La manager qui classait ses employés par couleur de peau risque jusqu’à un an de prison

La manager qui classait ses employés par couleur de peau risque jusqu’à un an de prison

La gérante du magasin JD sports suspectée de propos racistes, a été privée de liberté le temps de son audition vendredi matin, a indiqué le parquet de Liège. La principale intéressée risque jusqu’à un an de prison ainsi qu’une amende.

La jeune femme a été privée de liberté vendredi matin le temps de son audition. « Cette privation de liberté était la seule façon législative d’obtenir l’audition rapidement », a précisé Catherine Collignon, la magistrate presse du parquet de Liège. Cette privation de liberté a pris fin au terme de l’entrevue.

La suspecte reconnaît les faits, mais minimise ses paroles en expliquant qu’elle s’exprimait sur le ton de l’humour. Le parquet insiste sur le fait que le ton utilisé, ne modifie en rien l’infraction commise.

Les propos racistes reprochés à la gérante, ont été prononcés dans le magasin JD Sports de la Médiacité à Liège, il y a deux semaines. En fin de journée, les employés sont toujours fouillés afin de vérifier s’ils n’ont rien volé. Le jour des faits, la manager a demandé à ses équipes de se séparer en trois groupes, les « Arabes », les « gwères » et enfin les « macaques ». Une vidéo des « explications » de la gérante a été diffusée sur les réseaux sociaux et est devenue virale.

Depuis la publication de la vidéo, au moins deux magasins de la chaîne ont été pillés, l’un à Liège et l’autre à Bruxelles. Le parquet de Liège rappel que l’appel à la violence est également une infraction punissable par la loi.

Sur le même sujet
RacismeLois et règlements
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. © Mathieu Golinvaux.

    Arno à l’AB: un résumé parfait de ses 50 ans de carrière

La chronique
  • Pourquoi {une tête}, mais {un tête-à-tête}?

    Il est des questions de langue que des francophones natifs ne se posent guère, mais sur lesquelles des apprenants buttent. Dont celle-ci qui, je l’avoue, ne m’était jamais venue à l’esprit : pourquoi le composé tête-à-tête est-il un nom masculin, alors que tête est du genre féminin ? La pertinence de ce rapprochement saute aux yeux, mais est-ce une bonne manière d’aborder le problème ? Comment se détermine le genre des composés ? Vaste question, à traiter sans trop de prise de tête.

    Un bracelet-montre, mais une montre-bracelet

    Comme le précise Le bon usage (2026, § 178), une distinction est à faire entre deux types de composés. Il y a ceux dont le noyau est interne au composé lui-même : oiseau-mouche, un oiseau (noyau) qui, par sa taille, évoque une mouche ; voiture-bélier, une voiture (noyau) utilisée comme bélier ; wagon-restaurant, un wagon (noyau) aménagé pour servir de restaurant. La relation entre les...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite