L’Union belge de football déménagera à Tubize en 2021 et présente son nouveau logo (photos)

©Photonews
©Photonews

L’Union belge de football (URBSFA) va quitter son siège de l’avenue Houba de Strooper à Bruxelles pour le Belgian Football Centre de Tubize en 2021, a annoncé jeudi la fédération. Elle a également dévoilé sa nouvelle identité visuelle, qui concerne le logo de la fédération mais aussi celui des Diables rouges, des Red Flames et de 1895, le fan club officiel des Diables.

Au sujet de son nouveau logo, l’Union belge indique qu’« il ne s’agit pas d’une révolution radicale, mais plutôt d’une évolution étant donné que les trois éléments fondamentaux de notre ancien emblème, à savoir la couronne, les lauriers et les trois couleurs belges, sont conservés. Les lettres KBVB et URBSFA sont remplacées par les lettres RBFA (Royal Belgian Football Association), lesquelles sont plus internationales ».

La fédération avait décidé il y a un an de centraliser ses activités à Tubize, sans fixer de calendrier. L’Union belge travaille actuellement depuis deux endroits distincts, Tubize et Bruxelles. L’administration de l’Union belge se trouve dans les bureaux de l’emblématique ’Maison de verre’, située aux abords du stade Roi Baudouin avenue Houba de Strooper. Depuis quelques années, le volet sportif est concentré au Centre National à Tubize, où toutes les équipes nationales s’entraînent et se retrouvent lors de chaque rassemblement.

Il avait déjà été décidé le mois dernier que les arbitres video du VAR (système d’assistance vidéo à l’arbitrage) quitteront leurs camionnettes pour s’installer à partir de la saison 2021-2022 dans une salle d’opération centrale du Belgian Football Center de Tubize.

« Le déménagement du VAR à Tubize dès la saison 2021-2022 avait déjà été annoncé. Mais notre Belgian Football Centre va désormais jouer un rôle encore plus grand pour l’avenir du football belge. Dès mars 2021, nos activités de gestion et d’administration iront rejoindre les activités sportives au Belgian Football Centre. Ce ne sont pas seulement quatre nouveaux terrains qui sont prévus sur le site, mais également un centre de congrès, de nouveaux vestiaires et un tout nouveau bâtiment », indique l’Union belge.

« Au cours de ses 125 dernières années, l’URBSFA est devenue la plus grande fédération sportive du pays, et les Diables rouges sont à la tête du classement mondial depuis plus d’un an. Mais, en tant qu’association, nous voulons aller plus loin et devenir l’une des fédérations de premier plan d’ici 2022. Investir dans notre Belgian Football Centre à Tubize y contribuera », déclare Peter Bossaert, CEO de l’Union belge, qui fêtera son 125e anniversaire en 2020.

Le nouveau bâtiment de la fédération à Tubize « sera placé sous le signe de l’écologie et du bien-être des membres du personnel », précise l’Union belge. « Outre les panneaux solaires, plusieurs solutions de mobilité électriques seront mises à disposition au sein même du Belgian Football Centre ainsi qu’aux alentours, dès que tous les travaux seront terminés. En collaboration avec la province et plusieurs autres partenaires, nous avons élaboré un plan général de mobilité facilitant la circulation au sein du coeur du football belge ».

« Nous avons également attaché une attention toute particulière au bien-être de nos 150 collaborateurs », explique la fédération. « Un restaurant ainsi que de nombreuses infrastructures sportives ont notamment été prévus, comme une salle de fitness, un terrain de padel, un terrain de tennis et plusieurs terrains de football supplémentaires ».

Le site internet de l’Union belge va aussi changer d’adresse. À partir du 8 novembre, belgianfootball.be fera place à rbfa.be.

De surcroît, en préparation des festivités de son 125e anniversaire, l’URBSFA publiera le mois prochain un album photos illustrant le patrimoine du football belge. En janvier, le gala du Soulier d’Or sera, quant à lui, placé sous le signe du 125e anniversaire de l’URBSFA. « De nombreuses autres activités sont également prévues, comme notamment une exposition, une pièce de théâtre et un match des légendes », selon l’Union belge.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10722386-053

    La taxe de congestion divise un gouvernement bruxellois en pré-campagne électorale

  2. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  3. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite