Cheveux coupés de force, insultée…: le président bolivien condamne l’humiliation subie par une élue

Cheveux coupés de force, insultée…: le président bolivien condamne l’humiliation subie par une élue
EPA

Le président bolivien Evo Morales a condamné jeudi l’humiliation subie par une maire de son parti, couverte de peinture rouge et forcée à marcher pieds nus sur plusieurs kilomètres par une foule hostile au chef de l’Etat, dont la réélection est contestée.

« Toute ma solidarité avec notre sœur, la maire de Vinto, Patricia Arce, kidnappée et cruellement humiliée pour avoir exprimé et défendu ses idées et les plus pauvres », a écrit sur Twitter Evo Morales à propos de cet incident survenu la veille.

« Cela n’était jamais arrivé en démocratie, cela s’appelle le fascisme. Attaquer des femmes, les agresser à cause de leur condition ethnique. La Bolivie fait face à une vague de fascisme », a ajouté le vice-président Alvaro Garcia Linera, également membre du Mouvement vers le socialisme (MAS), actuellement au pouvoir.

La scène est survenue mercredi après-midi à Vinto, ville du département de Cochabamba (centre), secoué comme une partie du pays par des incidents depuis la réélection contestée, le 20 octobre, du président indigène à un quatrième mandat. Des manifestants ont fait irruption dans la mairie, sorti de force Patricia Arce de son bureau et mis le feu au bâtiment.

Contrainte de marcher pieds nus sur 5 kilomètres

Recouverte ensuite de peinture rouge, une partie des cheveux coupés, elle a été forcée à marcher pieds nus sur près de cinq kilomètres sous les insultes et les menaces, selon les images circulant sur les réseaux sociaux et les médias locaux. Ce n’est qu’au bout de plus d’une heure que l’édile a été secourue par les forces de l’ordre.

La maire était jeudi en train de « se remettre » de cet incident, ont indiqué ses services au quotidien local Los Tiempos.

« Les Nations unies déplorent la violence et le traitement inhumain subi par la maire de la localité de Vinto, ainsi que les agressions visant d’autres femmes, hommes et enfants », a déclaré la représentation bolivienne de l’Onu dans un communiqué.

Par ailleurs, un étudiant de 20 ans est décédé mercredi des suites de blessures subies lors de violents affrontements entre des manifestants de l’opposition et des partisans des autorités à Cochabamba. Les manifestations qui secouent la Bolivie depuis le 20 octobre ont fait trois morts et quelque 200 blessés.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20161121-GC9521 2020-01-18 14:54:13

    Emir Kir exclu du PS: les conséquences au fédéral et à Saint-Josse

  2. Les CPAS des grandes villes continuent à délivrer de nombreuses aides parce que la pauvreté s’y concentre.

    Quand les CPAS wallons aggravent la précarité

  3. Aux yeux de la Reine, la seule solution possible à la crise provoquée par la décision du couple de renoncer aux obligations royales était une séparation brutale mais claire.

    Epilogue Harry-Meghan: la Reine, William et Kate sont les grands gagnants

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

    Emir Kir exclu du PS ! Le parti socialiste n’a pas esquivé cette fois, ni biaisé. Après six heures de discussion, la décision a été prise de sanctionner et non plus de comprendre ou d’excuser des comportements des élus en contradiction avec ses valeurs. Et cela quel que soit le poids de l’élu qui a dérapé. Emir Kir – qui rappelons-le peut faire appel d’une décision qu’il trouve totalement injuste –, ne bénéficie donc plus de la protection dont il a pu jouir dans le passé.

    Son bouclier de...

    Lire la suite