On fait quoi ce week-end? Nos 15 clics

«
Champ de bataille
».
« Champ de bataille ».

VENDREDI et SAMEDI

Le champ de bataille

Théâtre – Théâtre de Poche (Bruxelles) jusqu’au 23 novembre

Denis Laujol adapte le roman de Jérôme Colin. Champ de mines sur l’adolescence, l’usure du couple, le mâle quadragénaire ou le système scolaire, la pièce est une petite bombe salutaire. Rythmé, drôle, attachant, Le champ de bataille n’a finalement rien de militaire, mais tout de salutaire. Les seules armes qui tuent ? Des répliques tranchantes.

Long live the life that burns the chest

Théâtre – Théâtre des Tanneurs (Bruxelles)

Armel Roussel poursuit son exploration de l’amour et du désir chez les jeunes. Jarmo Reha vous aimante d’un bout à l’autre de cette pièce emplie d’humanité. On n’y assiste pas, on y flotte, on se laisse caresser par les peines et les joies de jeunes délicatement esquissés, par un silence, un mot, une présence dans la ville, une chorégraphie érotique. C’est doux, nébuleux, ludique, sincère. Charnel et attachant.

Ben Sidran

Jazz – Music Village (Bruxelles)

Du jazz teinté de chansons de songwriters. C’est agréable, ironique, faussement léger. Ben Sidran à la voix et au piano est accompagné de son fils Leo à la voix et à la batterie et de Billy Peterson à la basse.

VENDREDI et DIMANCHE

Quentin Dujardin & Didier Laloy

Jazz-folk – Vendredi à la Ferme du Biéreau (Louvain-la-Neuve), dimanche aux anciens abattoirs d’Eupen

La guitare de Quentin Dujardin et l’accordéon diatonique de Didier Laloy s’épousent remarquablement dans la grande salle des mariages des musiques. Leur amour des musiques les fait converger. Des musiques toujours en lisière, du jazz, du classique, du traditionnel, des bandes originales de films, de l’Orient même.

Margaux Vranken Quintet

Jazz – Vendredi au Sounds (Ixelles), dimanche au Roskam (Bruxelles)

La jeune pianiste belge est de retour après un long séjour à New York. Avec plein de bonne musique dans la tête et dans les mains. Elle est accompagnée de musiciens internationaux : l’Italien Cosimo Boni, l’Israélien Lior Tzemach, l’Américain Tyrone Allen et le Britannique Jas Kayser.

De VENDREDI à DIMANCHE

La sélection night-club du week-end

Moments from the circle of life

Exposition – Galerie d’Ys (Ixelles)

Dans la droite ligne de l’expressionnisme le plus audacieux, le Hollandais Pat Andrea expose dessins, gravures et peintures dont l’inventivité formelle et thématique est remarquable. Dernier week-end pour en profiter !

Festival du film européen

Virton jusqu’au 16 novembre

La crème du cinéma européen de l’année en cours ou à venir, soit 35 films en version originale. De quoi faire rougir d’envie bien d’autres grands festivals. Notre article .

Le lac des cygnes

Musique classique – Vendredi et dimanche à la salle philharmonique de Liège, samedi à Bozar (Bruxelles)

Cette série d’éducation musicale concilie une volonté de révéler des œuvres au jeune public et un souci de l’initier aux arcanes complexes de l’orchestre. Eric de Staercke et Eugenia Ramirez Miori mettent en scène cette production.

Festival Barak Belgique

Arts de la scène jeune public – Bruxelles, Gand et Liège jusqu’au lundi 11 novembre

Alors que notre gouvernement fédéral patauge dans la semoule, la scène fait plutôt dans le stoemp. Et un stoemp copieux, alsjeblieft ! Ce festival rassemble le meilleur des spectacles pour enfants venus des trois communautés linguistiques. Bref, quatre jours de pur plezier.

Les sorties cinéma de la semaine

La belle époque , de Nicolas Bedos : un film brillant, riche, jouissif et doté d’un casting 5 étoiles. Martin Eden  : une fresque sociale humaine, audacieuse et engagée, un film touchant. Et J’ai perdu mon corps  : mélangeant 2D et 3D, un petit miracle d’animation, une sorte d’expérience sollicitant tous les sens du spectateur.

SAMEDI

Lost Frequencies

Electro – Forest National

Le DJ bruxellois revient d’une tournée américaine en compagnie de deux des musiciens de Mustii. Ça va chauffer !

Stef Kamil Carlens

Pop-rock – Cactus Club (Bruges)

Du bon Stef Kamil, avec cette voix douce qu’il dépose délicatement sur une partition d’une richesse extrême. Son dernier disque est un petit bijou.

Akiko Suwanai

Musique classique – Flagey (Ixelles)

La violoniste japonaise et le Brussels Philharmonic font régner le paradis sur terre avec un programme alliant Wagner, Toru Takemitsu, Ralph Vaughan Williams, Takashi Yoshimatsu et Strauss. Déclinaison pour les plus jeunes avec Symfomania , un programme spécialement pensé pour eux alliant ateliers et une partie du concert.

SAMEDI et DIMANCHE

Les brocantes du week-end

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour les étudiants, la réussite partielle est progressivement entrée dans les mœurs.

    Universités: le taux de réussite est en baisse structurelle

  2. ©News

    Les bulletins des Diables rouges face à Chypre: De Bruyne homme du match, Carrasco dans tous les bons coups

  3. Edouard Delruelle, 56 ans, professeur de Philosophie à l’Université de Liège.

    Edouard Delruelle, un philosophe à la présidence des Mutualités socialistes

La chronique
  • Royaume-Uni: Levido et Milne, les faux frères ennemis des élections

    Par Marc Roche

    Deux personnages au visage banal, discrets jusqu’à la transparence, sans charisme, ni faconde, qui sont, dans l’ombre, les hommes clefs de l’élection législative du 12 décembre au Royaume-Uni. Et le symbole de la revanche des radicaux sur les tenants du juste milieu.

    L’Australien Isaac Levido, 35 ans, et l’Anglais Seumas Milne, 61 ans, sont les gourous électoraux respectivement de Boris Johnson et de Jeremy Corbyn. Les mécaniciens en chef de la bataille électorale détiennent beaucoup plus de puissance réelle que les membres du Cabinet ou du gouvernement fantôme. Ils ont l’accès le plus direct, le plus fréquent et le poids le plus perceptible auprès des deux principaux protagonistes du scrutin.

    Tout apparemment différencie les deux frères...

    Lire la suite

  • Colonies israéliennes: Trump s’assied sur le droit international

    Donald Trump aime créer la surprise. Lundi soir, il a cependant laissé à son fidèle secrétaire d’État Mike Pompeo le soin d’annoncer urbi et orbi que les États-Unis, soudain, changeaient d’avis sur la question des colonies israéliennes en territoires palestiniens occupés. Désormais, l’administration américaine estime que ces colonies ne sont pas, ou plus, contraires au droit international. Le tableau pourrait presque faire sourire : un milliardaire devenu président de la plus grande puissance au monde se lève un beau matin, et décide...

    Lire la suite