En 10 ans, le nombre de sans-abris et personnes mal logées a plus que doublé à Bruxelles

En 10 ans, le nombre de sans-abris et personnes mal logées a plus que doublé à Bruxelles
Pierre-Yves Thienpont

Le nombre de personnes sans-abri et mal logées en Région de Bruxelles-Capitale a plus que doublé en dix ans, ressort-il d’une étude publiée lundi dans la revue scientifique Brussels Studies. Menée par Benoît Quittelier et Nicolas Horvat, du Centre d’appui au secteur de l’aide aux sans-abris (Bruss’Help), l’enquête se base sur des recensements effectués tous les deux ans depuis 2008. Le dernier recensement a été réalisé dans la nuit du 5 novembre 2018. Il a été effectué par des professionnels du secteur et des bénévoles, soutenus par des partenaires tels que les hôpitaux, les transports publics, les CPAS…

A l’automne 2018, 4.187 personnes ont été dénombrées comme sans-abri (qui passent la nuit dans l’espace public ou dans un centre d’hébergement d’urgence), sans logement (résidant dans un foyer, un centre d’accueil…) ou vivant dans un logement inadéquat. La majorité (51,4 %) était sans-abri, 22,2 % sans logement et 24,8 % en logement inadéquat. Dans le détail, 759 personnes, dont 20 mineurs, ont passé la nuit dans l’espace public (18,1 %), un nombre qui a presque triplé depuis 2008 (+182,1 %). Les hébergements d’urgence et de crise (Samusocial et Plateforme citoyenne) ont pris en charge 707 personnes. Une hausse significative de 293,7 % est constatée depuis 2008, ce qui s’explique par l’augmentation des capacités d’accueil.

Par ailleurs, 930 personnes ont été hébergées dans un service reconnu (logement de transit du CPAS ou maison d’accueil), un chiffre qui reste stable à l’image de l’offre. Le logement inadéquat concernait 1.044 personnes. Il s’agissait de structures d’hébergement non agréées, de communautés religieuses, d’occupations négociées ou de squats.

Une augmentation de 327,6 % en 10 ans du nombre de sans-abri

L’étude constate que le nombre de personnes sans-abri et mal logées a plus que doublé en une décennie et que les situations de vie les plus précaires augmentent. Ainsi, en 2018, plus d’un individu sur deux relevait de la catégorie des sans-abri, soit une augmentation de 327,6 % en 10 ans.

L’enquête critique la politique menée par les autorités, privilégiant la simple mise à l’abri « au détriment d’une approche plus structurelle basée entre autres sur le renforcement des dispositifs d’accompagnement et de suivi ». Pour les auteurs, les pouvoirs publics bruxellois doivent s’attaquer en particulier à la précarisation croissante des classes populaires, au contexte défavorable de l’accès au logement et au traitement politique des flux migratoires.

Les auteurs soulignent toutefois une « perspective encourageante », avec une augmentation de l’habitat accompagné traditionnel et un doublement des programmes Housing First (logement d’abord) ces deux dernières années. « Au total, 1.514 personnes sont sorties du sans-abrisme ou l’ont évité grâce à ces deux formules », se réjouissent-ils. Ces services ne peuvent toutefois fonctionner qu’avec un parc limité, nécessitant des appartements décents à loyer modéré.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’abaissement des cotisations sociales ne peut être suffisant pour augmenter le nombre de quinquagénaires et sexagénaires au travail.

    Pensions: et si allonger la carrière n’était pas la (bonne) solution?

  2. Gordon Sondland, l’ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’Union européenne, a confirmé dans sa déclaration préliminaire avoir imposé un «
quiproquo (donnant donnant)
» aux autorités ukrainiennes, sur ordre exprès du président américain.

    Destitution: Gordon Sondland, un témoignage catastrophique pour Trump

  3. Un patient infecté qui suit correctement son traitement peut en effet devenir «indétectable» et ne plus représenter de danger d’infection.

    Sida: comment gagner la bataille de la bithérapie

La chronique
  • Les tweets prolétariens du Vlaams Belang

    Les médias sociaux sont de toutes les époques. C’est une des conclusions d’un livre remarquable du professeur d’histoire, Maarten Van Ginderachter, de l’université d’Anvers. Dans son ouvrage The everyday nationalism of workers (Le nationalisme quotidien des travailleurs), il explique que le quotidien socialiste gantois Vooruit avait lancé à la fin du dix-neuvième siècle un « denier de la lutte », une liste d’abonnements pour soutenir la presse socialiste. Ce qui est intéressant à propos de ces listes, c’est que les donateurs pouvaient compléter leur don par une brève déclaration, généralement des messages courts ou 1 à 5 lignes dans un langage très familier. Ces déclarations étaient publiées dans une section séparée, et dans le Vooruit. Elles représentèrent rapidement jusqu’à un quart de l’espace total de la copie, publiée au moins deux fois par semaine, contenant à chaque fois plusieurs dizaines de déclarations.

    Une propagande efficace...

    Lire la suite

  • Un pays qui part à vau-l’eau

    Ce mercredi, tous les partis siégeant en commission santé du Parlement ont approuvé l’accord sur le financement supplémentaire dans le secteur hospitalier. C’est une très bonne nouvelle car cela implique du personnel supplémentaire dans les hôpitaux, mais aussi chez les infirmiers à domicile salariés. Celui qui a récemment côtoyé un hôpital ou reçu la visite d’un infirmier à domicile, a constaté leur stress et la pression qui les fait courir d’un patient à l’autre tout en conservant le sourire, car ils et elles savent que c’est un élément...

    Lire la suite