système d’étiquetage basé sur cinq lettres (A, B, C, D, E) et un code couleurs, du vert au rouge, selon la qualité nutritionnelle de l’aliment. Il a été adopté de manière non contraignante en Belgique depuis le mois d’avril, et avant cela en Espagne en novembre 2018 et en France à l’automne 2017. L’Allemagne a également annoncé en septembre dernier son intention d’introduire le Nutri-Score.

Les eurodéputés verts, parmi lesquels le Belge Philippe Lamberts, appellent donc à signer cette ICE, afin que tous les industriels s’y plient dans chaque État membre. Un peu plus de 76.200 personnes ont apporté leur soutien à l’initiative, sur le million de signatures requises pour que l’exécutif européen se positionne. « Ce n’est pas un bon score dans l’absolu mais on remarque un beau taux de réponses de la part des consommateurs qui y sont confrontés, au contraire des pays où le Nutri-Score est absent », souligne la directrice du bureau européen des Unions de consommateurs, Monique Goyens.

Actuellement, le Nutri-Score reste facultatif. « Il n’y a que 15 à 20 % des produits qui sont étiquetés avec le Nutri-Score », déplore Michèle Rivasi. Facilement reconnaissable « au contraire des petits caractères presqu’illisibles au dos des produits », il permet « un choix éclairé du public, répond à un problème de santé publique et oblige les industriels à élaborer des recettes avec moins de sel, de sucre, de gras et de calories », argumente l’eurodéputée française. « Le Nutri-Score améliore la qualité du panier nutritionnel des ménages plus vulnérables socialement, ce qui en fait un outil intéressant mais qui n’a de sens que si toutes (les firmes) s’y mettent », embraye Julie Frère, porte-parole de Test Achats.

Depuis 2016, la déclaration nutritionnelle doit figurer sur la face arrière de tous les aliments et boissons non alcoolisées vendus dans l’Union européenne. Avec le Nutri-Score, les eurodéputés verts et les associations de consommateurs plaident donc pour une uniformisation de cette information, visible sur la face avant du produit.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    Anderlecht: lettre aux aveugles selon l’évangile de Saint-Vincent

  2. d-20181122-3PU9H0 2018-11-22 20:26:06

    Benoît Lutgen: «Les commémorations, ça rappelle ce qui s’est passé dans les années 30, et ce qui se passe aujourd’hui»

  3. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue à la crise fédérale: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite