Franky Vercauteren satisfait de la mentalité d’Anderlecht à Zulte Waregem (1-2): «On est resté solide plutôt que de couler après le but encaissé»

WAREGEM, BELGIUM - NOVEMBER 8 : Franky Vercauteren head coach of Anderlecht and Francky Dury head coach of Zulte Waregem pictured during the Jupiler Pro League match between SV Zulte Waregem and RSC Anderlecht on November 08, 2019 at the Regenboog stadium in Waregem, Belgium, 8/11/2019 ( Photo by Nico Vereecken / Photo News
WAREGEM, BELGIUM - NOVEMBER 8 : Franky Vercauteren head coach of Anderlecht and Francky Dury head coach of Zulte Waregem pictured during the Jupiler Pro League match between SV Zulte Waregem and RSC Anderlecht on November 08, 2019 at the Regenboog stadium in Waregem, Belgium, 8/11/2019 ( Photo by Nico Vereecken / Photo News - Photo News

Interrogé au micro de Proximus au terme de la rencontre, Franky Vercauteren s’est montré satisfait de la victoire de ses joueurs sur la pelouse de Zulte Waregem, même si tout n’était pas parfait : « On a été bien à certains moments aujourd’hui, et moins bien à d’autres. Il nous reste du travail, mais on a bien rebondi et on s’est montré solide mentalement plutôt que d’accuser le coup et de couler après le goal encaissé. »

Buteur en tout début de rencontre, Nacer Chadli s’est lui aussi contenté des trois points, malgré certaines imperfections : « L’équipe a été bonne aujourd’hui, on savait que ce serait difficile et on a eu de moins bons passages dans la rencontre mais le plus important c’est les trois points. Ça nous est souvent arrivé de perdre en jouant bien, alors je préfère ça. On a eu beaucoup d’occasions en première période et on aurait pu tuer le match. Au final, ils sont restés accrochés mais on a su relever la tête après le 1-1, c’est le plus important. »

Un manque d’efficacité également souligné par Saelemaekers, qui aurait voulu voir son équipe dérouler. « C’est vraiment dommage qu’on n’ait pas pu plier le match en première période, car on aurait ensuite pu dérouler en cas de 2-0. Mais comme je l’ai dit, ça s’est bien passé au final et les trois points sont très importants. On savait que c’était un match à gagner absolument », s’est ensuite réjoui le jeune ailier.

Gros bémol malgré tout : le goal encaissé par Anderlecht sur une nouvelle perte de balle défensive. Une situation que le coach des Mauves avait pourtant demandé d’éviter à tout prix : « J’avais demandé aux joueurs de ne pas prendre le moindre risque, mais ce n’est pas ce qu’on a fait sur le goal encaissé. »

« L’erreur sur le goal encaissé peut arriver à n’importe quelle équipe qui construit depuis l’arrière. Il faudra faire attention les prochaines fois », a toutefois tempéré Nacer Chadli.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour les étudiants, la réussite partielle est progressivement entrée dans les mœurs.

    Universités: le taux de réussite est en baisse structurelle

  2. ©News

    Les bulletins des Diables rouges face à Chypre: De Bruyne homme du match, Carrasco dans tous les bons coups

  3. BRITAIN ELECTIONS DEBATE

    Johnson-Corbyn : un dialogue de sourds

La chronique
  • Royaume-Uni: Levido et Milne, les faux frères ennemis des élections

    Par Marc Roche

    Deux personnages au visage banal, discrets jusqu’à la transparence, sans charisme, ni faconde, qui sont, dans l’ombre, les hommes clefs de l’élection législative du 12 décembre au Royaume-Uni. Et le symbole de la revanche des radicaux sur les tenants du juste milieu.

    L’Australien Isaac Levido, 35 ans, et l’Anglais Seumas Milne, 61 ans, sont les gourous électoraux respectivement de Boris Johnson et de Jeremy Corbyn. Les mécaniciens en chef de la bataille électorale détiennent beaucoup plus de puissance réelle que les membres du Cabinet ou du gouvernement fantôme. Ils ont l’accès le plus direct, le plus fréquent et le poids le plus perceptible auprès des deux principaux protagonistes du scrutin.

    Tout apparemment différencie les deux frères...

    Lire la suite

  • Colonies israéliennes: Trump s’assied sur le droit international

    Donald Trump aime créer la surprise. Lundi soir, il a cependant laissé à son fidèle secrétaire d’État Mike Pompeo le soin d’annoncer urbi et orbi que les États-Unis, soudain, changeaient d’avis sur la question des colonies israéliennes en territoires palestiniens occupés. Désormais, l’administration américaine estime que ces colonies ne sont pas, ou plus, contraires au droit international. Le tableau pourrait presque faire sourire : un milliardaire devenu président de la plus grande puissance au monde se lève un beau matin, et décide...

    Lire la suite