Coalition fédérale: «Un gouvernement arc-en-ciel, l’alternative au chaos», selon Rudy Demotte

Coalition fédérale: «Un gouvernement arc-en-ciel, l’alternative au chaos», selon Rudy Demotte
Belga

Rudy Demotte (PS) est revenu dans la presse samedi sur l’échec de sa mission de préformation d’un gouvernement fédéral menée avec Geert Bourgeois (N-VA). A ses yeux, « un gouvernement arc-en-ciel, c’est l’alternative au chaos » alors que le parti nationaliste a déposé des propositions institutionnelles imbuvables, confie-t-il. Quant à l’ancien Premier ministre Charles Michel (MR), « il a savonné la planche des négociations ».

« Dans le contexte actuel, avec les propositions que la N-VA a mises sur la table, il n’y a pas de conciliation possible », estime ainsi l’ancien ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles dans les colonnes de La Libre Belgique.

Le parti nationaliste demandait des réformes qui modifient le « paradigme belge », explique Rudy Demotte. « Cela consistait à sortir la Belgique telle qu’elle est organisée sur base d’un État fédéral. Lorsque les services d’études des partis comparaient les propositions concrètes, ça a été l’ouverture du musée des horreurs. La N-VA mettait des éléments qui, pour nous, conduisaient inexorablement à une mise à zéro des mécanismes de solidarité en matière de sécurité sociale, qui conduisaient aussi l’État vers une forme plus ou moins aiguë de confédéralisme. »

En matière de soins de santé, la N-VA proposait de « prendre tous les mécanismes qui existent aujourd’hui au niveau de la solidarité interindividuelle pour en faire des mécanismes de solidarité interrégionale. C’est très différent. Cela impacte les recettes », détaille encore le socialiste.

Mais la N-VA n’est pas la seule responsable du blocage. « Il n’y avait pas assez de points de compromis, les angles étaient fermés et pas que par la N-VA », relève-t-il d’ailleurs dans les journaux du groupe Sudpresse. « On était dans le poste de pilotage, Geert et moi, et on avait l’impression que dans la salle des machines, on mettait de la substance explosive plutôt que du charbon dans la chaudière… », illustre-t-il.

Néanmoins un gouvernement arc-en-ciel associant les familles socialistes, libérale, écologiste, plus le CD&amp ; V est donc une solution à ses yeux. « Quelle que soit la formule sur la table, elle sera compliquée. Le génie de ceux qui arriveront à nouer les derniers fils, ce sera d’être capable de faire cohabiter des modèles de société très différents. Les verts, le PS, les libéraux n’ont pas la même vision de la société sur l’approche fiscale, sociale, économique, environnementale. C’est tout sauf simple, c’est clair, mais c’est une alternative au chaos », reconnaît-il dans La Libre Belgique.

L’ex-préformateur s’en est également pris à Charles Michel et ses critiques émises en début de semaine sur le peu de temps que lui ont accordé Rudy Demotte et Geert Bourgeois. « S’il avait voulu parler 5 heures, comme certains l’ont fait, il aurait pu. C’est lui qui a défini la jauge du temps qu’il nous consacrait. (…) Il a pris cette posture de manière très surprenante, alors qu’il aurait pu adopter celle d’homme d’État. On ne l’a pas retrouvé dans ce costume. (…) Cette discourtoisie n’est pas quelque chose d’habituel en politique et on se demande s’il n’a pas savonné volontairement la planche des discussions. »

Le socialiste a déploré l’amertume que l’ancien Premier ministre semble avoir gardée à l’encontre de la N-VA après l’épisode du pacte de Marrakech et du PS pour son opposition frontale durant la législature.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour les étudiants, la réussite partielle est progressivement entrée dans les mœurs.

    Universités: le taux de réussite est en baisse structurelle

  2. ©News

    Philippe Albert: «La Belgique peut battre n’importe quelle équipe au monde sur un match»

  3. ©News

    Les bulletins des Diables rouges face à Chypre: De Bruyne homme du match, Carrasco dans tous les bons coups

La chronique
  • Royaume-Uni: Levido et Milne, les faux frères ennemis des élections

    Par Marc Roche

    Deux personnages au visage banal, discrets jusqu’à la transparence, sans charisme, ni faconde, qui sont, dans l’ombre, les hommes clefs de l’élection législative du 12 décembre au Royaume-Uni. Et le symbole de la revanche des radicaux sur les tenants du juste milieu.

    L’Australien Isaac Levido, 35 ans, et l’Anglais Seumas Milne, 61 ans, sont les gourous électoraux respectivement de Boris Johnson et de Jeremy Corbyn. Les mécaniciens en chef de la bataille électorale détiennent beaucoup plus de puissance réelle que les membres du Cabinet ou du gouvernement fantôme. Ils ont l’accès le plus direct, le plus fréquent et le poids le plus perceptible auprès des deux principaux protagonistes du scrutin.

    Tout apparemment différencie les deux frères...

    Lire la suite

  • Colonies israéliennes: Trump s’assied sur le droit international

    Donald Trump aime créer la surprise. Lundi soir, il a cependant laissé à son fidèle secrétaire d’État Mike Pompeo le soin d’annoncer urbi et orbi que les États-Unis, soudain, changeaient d’avis sur la question des colonies israéliennes en territoires palestiniens occupés. Désormais, l’administration américaine estime que ces colonies ne sont pas, ou plus, contraires au droit international. Le tableau pourrait presque faire sourire : un milliardaire devenu président de la plus grande puissance au monde se lève un beau matin, et décide...

    Lire la suite