Coalition fédérale: «Un gouvernement arc-en-ciel, l’alternative au chaos», selon Rudy Demotte

Coalition fédérale: «Un gouvernement arc-en-ciel, l’alternative au chaos», selon Rudy Demotte
Belga

Rudy Demotte (PS) est revenu dans la presse samedi sur l’échec de sa mission de préformation d’un gouvernement fédéral menée avec Geert Bourgeois (N-VA). A ses yeux, « un gouvernement arc-en-ciel, c’est l’alternative au chaos » alors que le parti nationaliste a déposé des propositions institutionnelles imbuvables, confie-t-il. Quant à l’ancien Premier ministre Charles Michel (MR), « il a savonné la planche des négociations ».

« Dans le contexte actuel, avec les propositions que la N-VA a mises sur la table, il n’y a pas de conciliation possible », estime ainsi l’ancien ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles dans les colonnes de La Libre Belgique.

Le parti nationaliste demandait des réformes qui modifient le « paradigme belge », explique Rudy Demotte. « Cela consistait à sortir la Belgique telle qu’elle est organisée sur base d’un État fédéral. Lorsque les services d’études des partis comparaient les propositions concrètes, ça a été l’ouverture du musée des horreurs. La N-VA mettait des éléments qui, pour nous, conduisaient inexorablement à une mise à zéro des mécanismes de solidarité en matière de sécurité sociale, qui conduisaient aussi l’État vers une forme plus ou moins aiguë de confédéralisme. »

En matière de soins de santé, la N-VA proposait de « prendre tous les mécanismes qui existent aujourd’hui au niveau de la solidarité interindividuelle pour en faire des mécanismes de solidarité interrégionale. C’est très différent. Cela impacte les recettes », détaille encore le socialiste.

Mais la N-VA n’est pas la seule responsable du blocage. « Il n’y avait pas assez de points de compromis, les angles étaient fermés et pas que par la N-VA », relève-t-il d’ailleurs dans les journaux du groupe Sudpresse. « On était dans le poste de pilotage, Geert et moi, et on avait l’impression que dans la salle des machines, on mettait de la substance explosive plutôt que du charbon dans la chaudière… », illustre-t-il.

Néanmoins un gouvernement arc-en-ciel associant les familles socialistes, libérale, écologiste, plus le CD&amp ; V est donc une solution à ses yeux. « Quelle que soit la formule sur la table, elle sera compliquée. Le génie de ceux qui arriveront à nouer les derniers fils, ce sera d’être capable de faire cohabiter des modèles de société très différents. Les verts, le PS, les libéraux n’ont pas la même vision de la société sur l’approche fiscale, sociale, économique, environnementale. C’est tout sauf simple, c’est clair, mais c’est une alternative au chaos », reconnaît-il dans La Libre Belgique.

L’ex-préformateur s’en est également pris à Charles Michel et ses critiques émises en début de semaine sur le peu de temps que lui ont accordé Rudy Demotte et Geert Bourgeois. « S’il avait voulu parler 5 heures, comme certains l’ont fait, il aurait pu. C’est lui qui a défini la jauge du temps qu’il nous consacrait. (…) Il a pris cette posture de manière très surprenante, alors qu’il aurait pu adopter celle d’homme d’État. On ne l’a pas retrouvé dans ce costume. (…) Cette discourtoisie n’est pas quelque chose d’habituel en politique et on se demande s’il n’a pas savonné volontairement la planche des discussions. »

Le socialiste a déploré l’amertume que l’ancien Premier ministre semble avoir gardée à l’encontre de la N-VA après l’épisode du pacte de Marrakech et du PS pour son opposition frontale durant la législature.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. © Mathieu Golinvaux.

    Arno à l’AB: un résumé parfait de ses 50 ans de carrière

La chronique
  • Pourquoi {une tête}, mais {un tête-à-tête}?

    Il est des questions de langue que des francophones natifs ne se posent guère, mais sur lesquelles des apprenants buttent. Dont celle-ci qui, je l’avoue, ne m’était jamais venue à l’esprit : pourquoi le composé tête-à-tête est-il un nom masculin, alors que tête est du genre féminin ? La pertinence de ce rapprochement saute aux yeux, mais est-ce une bonne manière d’aborder le problème ? Comment se détermine le genre des composés ? Vaste question, à traiter sans trop de prise de tête.

    Un bracelet-montre, mais une montre-bracelet

    Comme le précise Le bon usage (2026, § 178), une distinction est à faire entre deux types de composés. Il y a ceux dont le noyau est interne au composé lui-même : oiseau-mouche, un oiseau (noyau) qui, par sa taille, évoque une mouche ; voiture-bélier, une voiture (noyau) utilisée comme bélier ; wagon-restaurant, un wagon (noyau) aménagé pour servir de restaurant. La relation entre les...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite