Catherine Deneuve se rétablit après son accident vasculaire

Catherine Deneuve se rétablit après son accident vasculaire

La star du cinéma français Catherine Deneuve, 76 ans, « réagit très bien au traitement » et « se repose » après avoir été victime d’un accident vasculaire mardi sur un tournage, a-t-on appris auprès de l’entourage de l’actrice.

« Comme annoncé, il n’y a pas de déficit moteur. Elle se repose, tandis que des examens complémentaires sont en cours », a indiqué un membre de son entourage ayant requis l’anonymat. « Elle réagit bien au traitement. L’accident vasculaire est vraiment limité. Elle a eu beaucoup de chance en étant prise en charge très rapidement à l’hôpital où son malaise s’est produit, en plein tournage », a ajouté cette source.

Le malaise de Catherine Deneuve s’est produit mardi vers 15H dans un centre hospitalier de la région parisienne, où l’icône du cinéma français tournait une scène du film « De son vivant » d’Emmanuelle Bercot. Elle a été prise immédiatement en charge par cet établissement pour les premiers soins, avant son transfert vers un hôpital parisien, a précisé cette même source, confirmant des informations du Parisien.

La famille de l’actrice avait annoncé mercredi qu’elle avait « été victime d’un accident vasculaire ischémique très limité et donc réversible » et devrait « bien sûr prendre quelque temps de repos ».

Depuis plusieurs semaines, l’icône du cinéma français, qui enchaîne les projets, tournait dans « De son vivant » aux côtés de Benoît Magimel et Cécile de France. Ce film d’Emmanuelle Bercot, avec qui elle a déjà fait deux films (« Elle s’en va » et « La Tête haute »), raconte l’histoire d’un fils (Benoît Magimel) condamné par un cancer et de sa mère, incarnée par Catherine Deneuve, tandis qu’une médecin se retrouve au milieu de ce couple et essaie de faire son travail.

Prévu pour durer neuf semaines, ce tournage, qui a démarré le 11 octobre, s’est poursuivi depuis l’hospitalisation de Catherine Deneuve. Il pourrait continuer quelque temps encore en son absence, en modifiant le plan de tournage, selon des sources proches du film.

Sur le même sujet
CinémaCatherine Deneuve
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chan Bao - nom d’emprunt -, infirmière à Wuhan, a dû être hospitalisée d’urgence
: «
Pour la première fois, j’ai pensé que je pourrais mourir
».

    A Wuhan, le coronavirus décime le personnel soignant: «Mon étage est rempli de mes collègues»

  2. Aucune destination européenne n’a été placée sous un avis négatif du SPF Affaires étrangères. Autrement dit, pas question en l’état d’obtenir l’annulation et le remboursement du voyage qui avait été préalablement réservé.

    Italie, Espagne, Chine...: puis-je annuler mon voyage à cause du coronavirus?

  3. L’église Saint-Henri, à Woluwe-Saint-Lambert, doit faire l’objet d’une rénovation lourde, dont coût six millions.

    La Région bruxelloise met les églises à la diète

La chronique
  • Le destin tourmenté d’un ministre de la Culture en Flandre

    Depuis des années, la chanson « Mia » de Gorki, groupe de rock flamand néerlandophone, formé à Gand en 1989, se trouve au sommet des tops 1000 en Flandre. La chanson décrit, selon certains, l’ambiance véritable de la Flandre profonde avec les mots : « De middenstand regeert het land, beter dan ooit tevoren, Mia heeft het licht gezien, ze zegt, niemand gaat verloren » (« La classe moyenne gouverne le pays, mieux que jamais, Mia a vu le jour, elle dit que personne ne perdra »). Le chanteur du groupe, Luc De Vos, est retrouvé mort en octobre 2014 dans son appartement de travail, à Gand où il résidait. Dès 2007, les prix de récompenses musicales en Flandre ont été rebaptisés MIA, Music Industry Awards, un clin d’œil au tube de Gorki. Et c’est pendant la cérémonie de ces MIA que Jan Jambon, le ministre-président de la Flandre, mais également ministre de la Culture,...

    Lire la suite

  • Brexit, Saison 2 ou le retour du spectre du «no deal»

    L’aurait-on oublié qu’il ne serait pas inutile de se rappeler que la saga du Brexit est loin d’être une affaire close. Si le Royaume-Uni n’est bel et bien plus membre de l’Union européenne depuis le 31 janvier à minuit, ce n’est pas la fin de l’histoire. Dès lundi prochain s’engagera une négociation autrement plus difficile que le règlement du divorce : la tentative de s’accorder sur les modalités de la future relation entre Londres et l’UE avec, au cœur, un accord commercial. Et le moins que l’on puisse écrire au moment où les deux...

    Lire la suite