Elections au Royaume-Uni: la campagne de Jeremy Corbyn mise à mal par des accusations d’antisémitisme

Elections au Royaume-Uni: la campagne de Jeremy Corbyn mise à mal par des accusations d’antisémitisme
EPA

Difficile début de campagne électorale pour le chef de l’opposition travailliste Jeremy Corbyn : après la démission de son numéro deux mercredi, deux anciens élus Labour appellent jeudi à voter conservateur, exposant ses faiblesses sur le Brexit et sur l’antisémitisme.

Tom Watson, numéro deux du Parti travailliste et fervent partisan du maintien dans l’Union européenne, a annoncé sa démission et a renoncé à se présenter aux législatives du 12 décembre. « Cette décision est personnelle, pas politique », a-t-il assuré dans une lettre rendue publique. Mais le timing, le jour même du lancement officiel de la campagne électorale, ne trompe personne.

Jeudi, Ian Austin, un ex-ministre travailliste, appelait carrément dans les médias les électeurs à voter conservateur, jugeant Jeremy Corbyn « incapable » de remplir le rôle de Premier ministre, notamment en raison de l’antisémitisme qui empoisonne selon lui le Labour. Son appel a été relayé par un autre ancien député travailliste, John Woodcock.

Opposé au Brexit, Tom Watson, un modéré, s’est retrouvé face à un Jeremy Corbyn qui a obstinément refusé de donner sa position sur la question, après avoir fait campagne sans conviction pour le maintien dans l’UE lors du référendum de 2016 qui a vu la victoire de la sortie de l’UE par 52 % des voix.

Les promesses de Jeremy Corbyn

M. Corbyn fait à présent campagne, face à Boris Johnson, en assurant qu’il va renégocier avec Bruxelles un accord de divorce prévoyant une union douanière et prenant mieux en compte les questions sociales et environnementales que celui conclu par le Premier ministre conservateur.

Il soumettrait ensuite le résultat à un référendum, offrant aussi l’option de rester dans l’Union. Mais il se garde bien de donner toute consigne de vote et ses atermoiements lui aliènent des soutiens tant du côté des partisans que des adversaires du Brexit.

Les élections visent à renouveler le Parlement dans l’espoir qu’une majorité se dégage, permettant de mettre en œuvre le Brexit, reporté à trois reprises et maintenant fixé au 31 janvier 2020.

Un « réel problème » d’antismétisme

Par ailleurs, le Jewish Chronicle, publication porte-parole de la communauté juive, a lancé en ligne un rare appel aux lecteurs non juifs, les exhortant à « agir par leur vote » contre le « racisme » en refusant de voter Corbyn.

Cette question poursuit depuis des années le leader travailliste, militant pro-palestinien de longue date, et a entraîné une série de démissions de députés.

Accusé de complaisance après des propos antisémites de membres de son parti, Jeremy Corbyn avait fini par reconnaître en août 2018 que la formation connaissait un « réel problème » d’antisémitisme, qu’il avait été « trop lent » à infliger des sanctions disciplinaires dans des cas avérés, et avait affirmé que sa priorité était de « restaurer la confiance » avec la communauté juive.

Objectif raté, d’après un récent sondage cité par le Jewish Chronicle : 87 % des juifs britanniques jugent Corbyn antisémite.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10722386-053

    La taxe de congestion divise un gouvernement bruxellois en pré-campagne électorale

  2. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  3. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite