Zidane soutient Benzema: «Il a sa place en équipe de France»

@News
@News

Karim Benzema « a toute sa place en équipe de France », a déclaré vendredi Zinédine Zidane, son entraîneur au Real Madrid, au lendemain de l’annonce de la liste des 23 Bleus convoqués pour les deux derniers matches de qualifications à l’Euro 2020.

« Si vous me posez la question à moi, Zinédine Zidane, footballistiquement, c’est simplement le meilleur. Donc oui, il a sa place en équipe de France », a déclaré « Zizou » vendredi en conférence de presse, avant le déplacement du Real à Eibar, samedi en championnat.

« Je sais qu’il est très attaché à la sélection. Il a toujours voulu y jouer. Après, je ne sais pas ce qu’il s’est passé en interne. (…) Footballistiquement, oui, il n’y a pas photo. Le reste, je ne le contrôle pas », a ajouté Zidane.

Benzema, excellent depuis le début de saison au Real et actuellement dans une des meilleures formes de sa carrière, a dépassé la légende Alfredo Di Stéfano au nombre de buts marqués en Ligue des champions pour le club merengue (50 contre 49), lors de la correction (6-0) infligée par le Real à Galatasaray mercredi à Santiago-Bernabeu.

Bale et James « indisponibles »

Le technicien est également revenu sur sa phrase prononcée mardi au sujet du prodige parisien Kylian Mbappé, qui « rêve » de jouer un jour pour le club madrilène. Une sortie qui a « agacé », « dérangé » le directeur sportif du Paris SG Leonardo mercredi soir, qui a ajouté que « ce n’est pas la première fois ».

« Le joueur le disait lui-même, son rêve est de porter un jour le maillot blanc du Real Madrid. J’ai simplement dit ça. Je le redis et je le redirai tous les jours. Sur la réaction (de Leonardo), je n’ai pas de commentaire à faire. Il est dans son droit de dire ce qu’il veut », a indiqué Zidane.

L’entraîneur du Real a par ailleurs confirmé que le Gallois Gareth Bale et le Colombien James Rodriguez, appelés avec leur sélection respective alors qu’ils ne s’entraînent pas avec le reste du groupe, étaient « indisponibles ».

« Ils ne sont pas blessés, mais ils sont indisponibles ». « Ce n’est pas une décision technique, c’est juste qu’ils ne se sont pas entraînés avec le reste de l’équipe, donc ils sont indisponibles », a-t-il précisé. « Ils auront 5-6 jours pour revenir avant de pouvoir partir ou non jouer avec leurs sélections. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour les étudiants, la réussite partielle est progressivement entrée dans les mœurs.

    Universités: le taux de réussite est en baisse structurelle

  2. ©News

    Les bulletins des Diables rouges face à Chypre: De Bruyne homme du match, Carrasco dans tous les bons coups

  3. BRITAIN ELECTIONS DEBATE

    Johnson-Corbyn : un dialogue de sourds

La chronique
  • Royaume-Uni: Levido et Milne, les faux frères ennemis des élections

    Par Marc Roche

    Deux personnages au visage banal, discrets jusqu’à la transparence, sans charisme, ni faconde, qui sont, dans l’ombre, les hommes clefs de l’élection législative du 12 décembre au Royaume-Uni. Et le symbole de la revanche des radicaux sur les tenants du juste milieu.

    L’Australien Isaac Levido, 35 ans, et l’Anglais Seumas Milne, 61 ans, sont les gourous électoraux respectivement de Boris Johnson et de Jeremy Corbyn. Les mécaniciens en chef de la bataille électorale détiennent beaucoup plus de puissance réelle que les membres du Cabinet ou du gouvernement fantôme. Ils ont l’accès le plus direct, le plus fréquent et le poids le plus perceptible auprès des deux principaux protagonistes du scrutin.

    Tout apparemment différencie les deux frères...

    Lire la suite

  • Colonies israéliennes: Trump s’assied sur le droit international

    Donald Trump aime créer la surprise. Lundi soir, il a cependant laissé à son fidèle secrétaire d’État Mike Pompeo le soin d’annoncer urbi et orbi que les États-Unis, soudain, changeaient d’avis sur la question des colonies israéliennes en territoires palestiniens occupés. Désormais, l’administration américaine estime que ces colonies ne sont pas, ou plus, contraires au droit international. Le tableau pourrait presque faire sourire : un milliardaire devenu président de la plus grande puissance au monde se lève un beau matin, et décide...

    Lire la suite