Accueil Sports Football

Frères de: maudits soient-ils

Le coup franc de Frédéric Larsimont

Article réservé aux abonnés
Chef de service adjoint Sports et chef de la cellule foot Temps de lecture: 3 min

Les veillées mortuaires et les enterrements sont toujours propices au toilettage de la mémoire, à l’embellissement du passé voire, pour les pleureuses tarifées de jadis ou les apôtres de l’élégie, à une conception du souvenir proche de la béatification. Au bal des hypocrites et des brûleurs d’encens, ils ont ainsi été nombreux à se bousculer depuis l’annonce du décès inopiné de Dominique D’Onofrio.

Des hommages émus et sincères ont plu, d’autres – qui l’étaient nettement moins – ont… déplu. Le tout composant, dans le tralala de circonstance, le cortège des oraisons à l’adresse d’un mort qui, de son vivant, savait qu’il divisait sur son passage. Comme tout le monde. Personne n’échappe à la règle.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Football

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs