Elections au Royaume-Uni: les indépendantistes écossais veulent «échapper au Brexit»

Elections au Royaume-Uni: les indépendantistes écossais veulent «échapper au Brexit»
AFP

Vous voulez « échapper au Brexit » ? « Votez SNP » aux élections législatives britanniques du 12 décembre, a plaidé Nicola Sturgeon, cheffe des indépendantistes écossais, vendredi en lançant la campagne de son parti à Edimbourg, en Ecosse.

Elections au Royaume-Uni: la campagne de Jeremy Corbyn mise à mal par des accusations d’antisémitisme

« Mon message aux Ecossais lors de cette élection essentielle est le suivant : si vous en avez marre du chaos que vous voyez se dérouler à Westminster soir après soir à la télévision, votez pour le SNP afin d’échapper au Brexit », a déclaré Nicola Sturgeon, également Première ministre écossaise.

Elle refuse que l’Ecosse « soit retirée de l’UE contre sa volonté », les Ecossais ayant voté à 62 % contre le Brexit lors du référendum de 2016. Elle s’est aussi montrée déterminée à « mettre l’avenir de l’Ecosse dans les mains de l’Ecosse » en organisant un second référendum sur l’indépendance de sa nation en 2020.

Une précédente consultation, en 2014, avait vu la victoire à 55 % des unionistes favorables au maintien dans le Royaume-Uni. Mais depuis, le Brexit s’est immiscé dans la conversation et a changé la donne, estime le SNP.

Le gouvernement britannique va-t-il accepter ?

Pour organiser ce référendum, Nicola Sturgeon a besoin du feu vert du gouvernement britannique. Or, le Premier ministre conservateur Boris Johnson s’y refuse. Mais avec une large victoire des indépendantistes aux élections, l’exécutif ne pourra ignorer les appels du SNP, a jugé Mme Sturgeon.

Si aucun parti n’obtenait une majorité des voix à l’issue du scrutin, « les députés du SNP chercheront à former une alliance progressiste afin d’évincer les Tories du gouvernement », a aussi annoncé la cheffe des indépendantistes.

Elle a également promis de se battre « bec et ongles » contre toute ouverture au privé du service public de santé britannique, le NHS, dans le cadre de futurs accords commerciaux conclus après le Brexit, en particulier avec les Etats-Unis, un risque également pointé du doigt par l’opposition travailliste.

Pour ce faire, le SNP présentera après l’élection une proposition de loi visant à protéger le NHS de tout « marchandage ».

Le service de santé publique britannique est l’un des sujets au cœur de la campagne politique, le NHS étant en crise depuis plusieurs années, l’opposition attribuant ces difficultés aux coupes budgétaires.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite