Elections au Royaume-Uni: les indépendantistes écossais veulent «échapper au Brexit»

Elections au Royaume-Uni: les indépendantistes écossais veulent «échapper au Brexit»
AFP

Vous voulez « échapper au Brexit » ? « Votez SNP » aux élections législatives britanniques du 12 décembre, a plaidé Nicola Sturgeon, cheffe des indépendantistes écossais, vendredi en lançant la campagne de son parti à Edimbourg, en Ecosse.

Elections au Royaume-Uni: la campagne de Jeremy Corbyn mise à mal par des accusations d’antisémitisme

« Mon message aux Ecossais lors de cette élection essentielle est le suivant : si vous en avez marre du chaos que vous voyez se dérouler à Westminster soir après soir à la télévision, votez pour le SNP afin d’échapper au Brexit », a déclaré Nicola Sturgeon, également Première ministre écossaise.

Elle refuse que l’Ecosse « soit retirée de l’UE contre sa volonté », les Ecossais ayant voté à 62 % contre le Brexit lors du référendum de 2016. Elle s’est aussi montrée déterminée à « mettre l’avenir de l’Ecosse dans les mains de l’Ecosse » en organisant un second référendum sur l’indépendance de sa nation en 2020.

Une précédente consultation, en 2014, avait vu la victoire à 55 % des unionistes favorables au maintien dans le Royaume-Uni. Mais depuis, le Brexit s’est immiscé dans la conversation et a changé la donne, estime le SNP.

Le gouvernement britannique va-t-il accepter ?

Pour organiser ce référendum, Nicola Sturgeon a besoin du feu vert du gouvernement britannique. Or, le Premier ministre conservateur Boris Johnson s’y refuse. Mais avec une large victoire des indépendantistes aux élections, l’exécutif ne pourra ignorer les appels du SNP, a jugé Mme Sturgeon.

Si aucun parti n’obtenait une majorité des voix à l’issue du scrutin, « les députés du SNP chercheront à former une alliance progressiste afin d’évincer les Tories du gouvernement », a aussi annoncé la cheffe des indépendantistes.

Elle a également promis de se battre « bec et ongles » contre toute ouverture au privé du service public de santé britannique, le NHS, dans le cadre de futurs accords commerciaux conclus après le Brexit, en particulier avec les Etats-Unis, un risque également pointé du doigt par l’opposition travailliste.

Pour ce faire, le SNP présentera après l’élection une proposition de loi visant à protéger le NHS de tout « marchandage ».

Le service de santé publique britannique est l’un des sujets au cœur de la campagne politique, le NHS étant en crise depuis plusieurs années, l’opposition attribuant ces difficultés aux coupes budgétaires.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour les étudiants, la réussite partielle est progressivement entrée dans les mœurs.

    Universités: le taux de réussite est en baisse structurelle

  2. ©News

    Les bulletins des Diables rouges face à Chypre: De Bruyne homme du match, Carrasco dans tous les bons coups

  3. BRITAIN ELECTIONS DEBATE

    Johnson-Corbyn : un dialogue de sourds

La chronique
  • Royaume-Uni: Levido et Milne, les faux frères ennemis des élections

    Par Marc Roche

    Deux personnages au visage banal, discrets jusqu’à la transparence, sans charisme, ni faconde, qui sont, dans l’ombre, les hommes clefs de l’élection législative du 12 décembre au Royaume-Uni. Et le symbole de la revanche des radicaux sur les tenants du juste milieu.

    L’Australien Isaac Levido, 35 ans, et l’Anglais Seumas Milne, 61 ans, sont les gourous électoraux respectivement de Boris Johnson et de Jeremy Corbyn. Les mécaniciens en chef de la bataille électorale détiennent beaucoup plus de puissance réelle que les membres du Cabinet ou du gouvernement fantôme. Ils ont l’accès le plus direct, le plus fréquent et le poids le plus perceptible auprès des deux principaux protagonistes du scrutin.

    Tout apparemment différencie les deux frères...

    Lire la suite

  • Colonies israéliennes: Trump s’assied sur le droit international

    Donald Trump aime créer la surprise. Lundi soir, il a cependant laissé à son fidèle secrétaire d’État Mike Pompeo le soin d’annoncer urbi et orbi que les États-Unis, soudain, changeaient d’avis sur la question des colonies israéliennes en territoires palestiniens occupés. Désormais, l’administration américaine estime que ces colonies ne sont pas, ou plus, contraires au droit international. Le tableau pourrait presque faire sourire : un milliardaire devenu président de la plus grande puissance au monde se lève un beau matin, et décide...

    Lire la suite