Accueil Opinions Éditos

Brussels Airlines: les limites de la transparence

Dès lors qu’on choisit de jouer le jeu de la communication, il conviendrait que celle-ci soit complète.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Economie Temps de lecture: 3 min

Huit pourcents. Tel est l’objectif de marge bénéficiaire qui a été assigné à Brussels Airlines par sa maison-mère allemande, le groupe Lufthansa. Et tel est le mantra qui, désormais, rythme la communication de la compagnie aérienne. « Il faut changer le viseur de la croissance vers la profitabilité », justifie l’administratrice déléguée, Christina Foerster.

8 % de marge bénéficiaire, donc, sans que l’on sache vraiment ce qui justifie concrètement cet objectif. Si ce n’est qu’il s’agit, dans la bouche de la direction de Brussels Airlines, d’un « standard industriel » dans le secteur, qui est imposé au même titre par Carsten Sphor, le CEO de Lufthansa, aux autres compagnies du groupe telles que Swiss et Austrian Airlines.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs