Arnaud Zacharie (CNCD 11.11.11) sur la formation fédérale: «Un gouvernement d’experts ferait le jeu du populisme»

Arnaud Zacharie.
Arnaud Zacharie. - PhotoNews

Secrétaire général du CNCD 11.11.11, Arnaud Zacharie est l’invité du Grand Oral RTBF/Le Soir ce samedi 9 novembre sur La Première et ce dimanche 10 novembre sur La Trois. Au menu : la montée de mouvement populistes dans le monde, la sortie de son livre « Mondialisation et national-populisme : la nouvelle grande transformation », et la difficulté de partis à former un gouvernement en Belgique.

Secrétaire générale du CNCD 11.11.11, Arnaud Zacharie est l’invité du Grand Oral RTBF/Le Soir ce samedi 9 novembre sur La Première et ce dimanche 10 novembre sur La Trois. Au menu : la montée de mouvements populistes dans le monde, la sortie de son livre « Mondialisation et national populisme : la nouvelle grande transformation », et la difficulté de partis à former un gouvernement en Belgique.

Comment débloquer la situation politique fédérale, en Belgique ? Joachim Coens (CD & V) proposait la semaine dernière la mise en place d’un gouvernement d’experts. Une très mauvaise idée pour Arnaud Zacharie. « Il y a eu deux expériences de ce type en 2011-2012 en Grèce et en Italie. On a vu ce que ça a donné », débute-t-il. « Si on part du principe qu’on n’est plus capables de compter sur la démocratie, on va aggraver le problème qui est pour moi au centre de la nouvelle grande transformation actuelle ».

Vers la démocratie antilibérale

C’est ce que Yascha Mounk, professeur de Harvard, appelle le libéralisme antidémocratique. Arnaud Zacharie développe : « De plus en plus, depuis le tournant néolibéral des années 80, on transfère vers des lieux technocratiques des décisions qui ont un impact très important sur la réalité économique, sociale, environnementale ou culturelle des citoyens. Et donc ça débouche sur ce qu’il appelle la démocratie antilibérale, c’est-à-dire qu’on a des mouvements qui défendent le national populisme, qui sont attachés aux élections, mais qui sont des partis démocratiques ».

En revanche, détaille-t-il, « Que ce soit la séparation des pouvoirs, que ce soit la participation citoyenne via des corps intermédiaires, ou que ce soit l’universalité des droits humains, et donc les droits des minorités, ben là, on n’en prend plus compte, donc ce n’est plus une démocratie libérale, c’est une démocratie simplement élective, qui est prônée par ce type de mouvement ».

La crise belge, pas si singulière

La crise belge qu’il analyse n’est pas propre à notre pays, poursuit-il. « C’est ce que beaucoup disent, mais ce n’est pas le cas. Notre situation illustre un phénomène quasi généralisé. Avec d’une part la fatigue démocratique qui s’illustre par une baisse très importante des partis traditionnels. D’autre part, la montée de partis antisystèmes ».

Le repli national populisme est au cœur de son nouveau livre, « ‘Mondialisation et national populisme : la nouvelle grande transformation’« . Alors que la ‘première mondialisation’(1870-1914) avait engendré une ‘grande transformation’ débouchant sur la montée des totalitarismes dans les années 1930, la mondialisation actuelle débouche sur une réaction nationaliste et identitaire qui met en péril la démocratie libérale et la coopération multilatérale ». Cet ouvrage décrit la « nouvelle grande transformation » qui semble se dérouler sous nos yeux.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’abaissement des cotisations sociales ne peut être suffisant pour augmenter le nombre de quinquagénaires et sexagénaires au travail.

    Pensions: et si allonger la carrière n’était pas la (bonne) solution?

  2. Gordon Sondland, l’ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’Union européenne, a confirmé dans sa déclaration préliminaire avoir imposé un «
quiproquo (donnant donnant)
» aux autorités ukrainiennes, sur ordre exprès du président américain.

    Destitution: Gordon Sondland, un témoignage catastrophique pour Trump

  3. Un patient infecté qui suit correctement son traitement peut en effet devenir «indétectable» et ne plus représenter de danger d’infection.

    Sida: comment gagner la bataille de la bithérapie

La chronique
  • Les tweets prolétariens du Vlaams Belang

    Les médias sociaux sont de toutes les époques. C’est une des conclusions d’un livre remarquable du professeur d’histoire, Maarten Van Ginderachter, de l’université d’Anvers. Dans son ouvrage The everyday nationalism of workers (Le nationalisme quotidien des travailleurs), il explique que le quotidien socialiste gantois Vooruit avait lancé à la fin du dix-neuvième siècle un « denier de la lutte », une liste d’abonnements pour soutenir la presse socialiste. Ce qui est intéressant à propos de ces listes, c’est que les donateurs pouvaient compléter leur don par une brève déclaration, généralement des messages courts ou 1 à 5 lignes dans un langage très familier. Ces déclarations étaient publiées dans une section séparée, et dans le Vooruit. Elles représentèrent rapidement jusqu’à un quart de l’espace total de la copie, publiée au moins deux fois par semaine, contenant à chaque fois plusieurs dizaines de déclarations.

    Une propagande efficace...

    Lire la suite

  • Un pays qui part à vau-l’eau

    Ce mercredi, tous les partis siégeant en commission santé du Parlement ont approuvé l’accord sur le financement supplémentaire dans le secteur hospitalier. C’est une très bonne nouvelle car cela implique du personnel supplémentaire dans les hôpitaux, mais aussi chez les infirmiers à domicile salariés. Celui qui a récemment côtoyé un hôpital ou reçu la visite d’un infirmier à domicile, a constaté leur stress et la pression qui les fait courir d’un patient à l’autre tout en conservant le sourire, car ils et elles savent que c’est un élément...

    Lire la suite