Ligue 1: Bordeaux prend un point à Nice et monte sur le podium (1-1)

@News
@News

Les Girondins de Bordeaux ont confirmé leur capacité à bien voyager cette saison et ont su prendre un point à Nice (1-1) pour monter provisoirement sur le podium, vendredi soir en ouverture de la 13e journée.

Le « British project » façon Ineos de Nice n’est donc pas parvenu à venir à bout de l’« American project » bordelais.

Pourtant, depuis quelques saisons, Nice aime Bordeaux. Avec ce nul, les Azuréens cumulent ainsi 10 matches sans défaite (6 victoires et 4 nuls) contre les Girondins.

Mais cette série est un trompe-l’oeil. Car les Bordelais ont dominé une bonne partie de cette opposition et ce sont eux qui font la bonne opération.

Cette saison, Laurent Koscielny et ses partenaires sont très performants loin de chez eux. Ils ont pris, à l’Allianz Riviera, leur 11e point à l’extérieur sur 19 au total.

Malgré le retour dans le onze initial rouge et noir de trois recrues estampillées « Ineos » (Nsoki, Dolberg, Ounas), les Girondins n’ont donc pas tremblé.

Même après l’ouverture du score de Pierre Lees-Melou de la tête à la suite d’un bon débordement de Youcef Atal (1-1, 27e), même après que Kasper Dolberg a eu la balle du 2-0 (29e), ils sont restés sur leurs principes de jeu.

À la pause, Bordeaux pouvait prétendre à mieux. La fin de la première période a été totalement à l’avantage des hommes de Paulo Sousa.

Sans deux arrêts consécutifs et de très haut niveau signés Walter Benitez, sur une frappe enroulée d’Aurélien Tchouaméni (39e) et sur une reprise à bout portant de Jimmy Briand (40e), le Gym n’aurait pas mené à la pause.

Mais Bordeaux, ses 62 % de possession et ses 90 % de passes réussies, a eu la main sur la rencontre. Patrick Vieira l’a bien senti. Et à la pause, il a réorganisé son équipe, sortant l’attaquant Ignatius Ganago pour faire entrer un défenseur, Patrick Burner.

Youcef Atal est passé de latéral droit à milieu offensif gauche. Devant l’ex-Parisien Stanley Nsoki, 20 ans, souvent impressionnant dans les duels mais parfois en manque de concentration.

Et c’est de ce côté que Bordeaux a concentré ses offensives. Cela n’a pas manqué. Dans la surface, François Kamano et sa technique ont fait commettre la faute à Nsoki, trop engagé sur son intervention (47e).

D’une frappe à ras-de-terre croisée du pied droit, Briand a égalisé logiquement et inscrit par la même occasion le 96e but en L1 de sa carrière (1-1, 50e).

Cette égalisation a eu le don de réveiller le Gym. La tribune Populaire Sud, si vindicative envers les siens lors de la victoire contre Reims (2-0) dimanche dernier, a été à l’unisson et poussé son équipe.

Mais Benoît Costil s’est brillamment interposé sur la seule véritable opportunité niçoise, signé Myziane Maolida (81e). Et Bordeaux s’offre ainsi un podium provisoire.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour les étudiants, la réussite partielle est progressivement entrée dans les mœurs.

    Universités: le taux de réussite est en baisse structurelle

  2. ©News

    Les bulletins des Diables rouges face à Chypre: De Bruyne homme du match, Carrasco dans tous les bons coups

  3. Edouard Delruelle, 56 ans, professeur de Philosophie à l’Université de Liège.

    Edouard Delruelle, un philosophe à la présidence des Mutualités socialistes

La chronique
  • Royaume-Uni: Levido et Milne, les faux frères ennemis des élections

    Par Marc Roche

    Deux personnages au visage banal, discrets jusqu’à la transparence, sans charisme, ni faconde, qui sont, dans l’ombre, les hommes clefs de l’élection législative du 12 décembre au Royaume-Uni. Et le symbole de la revanche des radicaux sur les tenants du juste milieu.

    L’Australien Isaac Levido, 35 ans, et l’Anglais Seumas Milne, 61 ans, sont les gourous électoraux respectivement de Boris Johnson et de Jeremy Corbyn. Les mécaniciens en chef de la bataille électorale détiennent beaucoup plus de puissance réelle que les membres du Cabinet ou du gouvernement fantôme. Ils ont l’accès le plus direct, le plus fréquent et le poids le plus perceptible auprès des deux principaux protagonistes du scrutin.

    Tout apparemment différencie les deux frères...

    Lire la suite

  • Colonies israéliennes: Trump s’assied sur le droit international

    Donald Trump aime créer la surprise. Lundi soir, il a cependant laissé à son fidèle secrétaire d’État Mike Pompeo le soin d’annoncer urbi et orbi que les États-Unis, soudain, changeaient d’avis sur la question des colonies israéliennes en territoires palestiniens occupés. Désormais, l’administration américaine estime que ces colonies ne sont pas, ou plus, contraires au droit international. Le tableau pourrait presque faire sourire : un milliardaire devenu président de la plus grande puissance au monde se lève un beau matin, et décide...

    Lire la suite