Elections au Royaume-Uni: la campagne de Jeremy Corbyn mise à mal par des accusations d’antisémitisme

Elections au Royaume-Uni: la campagne de Jeremy Corbyn mise à mal par des accusations d’antisémitisme
EPA

Difficile début de campagne électorale pour le chef de l’opposition travailliste Jeremy Corbyn : après la démission de son numéro deux mercredi, deux anciens élus Labour appellent jeudi à voter conservateur, exposant ses faiblesses sur le Brexit et sur l’antisémitisme.

Tom Watson, numéro deux du Parti travailliste et fervent partisan du maintien dans l’Union européenne, a annoncé sa démission et a renoncé à se présenter aux législatives du 12 décembre. « Cette décision est personnelle, pas politique », a-t-il assuré dans une lettre rendue publique. Mais le timing, le jour même du lancement officiel de la campagne électorale, ne trompe personne.

Jeudi, Ian Austin, un ex-ministre travailliste, appelait carrément dans les médias les électeurs à voter conservateur, jugeant Jeremy Corbyn « incapable » de remplir le rôle de Premier ministre, notamment en raison de l’antisémitisme qui empoisonne selon lui le Labour. Son appel a été relayé par un autre ancien député travailliste, John Woodcock.

Opposé au Brexit, Tom Watson, un modéré, s’est retrouvé face à un Jeremy Corbyn qui a obstinément refusé de donner sa position sur la question, après avoir fait campagne sans conviction pour le maintien dans l’UE lors du référendum de 2016 qui a vu la victoire de la sortie de l’UE par 52 % des voix.

Les promesses de Jeremy Corbyn

M. Corbyn fait à présent campagne, face à Boris Johnson, en assurant qu’il va renégocier avec Bruxelles un accord de divorce prévoyant une union douanière et prenant mieux en compte les questions sociales et environnementales que celui conclu par le Premier ministre conservateur.

Il soumettrait ensuite le résultat à un référendum, offrant aussi l’option de rester dans l’Union. Mais il se garde bien de donner toute consigne de vote et ses atermoiements lui aliènent des soutiens tant du côté des partisans que des adversaires du Brexit.

Les élections visent à renouveler le Parlement dans l’espoir qu’une majorité se dégage, permettant de mettre en œuvre le Brexit, reporté à trois reprises et maintenant fixé au 31 janvier 2020.

Un « réel problème » d’antismétisme

Par ailleurs, le Jewish Chronicle, publication porte-parole de la communauté juive, a lancé en ligne un rare appel aux lecteurs non juifs, les exhortant à « agir par leur vote » contre le « racisme » en refusant de voter Corbyn.

Cette question poursuit depuis des années le leader travailliste, militant pro-palestinien de longue date, et a entraîné une série de démissions de députés.

Accusé de complaisance après des propos antisémites de membres de son parti, Jeremy Corbyn avait fini par reconnaître en août 2018 que la formation connaissait un « réel problème » d’antisémitisme, qu’il avait été « trop lent » à infliger des sanctions disciplinaires dans des cas avérés, et avait affirmé que sa priorité était de « restaurer la confiance » avec la communauté juive.

Objectif raté, d’après un récent sondage cité par le Jewish Chronicle : 87 % des juifs britanniques jugent Corbyn antisémite.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Gordon Sondland, l’ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’Union européenne, a confirmé dans sa déclaration préliminaire avoir imposé un «
quiproquo (donnant donnant)
» aux autorités ukrainiennes, sur ordre exprès du président américain.

    Destitution: Gordon Sondland, un témoignage catastrophique pour Trump

  2. Un patient infecté qui suit correctement son traitement peut en effet devenir «indétectable» et ne plus représenter de danger d’infection.

    Sida: comment gagner la bataille de la bithérapie

  3. belgaimage-140898853-full

    Les tweets prolétariens du Vlaams Belang

La chronique
  • Les tweets prolétariens du Vlaams Belang

    Les médias sociaux sont de toutes les époques. C’est une des conclusions d’un livre remarquable du professeur d’histoire, Maarten Van Ginderachter, de l’université d’Anvers. Dans son ouvrage The everyday nationalism of workers (Le nationalisme quotidien des travailleurs), il explique que le quotidien socialiste gantois Vooruit avait lancé à la fin du dix-neuvième siècle un « denier de la lutte », une liste d’abonnements pour soutenir la presse socialiste. Ce qui est intéressant à propos de ces listes, c’est que les donateurs pouvaient compléter leur don par une brève déclaration, généralement des messages courts ou 1 à 5 lignes dans un langage très familier. Ces déclarations étaient publiées dans une section séparée, et dans le Vooruit. Elles représentèrent rapidement jusqu’à un quart de l’espace total de la copie, publiée au moins deux fois par semaine, contenant à chaque fois plusieurs dizaines de déclarations.

    Une propagande efficace...

    Lire la suite

  • Colonies israéliennes: Trump s’assied sur le droit international

    Donald Trump aime créer la surprise. Lundi soir, il a cependant laissé à son fidèle secrétaire d’État Mike Pompeo le soin d’annoncer urbi et orbi que les États-Unis, soudain, changeaient d’avis sur la question des colonies israéliennes en territoires palestiniens occupés. Désormais, l’administration américaine estime que ces colonies ne sont pas, ou plus, contraires au droit international. Le tableau pourrait presque faire sourire : un milliardaire devenu président de la plus grande puissance au monde se lève un beau matin, et décide...

    Lire la suite