Cheveux coupés de force, insultée…: le président bolivien condamne l’humiliation subie par une élue

Cheveux coupés de force, insultée…: le président bolivien condamne l’humiliation subie par une élue
EPA

Le président bolivien Evo Morales a condamné jeudi l’humiliation subie par une maire de son parti, couverte de peinture rouge et forcée à marcher pieds nus sur plusieurs kilomètres par une foule hostile au chef de l’Etat, dont la réélection est contestée.

« Toute ma solidarité avec notre sœur, la maire de Vinto, Patricia Arce, kidnappée et cruellement humiliée pour avoir exprimé et défendu ses idées et les plus pauvres », a écrit sur Twitter Evo Morales à propos de cet incident survenu la veille.

« Cela n’était jamais arrivé en démocratie, cela s’appelle le fascisme. Attaquer des femmes, les agresser à cause de leur condition ethnique. La Bolivie fait face à une vague de fascisme », a ajouté le vice-président Alvaro Garcia Linera, également membre du Mouvement vers le socialisme (MAS), actuellement au pouvoir.

La scène est survenue mercredi après-midi à Vinto, ville du département de Cochabamba (centre), secoué comme une partie du pays par des incidents depuis la réélection contestée, le 20 octobre, du président indigène à un quatrième mandat. Des manifestants ont fait irruption dans la mairie, sorti de force Patricia Arce de son bureau et mis le feu au bâtiment.

Contrainte de marcher pieds nus sur 5 kilomètres

Recouverte ensuite de peinture rouge, une partie des cheveux coupés, elle a été forcée à marcher pieds nus sur près de cinq kilomètres sous les insultes et les menaces, selon les images circulant sur les réseaux sociaux et les médias locaux. Ce n’est qu’au bout de plus d’une heure que l’édile a été secourue par les forces de l’ordre.

La maire était jeudi en train de « se remettre » de cet incident, ont indiqué ses services au quotidien local Los Tiempos.

« Les Nations unies déplorent la violence et le traitement inhumain subi par la maire de la localité de Vinto, ainsi que les agressions visant d’autres femmes, hommes et enfants », a déclaré la représentation bolivienne de l’Onu dans un communiqué.

Par ailleurs, un étudiant de 20 ans est décédé mercredi des suites de blessures subies lors de violents affrontements entre des manifestants de l’opposition et des partisans des autorités à Cochabamba. Les manifestations qui secouent la Bolivie depuis le 20 octobre ont fait trois morts et quelque 200 blessés.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour les étudiants, la réussite partielle est progressivement entrée dans les mœurs.

    Universités: le taux de réussite est en baisse structurelle

  2. ©News

    Les bulletins des Diables rouges face à Chypre: De Bruyne homme du match, Carrasco dans tous les bons coups

  3. Edouard Delruelle, 56 ans, professeur de Philosophie à l’Université de Liège.

    Edouard Delruelle, un philosophe à la présidence des Mutualités socialistes

La chronique
  • Royaume-Uni: Levido et Milne, les faux frères ennemis des élections

    Par Marc Roche

    Deux personnages au visage banal, discrets jusqu’à la transparence, sans charisme, ni faconde, qui sont, dans l’ombre, les hommes clefs de l’élection législative du 12 décembre au Royaume-Uni. Et le symbole de la revanche des radicaux sur les tenants du juste milieu.

    L’Australien Isaac Levido, 35 ans, et l’Anglais Seumas Milne, 61 ans, sont les gourous électoraux respectivement de Boris Johnson et de Jeremy Corbyn. Les mécaniciens en chef de la bataille électorale détiennent beaucoup plus de puissance réelle que les membres du Cabinet ou du gouvernement fantôme. Ils ont l’accès le plus direct, le plus fréquent et le poids le plus perceptible auprès des deux principaux protagonistes du scrutin.

    Tout apparemment différencie les deux frères...

    Lire la suite

  • Colonies israéliennes: Trump s’assied sur le droit international

    Donald Trump aime créer la surprise. Lundi soir, il a cependant laissé à son fidèle secrétaire d’État Mike Pompeo le soin d’annoncer urbi et orbi que les États-Unis, soudain, changeaient d’avis sur la question des colonies israéliennes en territoires palestiniens occupés. Désormais, l’administration américaine estime que ces colonies ne sont pas, ou plus, contraires au droit international. Le tableau pourrait presque faire sourire : un milliardaire devenu président de la plus grande puissance au monde se lève un beau matin, et décide...

    Lire la suite