Accueil Belgique Politique

Crise politique: des affaires courantes plus nuisibles qu’on ne le croit

La plupart des citoyens ne se sentent pas touchés par l’absence de gouvernement fédéral de plein exercice. Les affaires courantes limitent les dégâts mais les conséquences réelles sur notre vie de tous les jours ne manquent pas.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 6 min

Onze mois que Charles Michel a filé avec sa valisette démissionner chez le Roi. Onze mois que son gouvernement, ou plutôt désormais celui de Sophie Wilmès (MR), est en affaires courantes. Ce terme juridique qui n’existe pas dans la constitution est désormais bien connu de tous les Belges. La population s’est habituée à ces périodes plus ou moins longues de flottement entre deux gouvernements. Un sondage du quotidien flamand Het Laatste Nieuws, publié cette semaine, indiquait que 60 % des Flamands ne sentaient aucun impact sur leur vie quotidienne, malgré l’absence de gouvernement fédéral de plein exercice. Au point qu’on entend de plus en plus souvent cette petite phrase : « Est-ce vraiment si grave de ne pas avoir de gouvernement ? ».

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Brohé Armille, lundi 11 novembre 2019, 14:22

    Scandalisé de voir que le premier ministre Charles Michel quitte son poste pour rejoindre l'Europe ce qui est pour moi une faute ,abandon de poste dans un pays en crise idem pour Reynders et Chastel tous les trois avaient bien préparé leur coup ,je trouve que vous les médias vous devriez mettre plus l'accent sur cette mal façon de faire, nou. . ne pouvons pas accepter cela, la preuve qu'ils ne voient que leur portefeuille car au final ils n'en ont rien a foutre des citoyens nous avons été trompé et ça doit ce savoir alors messieurs les journalistes ne laissaient pas cette affaire comme ci rien ne s'était passé . Ils ne devraient pas être nommé sans quoi pourquoi voter.

  • Posté par Mazy - Dupas Serge, lundi 11 novembre 2019, 17:51

    D'accord dans les grandes lignes avec ces remarques ! Il faut cependant nuancer . Un gouvernement où les francophones étaient ultra-minoritaires ... ne pouvait pas se permettre la moindre erreur d'appréciation ! L'affaire "Marrachech" fut le prétexte des flamingants pour liquider l'équipe en place ! Evidemment, la fuite des ténors MR à l'Europe, la nomination d'une femme Sophie Wilmes - dans l'air du temps - au poste de 1er ministre - protégée et relais de Charles Michel au Gouvernement - ne peut que faire douter les électeurs qui ... sanctionneront sans doute ces comportements douteux et préjudiciables à une saine démocratie !!!

  • Posté par Bricourt Noela, dimanche 10 novembre 2019, 18:09

    C’est la meilleure attitude à adopter sauf à participer à des querelles sans fin ou à les considérer comme légitimes.

  • Posté par Stroobants Nathalie, dimanche 10 novembre 2019, 17:01

    Ca fait quoi "Zophie" de devoir gérer les conséquences du gouffre budgétaire abyssal que tu nous as laissé ? Hein, serieuze ?

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs