Roberto Martinez s’inquiète pour Adnan Januzaj: «Il n’est pas sur le terrain autant que nous le voudrions»

Roberto Martinez s’inquiète pour Adnan Januzaj: «Il n’est pas sur le terrain autant que nous le voudrions»
Photo News

Pas moins de 29 joueurs rejoindront Tubize en début de semaine prochaine pour le prochain rassemblement des Diables Rouges mais Adnan Januzaj ne figure pas dans la liste de Roberto Martinez pour affronter la Russie et Chypre lors des deux derniers duels qualificatifs pour l’Euro 2020.

Il faut remonter à octobre 2018 et aux matches contre la Suisse et les Pays-Bas pour retrouver la première sélection sans l’ailier de la Real Sociedad. A l’époque, il se remettait encore de sa blessure au genou encourue lors du Mondial russe. La dernière fois que Januzaj ne figurait pas dans la sélection de Martinez alors qu’il était disponible remonte à mars 2018 et un amical contre l’Arabie saoudite. L’Espagnol avait ensuite surpris les observateurs en emmenant le gaucher pour la Coupe du monde.

Ces dernières semaines, le Bruxellois a vu son temps de jeu drastiquement diminuer au sein de l’équipe basque, devant se contenter de six minutes sur les cinq derniers matches de Liga. Cela ne l’a pas empêché de délivrer l’assist victorieux contre le FC Grenade il y a quelques jours. « La situation nous inquiète un peu », a reconnu le sélectionneur national. « Il n’est pas sur le terrain autant que nous le voudrions alors qu’il a les qualités pour être le joueur le plus important de son équipe. En comparaison avec la saison passée, la concurrence s’est accrue (avec l’arrivée de Portu, un nouvel ailier droit, ndlr). Adnan reste évidemment dans nos plans et a déjà été décisif pour l’équipe, en marquant en Coupe du monde par exemple (le but de la victoire contre l’Angleterre en poules, ndlr). Le talent seul ne suffit pas, il faut également la bonne mentalité pour aider l’équipe à chaque instant. »

Même si Anderlecht n’affiche pas son meilleur niveau, le jeune talent Yari Verschaeren est lui de la partie et Martinez n’a pas hésité à le comparer à Youri Tielemans. « Yari est prêt pour les Diables Rouges, sa présence avec nous est importante pour son développement. Ce n’est pas juste de dire que les espoirs (qui vont disputer un match important contre l’Allemagne, ndlr) disposent maintenant d’un joueur en moins. Yari a fait son temps avec les U21 et sa place est désormais occupée par un autre. Il ne faut pas regarder vers le passé. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour les étudiants, la réussite partielle est progressivement entrée dans les mœurs.

    Universités: le taux de réussite est en baisse structurelle

  2. ©News

    Philippe Albert: «La Belgique peut battre n’importe quelle équipe au monde sur un match»

  3. ©News

    Les bulletins des Diables rouges face à Chypre: De Bruyne homme du match, Carrasco dans tous les bons coups

La chronique
  • Royaume-Uni: Levido et Milne, les faux frères ennemis des élections

    Par Marc Roche

    Deux personnages au visage banal, discrets jusqu’à la transparence, sans charisme, ni faconde, qui sont, dans l’ombre, les hommes clefs de l’élection législative du 12 décembre au Royaume-Uni. Et le symbole de la revanche des radicaux sur les tenants du juste milieu.

    L’Australien Isaac Levido, 35 ans, et l’Anglais Seumas Milne, 61 ans, sont les gourous électoraux respectivement de Boris Johnson et de Jeremy Corbyn. Les mécaniciens en chef de la bataille électorale détiennent beaucoup plus de puissance réelle que les membres du Cabinet ou du gouvernement fantôme. Ils ont l’accès le plus direct, le plus fréquent et le poids le plus perceptible auprès des deux principaux protagonistes du scrutin.

    Tout apparemment différencie les deux frères...

    Lire la suite

  • Colonies israéliennes: Trump s’assied sur le droit international

    Donald Trump aime créer la surprise. Lundi soir, il a cependant laissé à son fidèle secrétaire d’État Mike Pompeo le soin d’annoncer urbi et orbi que les États-Unis, soudain, changeaient d’avis sur la question des colonies israéliennes en territoires palestiniens occupés. Désormais, l’administration américaine estime que ces colonies ne sont pas, ou plus, contraires au droit international. Le tableau pourrait presque faire sourire : un milliardaire devenu président de la plus grande puissance au monde se lève un beau matin, et décide...

    Lire la suite