Les euro-députés verts plaident en faveur du Nutri-Score obligatoire

Les euro-députés verts plaident en faveur du Nutri-Score obligatoire

Fin mai, sept associations de consommateurs européens, parmi lesquelles Test Achats, lançaient une pétition pour demander à la Commission européenne de rendre obligatoire le Nutri-Score, un système d’étiquetage basé sur cinq lettres (A, B, C, D, E) et un code couleurs, du vert au rouge, selon la qualité nutritionnelle de l’aliment. Il a été adopté de manière non contraignante en Belgique depuis le mois d’avril, et avant cela en Espagne en novembre 2018 et en France à l’automne 2017. L’Allemagne a également annoncé en septembre dernier son intention d’introduire le Nutri-Score.

Les eurodéputés verts, parmi lesquels le Belge Philippe Lamberts, appellent donc à signer cette ICE, afin que tous les industriels s’y plient dans chaque État membre. Un peu plus de 76.200 personnes ont apporté leur soutien à l’initiative, sur le million de signatures requises pour que l’exécutif européen se positionne. « Ce n’est pas un bon score dans l’absolu mais on remarque un beau taux de réponses de la part des consommateurs qui y sont confrontés, au contraire des pays où le Nutri-Score est absent », souligne la directrice du bureau européen des Unions de consommateurs, Monique Goyens.

Actuellement, le Nutri-Score reste facultatif. « Il n’y a que 15 à 20 % des produits qui sont étiquetés avec le Nutri-Score », déplore Michèle Rivasi. Facilement reconnaissable « au contraire des petits caractères presqu’illisibles au dos des produits », il permet « un choix éclairé du public, répond à un problème de santé publique et oblige les industriels à élaborer des recettes avec moins de sel, de sucre, de gras et de calories », argumente l’eurodéputée française. « Le Nutri-Score améliore la qualité du panier nutritionnel des ménages plus vulnérables socialement, ce qui en fait un outil intéressant mais qui n’a de sens que si toutes (les firmes) s’y mettent », embraye Julie Frère, porte-parole de Test Achats.

Depuis 2016, la déclaration nutritionnelle doit figurer sur la face arrière de tous les aliments et boissons non alcoolisées vendus dans l’Union européenne. Avec le Nutri-Score, les eurodéputés verts et les associations de consommateurs plaident donc pour une uniformisation de cette information, visible sur la face avant du produit.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20200212-3YVA7Z 2020-02-12 17:32:02

    L’Europe a un plan pour gagner la 2e manche du numérique

  2. «
Un client a une rentabilité de 0,11
% sur son épargne, 5,9
% de rendement pour nos actionnaires, cela me paraît déjà pas mal
!», estime Marc Lauwers, CEO.

    Marc Lauwers: «Argenta continuera à offrir des services non rentables»

  3. Bernard Bousmanne a sorti des réserves de la Bibliothèque nationale du Mont des Arts la pièce emblématique du futur KBR Museum
: les «
Chroniques de Hainaut
» de 1446.

    KBR, le futur musée des trésors licencieux du Siècle d’or

La chronique
  • Ecoles: que faire du cours de morale?

    C’est un enjeu dérisoire au regard de la marche du monde, mais il est révélateur des ambiguïtés de la politique belge, et plus précisément francophone.

    En vertu de l’article 24 de la Constitution, qui prolonge sur ce point le Pacte scolaire, les écoles publiques doivent offrir le choix entre l’enseignement d’une des religions reconnues et celui de la morale non confessionnelle. La création d’un cours de philosophie et citoyenneté n’a pas modifié cet état de fait : elle a seulement réduit l’horaire consacré à ces cours à une heure par semaine au lieu de deux.

    Le cours de morale non confessionnelle reste donc organisé. Or il se trouve que, au 1er septembre 2021, ses enseignants devraient détenir un « certificat en didactique du cours de morale non confessionnelle » pour exercer leur fonction. Ce certificat doit donc être mis en place, mais cela suppose de répondre au préalable à une question difficile : à quoi sert encore le cours de morale, aujourd’hui ?

    Lorsque l’on a commencé à...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: des acteurs qui tournent en rond dans une pièce sans portes ni fenêtres

    Le catch 22 est une situation paradoxale à laquelle un individu ne peut échapper en raison de règles ou de limitations contradictoires. Le terme a été inventé par Joseph Heller qui l’a utilisé dans son roman « 1961 Catch 22 », se référant à une règle de l’Air Force selon laquelle un pilote qui continue à mener des combats aériens sans demander d’être relevé est considéré comme fou, mais est jugé assez sain d’esprit pour continuer à voler dès lors qu’il fait cette requête. On pourrait aussi parler de solution kafkaïenne où...

    Lire la suite