Accueil Monde Union européenne

Elections au Royaume-Uni: la campagne de Jeremy Corbyn mise à mal par des accusations d’antisémitisme

Le numéro deux du Parti travailliste et fervent partisan du maintien dans l’Union européenne a également annoncé sa démission.

Temps de lecture: 3 min

Difficile début de campagne électorale pour le chef de l’opposition travailliste Jeremy Corbyn : après la démission de son numéro deux mercredi, deux anciens élus Labour appellent jeudi à voter conservateur, exposant ses faiblesses sur le Brexit et sur l’antisémitisme.

Tom Watson, numéro deux du Parti travailliste et fervent partisan du maintien dans l’Union européenne, a annoncé sa démission et a renoncé à se présenter aux législatives du 12 décembre. « Cette décision est personnelle, pas politique », a-t-il assuré dans une lettre rendue publique. Mais le timing, le jour même du lancement officiel de la campagne électorale, ne trompe personne.

Jeudi, Ian Austin, un ex-ministre travailliste, appelait carrément dans les médias les électeurs à voter conservateur, jugeant Jeremy Corbyn « incapable » de remplir le rôle de Premier ministre, notamment en raison de l’antisémitisme qui empoisonne selon lui le Labour. Son appel a été relayé par un autre ancien député travailliste, John Woodcock.

Opposé au Brexit, Tom Watson, un modéré, s’est retrouvé face à un Jeremy Corbyn qui a obstinément refusé de donner sa position sur la question, après avoir fait campagne sans conviction pour le maintien dans l’UE lors du référendum de 2016 qui a vu la victoire de la sortie de l’UE par 52 % des voix.

Les promesses de Jeremy Corbyn

M. Corbyn fait à présent campagne, face à Boris Johnson, en assurant qu’il va renégocier avec Bruxelles un accord de divorce prévoyant une union douanière et prenant mieux en compte les questions sociales et environnementales que celui conclu par le Premier ministre conservateur.

Il soumettrait ensuite le résultat à un référendum, offrant aussi l’option de rester dans l’Union. Mais il se garde bien de donner toute consigne de vote et ses atermoiements lui aliènent des soutiens tant du côté des partisans que des adversaires du Brexit.

Les élections visent à renouveler le Parlement dans l’espoir qu’une majorité se dégage, permettant de mettre en œuvre le Brexit, reporté à trois reprises et maintenant fixé au 31 janvier 2020.

Un « réel problème » d’antismétisme

Par ailleurs, le Jewish Chronicle, publication porte-parole de la communauté juive, a lancé en ligne un rare appel aux lecteurs non juifs, les exhortant à « agir par leur vote » contre le « racisme » en refusant de voter Corbyn.

Cette question poursuit depuis des années le leader travailliste, militant pro-palestinien de longue date, et a entraîné une série de démissions de députés.

Accusé de complaisance après des propos antisémites de membres de son parti, Jeremy Corbyn avait fini par reconnaître en août 2018 que la formation connaissait un « réel problème » d’antisémitisme, qu’il avait été « trop lent » à infliger des sanctions disciplinaires dans des cas avérés, et avait affirmé que sa priorité était de « restaurer la confiance » avec la communauté juive.

Objectif raté, d’après un récent sondage cité par le Jewish Chronicle : 87 % des juifs britanniques jugent Corbyn antisémite.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Pablos Gino, vendredi 8 novembre 2019, 17:36

    je vais employer une phrase de Charlot,ceci dit d'origine juive,si défendre des opprimés est être communiste alors je le suis,alors qu'il ne l'était pas.Si dire que le peuple palestinien a le droit de vivre sur la terre des ses ancêtres et qui l'a vu naître est de l'antisémitisme,alors j'en suis un aussi sans l'être.Faut bien abattre Corbyn alors tous les moyens sont bons y compris les plus crasseux.

  • Posté par Deckers Björn, vendredi 8 novembre 2019, 10:12

    Le terrorisme intellectuel malhonnête qui a lieu en cette époque est atterrant. Les annonces de nouvelle colonies ne font même plus les titres. Par contre, toutes personnes qui ose encore parler du conflit au Proche-Orient en prenant la défense du peuple simplement nié dans son existence même, se voit taxer d'antisémitisme. Un procès cynique d'une inqualifiable malhonnêteté! Et oui, on peut aussi y voir un effet des lobby capitalistes juifs qui en profitent pour faire d'une pierre deux coups. Se débarrasser avec leur copains de la City d'un social-démocrate un peu trop volontaire à leur goût et en même temps instaurer la terreur en Europe. Honte à celui qui prend la défense du peuple palestinien. Il ne sera plus jamais tranquille. Il devra mourir en rampant sous les injures. Dégueulasse, immonde!

  • Posté par Naeije Robert, jeudi 7 novembre 2019, 20:18

    Il est anti-sémite, sans aucun doute même s'il a fait des efforts (peu sincères)pour s'en dédouanner un peu comme Ken Loach, le talent de cinéaste en moins. Un autre gros problème est son attitude vis à vis de l'UE qu'il a toujours perçue comme une conspiration capitaliste. Il a donc toujours été pro-brexit, mais pour de mauvaises raisons, sans vraiment sortir du bois, poussant entretemps son parti vers un programme trop à gauche complètement désuet.

Plus de commentaires

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs