NBA: Gordon Hayward porte les Celtics face aux Hornets (vidéo)

NBA: Gordon Hayward porte les Celtics face aux Hornets (vidéo)
AFP

Arrivé à Boston au début de la saison 2017-2018 de la NBA, l’ailier shooteur Gordon Hayward s’était grièvement blessé dès son premier match à Cleveland. Après une année de galère et une autre à retrouver son niveau, l’ancien joueur de Utah récompense enfin les Celtics de leur patience. Jeudi soir, il a été impérial au cours de la victoire 108-87 face à Charlotte. Hayward a rendu une fiche personnelle riche de 20 points, 10 rebonds et 6 assists. Il n’est pas étranger au très bon début de Boston, premier à l’Est avec un bilan de 6 victoires (consécutives) et une défaite. Depuis le début du championnat, il tourne à 20,3 pts, 7,9 reb, 4,6 ast à 56 % de réussite et 44 à 3 points.

Le match entre les deux bonnes surprises de ce début de campagne a tourné à l’avantage de Miami qui s’est imposé à Phoenix 108-124. Les Suns voient du coup leur série de trois succès prendre fin. Ils reculent de la 4e à la 7e place à l’Ouest avec un bilan de 5 victoires, 3 défaites. Le Heat, qui a eu raison de s’offrir cet été les services de Jimmy Butler se retrouve, 2e à l’Est (6 v.-2 d.). L’ancien joueur de Chicago et Philadelphie a marqué 34 points, son record depuis son arrivée à Miami.

Les Los Angeles Clippers vont payer cher le fait d’avoir vu Kawhi Leonard briller face à Portland (107-101). Mis au repos, sur blessure, la veille dans le match phare contre Milwaukee, le MVP des finales la saison dernière a marqué 27 points et 13 rebonds en 33 minutes de jeu. Une prestation qui permet aux Clippers d’occuper la 4e place à l’Ouest (6 v.-3 d.).

« Je pense que Kawhi a déclaré qu’il ne s’était jamais senti mieux. C’est notre travail de s’assurer qu’il le reste. C’est important. Mais il a joué beaucoup de minutes en play-offs l’an dernier », avait souligné Rivers mercredi après le revers devant les Bucks (124-129). « Donc, ce n’est pas exactement un souci de santé, même si cela l’est à certains égards. Nous voulons qu’il continue à se sentir mieux et à aller mieux. » La NBA n’a pas apprécié et a infligé 50.000 dollars d’amende aux Clippers. La Ligue avait accepté que Leonard ne joue pas mercredi le match retransmis au niveau national puisque selon son équipe « Klaw » était « blessé ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191015-3WNJFK 2019-10-15 15:16:54

    Mobilité: la voiture cède lentement du terrain

  2. Sven Gatz ne voit pas le Multilinguisme comme un lot de consolation. Bien au contraire. «
Je voulais ce portefeuille
!
»

    Sven Gatz au «Soir»: «Bruxelles est une Région trilingue, multilingue»

  3. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite