Imbroglio lors de Standard – Francfort: Cimirot écope d’un carton jaune pour une faute commise par Laifis

©Belga
©Belga

Le Standard a décroché une victoire précieuse 2-1 ce jeudi soir face à Francfort dans le cadre de la 4e journée d’Europa League. Mais les vingt dernières minutes de la rencontre auraient pu prendre une tournure tout à fait autre en raison d’une décision arbitrale.

On joue depuis 71 minutes et Laifis accroche fautivement Rode juste devant le rectangle liégeois. L’arbitre siffle une faute et n’accorde logiquement pas de penalty à Francfort. Avant de s’emmêler les pinceaux… En effet, il adresse une carte jaune à Cimirot qui, d’après les images en direct, réclame cette dernière tandis que le Chypriote s’éloignait de l’arbitre.

Et pour cause, Laifis a déjà été averti auparavant et aurait dû être exclu ! Le club allemand peut clairement se sentir lésé, quelques joueurs lèvent ainsi les bras au ciel. « Francfort peut évidemment porter réclamation », précise Stéphane Breda, notre consultant arbitrage. « Mais cela ne devrait avoir aucune répercussion sur le club liégeois. À part le fait que le joueur ayant trompé l’arbitre pourrait être puni par l’UEFA. Mais cela me semble toutefois assez improbable ».

Cette phase a tout de même un impact sur la fin de partie, les Principautaires n’ayant pas été réduits en infériorité numérique lors des vingt dernières minutes de jeu. « Tout d’abord, il est important de rappeler qu’il n’y a pas de VAR en Europa League », reprend Stéphane Breda. « Ensuite, il est nécessaire de discerner deux éléments : une erreur d’interprétation et une erreur d’arbitrage. La première erreur est par exemple liée à un penalty sifflé de manière injuste. Dans ce cas, l’arbitre interprète mal la phase. La seconde, c’est par exemple le fait de reprendre le jeu par un coup franc indirect à la suite d’une faute de main. C’est donc une erreur liée au règlement. Dans le cas qui nous intéresse, il s’agit d’une mauvaise identification de la part de l’arbitre. Ce dernier interprète donc mal une situation de jeu. Dans ce cas, il est impossible de faire rejouer le match ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. delalb

    Le roi Albert II reconnaît être le père de Delphine Boël, quel nom portera-t-elle?

  2. POLITICS PARTY MEETING PS

    Coalition fédérale: le PS dévoile les propositions «imbuvables» de la N-VA

  3. Le Dow Jones et le Nasdaq abandonnaient respectivement 1,5 et 1,9
% dès l’ouverture de la séance à Wall Street, face à l’incertitude causée par le coronavirus.

    Coronavirus: les marchés frissonnent à l’idée que la croissance chinoise se grippe

La chronique
  • Brux-ils Brux-elles : une priorité, la lutte contre les discriminations

    En filigrane de l’affaire Kir ne pouvait-on lire un peu de communautarisme ? Et faire le procès de l’un n’équivalait-il pas à ouvrir celui de l’autre ? La question s’est posée lors de chacune des (nombreuses) discussions avec des élus, socialistes mais pas que, des experts, de la communauté turque mais pas que… Avec, à plusieurs reprises, cette réponse, cinglée : « c’est le procès de la diversité que vous faites, et ça, c’est hors de question ». Non, il n’était, évidemment pas question de faire le procès de la diversité. C’est donc que le terme était mal choisi…

    Apparu dans la langue française au cours des années nonante, le mot « communautarisme » se hisse régulièrement dans les statistiques hautes d’occurrence sur le web et fait l’objet de nombreuses recherches académiques. Fabrice Dhume, sociologue, chercheur à Paris Diderot, s’est livré à une véritable enquête sur ce qu’il qualifie « de...

    Lire la suite

  • La leçon des «Sardines»: le populisme n’est pas une fatalité

    On dit souvent que l’Italie constitue le laboratoire politique de l’Europe. Et en Italie, Bologne apparaît comme le laboratoire du laboratoire. C’est dans la capitale émilienne, en effet, que le Parti communiste avait pris, à l’époque, ses distances avec Moscou. C’est là aussi que Romano Prodi avait inventé « l’Olivier », l’union de la gauche copiée un peu partout sur le continent. C’est là, encore, sur la place centrale, que Beppe Grillo avait lancé...

    Lire la suite