Les banques belges s’allient contre le blanchiment d’argent

Les banques belges s’allient contre le blanchiment d’argent
Belga

Les banques belges étudient actuellement une manière plus efficace d’échanger des informations sur des transactions financières suspectes. La fédération du secteur, Febelfin, lance un projet pilote en la matière, relève vendredi De Tijd. Dans le cadre de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, les banques sont tenues par la loi d’examiner les clients et les transactions aussi attentivement que possible. Elles doivent identifier le client suspect et l’origine de ses biens.

Afin de faciliter ce processus, les banques belges travaillent à la mise en place d’un système qui rassemble et gère les informations dont elles ont besoin. « Le projet pilote est en cours depuis le début de cette année », déclare Karel Van Eetvelt, président de Febelfin. « Le projet, pour lequel nous travaillons avec le spécialiste belge du paiement Isabel, se concentre actuellement sur les grandes entreprises. Nous développons le cadre technologique dans lequel les banques peuvent travailler. Il n’y a pas encore eu de véritable échange de données. »

Febelfin espère mettre en place par la suite une initiative similaire pour l’échange de données sur les clients particuliers. « C’est encore plus complexe », dit M. Van Eetvelt. « Non seulement en termes de technologie, mais aussi parce que les règles strictes de confidentialité doivent continuer à être respectées lors de l’échange de données. »

Sur le même sujet
Lois et règlements
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. © Mathieu Golinvaux.

    Arno à l’AB: un résumé parfait de ses 50 ans de carrière

La chronique
  • Pourquoi {une tête}, mais {un tête-à-tête}?

    Il est des questions de langue que des francophones natifs ne se posent guère, mais sur lesquelles des apprenants buttent. Dont celle-ci qui, je l’avoue, ne m’était jamais venue à l’esprit : pourquoi le composé tête-à-tête est-il un nom masculin, alors que tête est du genre féminin ? La pertinence de ce rapprochement saute aux yeux, mais est-ce une bonne manière d’aborder le problème ? Comment se détermine le genre des composés ? Vaste question, à traiter sans trop de prise de tête.

    Un bracelet-montre, mais une montre-bracelet

    Comme le précise Le bon usage (2026, § 178), une distinction est à faire entre deux types de composés. Il y a ceux dont le noyau est interne au composé lui-même : oiseau-mouche, un oiseau (noyau) qui, par sa taille, évoque une mouche ; voiture-bélier, une voiture (noyau) utilisée comme bélier ; wagon-restaurant, un wagon (noyau) aménagé pour servir de restaurant. La relation entre les...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite