Plusieurs pays européens appellent à une taxation plus forte de l’aérien

Plusieurs pays européens appellent à une taxation plus forte de l’aérien
VDN

Neuf pays de l’UE ont uni leurs forces jeudi et plaidé pour une aviation plus propre en Europe, un des moyens de transports les plus polluants qu’ils jugent insuffisamment taxé.

La France, l’Allemagne, l’Italie, les trois pays du Benelux, la Suède, le Danemark et la Bulgarie ont exhorté la Commission européenne à proposer de nouvelles mesures pour cibler ce secteur, sans toutefois réclamer une taxe spécifique sur la pollution.

Cette déclaration, initiée par les Pays-Bas et signée par les ministres des Finances de ces neuf pays, est publiée à moins d’un mois de la date prévue de l’entrée en fonction de la nouvelle Commission européenne présidée par l’Allemande Ursula von der Leyen.

« Nous appelons la nouvelle Commission européenne à faire avancer le débat sur la tarification de l’aviation civile, par exemple au moyen de mesures fiscales spécifiques ou de politiques similaires », écrivent-ils. « Par rapport aux autres modes de transport, l’aviation civile n’est pas suffisamment mise à contribution », estiment les neuf signataires.

Les compagnies aériennes du monde entier sont épargnées par les taxes élevées sur l’essence et les autres combustibles fossiles. Le prix des billets d’avion pour les vols internationaux ne reflète pas suffisamment le coût moyen des émissions de CO2 et des conséquences négatives du transport aérien, constatent les ministres dans leur déclaration.

Les Pays-Bas vont lancer leur propre taxe

Les Pays-Bas font pression en faveur de cette mesure et déclarent qu’ils feront cavalier seul avec leur propre taxe en 2021 si l’exécutif européen ne parvient pas à proposer une législation.

L’adoption d’une taxe à l’échelle de l’UE pourrait toutefois s’avérer difficile car les décisions en matière fiscale requièrent l’unanimité. Et les pays très touristiques, comme l’Espagne ou la Grèce, craignent une augmentation des vols à bas prix, qui les priveraient de recettes.

L’ONG environnementale Transport et Environnement, dont le siège est à Bruxelles, s’est, pour sa part, félicitée de cette initiative : « c’est profondément injuste que tout le monde doive payer des taxes pour faire le plein, mais les compagnies aériennes ne paient pas un seul centime d’accise sur le carburant », a-t-elle écrit.

L’UE prévoit que les émissions mondiales de l’aviation l’année prochaine seront supérieures d’environ 70 % à celles de 2005.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Environ un millier de personnes sont en quarantaine dans l’ouest de l’Allemagne vendredi, maintenant que le nombre de cas confirmés est passé à 53. La mesure s’applique au district de Heinsberg, très près de la frontière avec la Belgique.

    Le coronavirus bouleverse la planète

  2. La consultation et la participation des citoyens aux projets sont nécessaires pour atteindre la neutralité carbone en 2050 selon les experts.

    La Bruxelles de 2050 germe aujourd’hui

  3. ELPais

    Hillary Clinton: «Les services secrets russes travaillent encore pour Trump»

La chronique
  • Allô, Alost?

    Allô, Alost ?

    Ouais, à l’eau…

    Et merci au Dieu de l’Ancien Testament d’avoir arrosé les comiques du coin ce dimanche de carnaval, on aurait dit les premières heures du Déluge. L’Ancien Testament est la Bible des Juifs. Ce qui souligne le pouvoir exorbitant de ces gens-là. La seule question que se posait Noé dimanche dernier était : qui de tous ces animaux laisser entrer dans l’Arche ? Aux dernières nouvelles, il a décidé de couler avec son rafiot.

    Dieu a fait l’homme à son image, paraît-il. Pourquoi l’homme d’Alost doit-il alors se cacher derrière des masques affreux ?

    Le nœud de cette affaire, c’est la définition de l’humour. Une quête impossible. Ce qui fait rire votre voisin et vous laisse de glace ou vous agace, est-ce de l’humour ? Bien sûr que oui car pour qui vous prenez-vous ? Pourquoi auriez-vous meilleur goût que votre voisin ?

    ...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite