Plusieurs pays européens appellent à une taxation plus forte de l’aérien

Plusieurs pays européens appellent à une taxation plus forte de l’aérien
VDN

Neuf pays de l’UE ont uni leurs forces jeudi et plaidé pour une aviation plus propre en Europe, un des moyens de transports les plus polluants qu’ils jugent insuffisamment taxé.

La France, l’Allemagne, l’Italie, les trois pays du Benelux, la Suède, le Danemark et la Bulgarie ont exhorté la Commission européenne à proposer de nouvelles mesures pour cibler ce secteur, sans toutefois réclamer une taxe spécifique sur la pollution.

Cette déclaration, initiée par les Pays-Bas et signée par les ministres des Finances de ces neuf pays, est publiée à moins d’un mois de la date prévue de l’entrée en fonction de la nouvelle Commission européenne présidée par l’Allemande Ursula von der Leyen.

« Nous appelons la nouvelle Commission européenne à faire avancer le débat sur la tarification de l’aviation civile, par exemple au moyen de mesures fiscales spécifiques ou de politiques similaires », écrivent-ils. « Par rapport aux autres modes de transport, l’aviation civile n’est pas suffisamment mise à contribution », estiment les neuf signataires.

Les compagnies aériennes du monde entier sont épargnées par les taxes élevées sur l’essence et les autres combustibles fossiles. Le prix des billets d’avion pour les vols internationaux ne reflète pas suffisamment le coût moyen des émissions de CO2 et des conséquences négatives du transport aérien, constatent les ministres dans leur déclaration.

Les Pays-Bas vont lancer leur propre taxe

Les Pays-Bas font pression en faveur de cette mesure et déclarent qu’ils feront cavalier seul avec leur propre taxe en 2021 si l’exécutif européen ne parvient pas à proposer une législation.

L’adoption d’une taxe à l’échelle de l’UE pourrait toutefois s’avérer difficile car les décisions en matière fiscale requièrent l’unanimité. Et les pays très touristiques, comme l’Espagne ou la Grèce, craignent une augmentation des vols à bas prix, qui les priveraient de recettes.

L’ONG environnementale Transport et Environnement, dont le siège est à Bruxelles, s’est, pour sa part, félicitée de cette initiative : « c’est profondément injuste que tout le monde doive payer des taxes pour faire le plein, mais les compagnies aériennes ne paient pas un seul centime d’accise sur le carburant », a-t-elle écrit.

L’UE prévoit que les émissions mondiales de l’aviation l’année prochaine seront supérieures d’environ 70 % à celles de 2005.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour les étudiants, la réussite partielle est progressivement entrée dans les mœurs.

    Universités: le taux de réussite est en baisse structurelle

  2. ©News

    Les bulletins des Diables rouges face à Chypre: De Bruyne homme du match, Carrasco dans tous les bons coups

  3. BRITAIN ELECTIONS DEBATE

    Johnson-Corbyn : un dialogue de sourds

La chronique
  • Royaume-Uni: Levido et Milne, les faux frères ennemis des élections

    Par Marc Roche

    Deux personnages au visage banal, discrets jusqu’à la transparence, sans charisme, ni faconde, qui sont, dans l’ombre, les hommes clefs de l’élection législative du 12 décembre au Royaume-Uni. Et le symbole de la revanche des radicaux sur les tenants du juste milieu.

    L’Australien Isaac Levido, 35 ans, et l’Anglais Seumas Milne, 61 ans, sont les gourous électoraux respectivement de Boris Johnson et de Jeremy Corbyn. Les mécaniciens en chef de la bataille électorale détiennent beaucoup plus de puissance réelle que les membres du Cabinet ou du gouvernement fantôme. Ils ont l’accès le plus direct, le plus fréquent et le poids le plus perceptible auprès des deux principaux protagonistes du scrutin.

    Tout apparemment différencie les deux frères...

    Lire la suite

  • Colonies israéliennes: Trump s’assied sur le droit international

    Donald Trump aime créer la surprise. Lundi soir, il a cependant laissé à son fidèle secrétaire d’État Mike Pompeo le soin d’annoncer urbi et orbi que les États-Unis, soudain, changeaient d’avis sur la question des colonies israéliennes en territoires palestiniens occupés. Désormais, l’administration américaine estime que ces colonies ne sont pas, ou plus, contraires au droit international. Le tableau pourrait presque faire sourire : un milliardaire devenu président de la plus grande puissance au monde se lève un beau matin, et décide...

    Lire la suite