La Chambre approuve l’imprescriptibilité des délits sexuels graves sur mineurs

La Chambre approuve l’imprescriptibilité des délits sexuels graves sur mineurs
Wesley Tingey, Unsplash

La Chambre a approuvé jeudi en séance plénière une proposition de loi qui vise à rendre imprescriptibles les délits sexuels graves commis sur des mineurs. Le texte a recueilli l’unanimité moins l’abstention des écologistes et du député indépendant Jean-Marie Dedecker.

La proposition vient du président du SP.A, John Crombez, et de la députée N-VA Valerie Van Peel. Elle a été cosignée par des députés CD&V, Open VLD, Défi et MR. Elle supprime tout délai au terme duquel les auteurs d’un délit sexuel grave commis contre des mineurs ne peuvent plus être poursuivis. Actuellement, seuls le génocide, les crimes de guerre et contre l’humanité sont imprescriptibles. Les délits sexuels graves sont prescrits après 15 ans à compter du jour où la victime atteint l’âge de 18 ans.

Dans le monde judiciaire, Avocats.be et l’Association syndicale des magistrats se sont inquiétés d’une « nouvelle loi émotionnelle ». Ils redoutent que l’écoulement du temps accroisse le risque d’erreurs judiciaires et qu’à l’inverse un non-lieu, faute de preuves, n’apaise pas davantage les victimes que la prescription.

La question du délai de prescription des dossiers de pédophilie, maintes fois débattue dans l’enceinte parlementaire, est revenue à l’avant-plan avec la création en 2010 d’une commission parlementaire spéciale relative au traitement d’abus sexuels et de faits de pédophilie dans une relation d’autorité, en particulier au sein de l’Eglise. « Toutes sortes de raisons » font en sorte qu’il est souvent impossible pour les victimes de porter plainte immédiatement après les faits, observent les auteurs de la proposition. La plupart de ces victimes déplorent l’existence d’un délai de prescription.

Sur le même sujet
Lois et règlements
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. © Mathieu Golinvaux.

    Arno à l’AB: un résumé parfait de ses 50 ans de carrière

La chronique
  • Pourquoi {une tête}, mais {un tête-à-tête}?

    Il est des questions de langue que des francophones natifs ne se posent guère, mais sur lesquelles des apprenants buttent. Dont celle-ci qui, je l’avoue, ne m’était jamais venue à l’esprit : pourquoi le composé tête-à-tête est-il un nom masculin, alors que tête est du genre féminin ? La pertinence de ce rapprochement saute aux yeux, mais est-ce une bonne manière d’aborder le problème ? Comment se détermine le genre des composés ? Vaste question, à traiter sans trop de prise de tête.

    Un bracelet-montre, mais une montre-bracelet

    Comme le précise Le bon usage (2026, § 178), une distinction est à faire entre deux types de composés. Il y a ceux dont le noyau est interne au composé lui-même : oiseau-mouche, un oiseau (noyau) qui, par sa taille, évoque une mouche ; voiture-bélier, une voiture (noyau) utilisée comme bélier ; wagon-restaurant, un wagon (noyau) aménagé pour servir de restaurant. La relation entre les...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite