Les voitures partagées pas aussi vertes qu’il n’y paraît

Les voitures partagées pas aussi vertes qu’il n’y paraît
Sylvain Piraux

Les voitures partagées n’entraînent pas automatiquement une réduction des émissions de gaz à effet de serre. Ces systèmes « entraînent des avantages environnementaux uniquement lorsqu’ils viennent remplacer la possession d’une voiture. Ce n’est pas le cas aujourd’hui », conclut l’institut Steunpunt Circulaire Economie (KU Leuven) après avoir sondé 2.000 conducteurs en Flandre. Les résultats sont publiés vendredi par De Morgen et Het Laatste Nieuws.

Les voitures partagées pourraient même avoir l’effet inverse que de rendre la planète plus verte. Car 60 % des utilisateurs interrogés voient le système comme une option de mobilité supplémentaire, ce qui ne les amène pas à réduire leur utilisation de la voiture. De plus, sept sondés sur 10 déclarent grimper à bord d’une voiture partagée pour des raisons de vitesse de trajet en comparaison avec les transports publics.

Le message des chercheurs aux autorités est de ne pas promouvoir à outrance ces systèmes de partage. « Ils entraînent des avantages environnementaux uniquement lorsqu’ils viennent remplacer la possession d’une voiture et cela n’est pas le cas aujourd’hui », selon le chercheur Luc Alaerts (KU Leuven).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’abaissement des cotisations sociales ne peut être suffisant pour augmenter le nombre de quinquagénaires et sexagénaires au travail.

    Pensions: allonger la carrière n’est pas la bonne solution

  2. Gordon Sondland, l’ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’Union européenne, a confirmé dans sa déclaration préliminaire avoir imposé un «
quiproquo (donnant donnant)
» aux autorités ukrainiennes, sur ordre exprès du président américain.

    Destitution: Gordon Sondland, un témoignage catastrophique pour Trump

  3. SOCCER RED DEVILS MONDAY TRAINING

    Ce qui trotte dans la tête de Martinez pour préparer l’Euro

La chronique
  • Les tweets prolétariens du Vlaams Belang

    Les médias sociaux sont de toutes les époques. C’est une des conclusions d’un livre remarquable du professeur d’histoire, Maarten Van Ginderachter, de l’université d’Anvers. Dans son ouvrage The everyday nationalism of workers (Le nationalisme quotidien des travailleurs), il explique que le quotidien socialiste gantois Vooruit avait lancé à la fin du dix-neuvième siècle un « denier de la lutte », une liste d’abonnements pour soutenir la presse socialiste. Ce qui est intéressant à propos de ces listes, c’est que les donateurs pouvaient compléter leur don par une brève déclaration, généralement des messages courts ou 1 à 5 lignes dans un langage très familier. Ces déclarations étaient publiées dans une section séparée, et dans le Vooruit. Elles représentèrent rapidement jusqu’à un quart de l’espace total de la copie, publiée au moins deux fois par semaine, contenant à chaque fois plusieurs dizaines de déclarations.

    Une propagande efficace...

    Lire la suite

  • Un pays qui part à vau-l’eau

    Ce mercredi, tous les partis siégeant en commission santé du Parlement ont approuvé l’accord sur le financement supplémentaire dans le secteur hospitalier. C’est une très bonne nouvelle car cela implique du personnel supplémentaire dans les hôpitaux, mais aussi chez les infirmiers à domicile salariés. Celui qui a récemment côtoyé un hôpital ou reçu la visite d’un infirmier à domicile, a constaté leur stress et la pression qui les fait courir d’un patient à l’autre tout en conservant le sourire, car ils et elles savent que c’est un élément...

    Lire la suite