Accueil Société

Un salarié sur cinq est en risque d’épuisement

A côté de la fatigue physique, une fatigue émotionnelle est aussi ressentie par un salarié sur cinq.

Temps de lecture: 1 min

Quelque 18 % des salariés sont en risque d’épuisement, ressort-il d’une analyse de Bright Link, une spin-off de l’UCLouvain spécialisée dans la prévention du burn-out. Les conclusions sont publiées samedi par L’Echo.

Les personnes interrogées se plaignent surtout de symptômes physiques, ressentis par plus d’un travailleur sur quatre (29,6 %), selon le « baromètre de l’épuisement 2019 ». Les tensions musculaires, les problèmes d’insomnie et les problèmes intestinaux sont le plus souvent cités. De plus, seuls quatre salariés sur dix (41,6 %) estiment se réveiller bien reposés.

A côté de la fatigue physique, une fatigue émotionnelle est aussi ressentie par un salarié sur cinq (20,8 %). Les symptômes les plus fréquemment mentionnés sont l’anxiété, l’irritabilité ou encore la susceptibilité. Enfin, une fatigue cognitive est ressentie par un salarié sur six.

A l’origine de ce mal-être ? Deux salariés sur trois (65 %) se plaignent de directives de travail contradictoires. C’est le principal facteur de stress ressenti, suivi de près par la charge de travail, pointée par 62 % des répondants.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Stroobants Nathalie, samedi 9 novembre 2019, 10:57

    De jeunes universitaires sont affectés à des tâches de management pour lesquelles ils n'ont pas été formés. Mais ils ont fait l'unif et sont aptes à toutes les tâches. Qu'est-ce qu'ils peuvent faire comme dégâts. Et deux ans plus quand ils ont instauré le 'souck' ils quittent le navire. Sortis des études à 24 ans, certains ont déjà sévit dans 10 boîtes à l'âge de 30 ! Ce phénomène n'inquiète ni le prochain patron, ni les recruteurs, hallucinant.

  • Posté par Parfonry Roland, samedi 9 novembre 2019, 9:39

    Pour contrer les directives de travail contradictoires, la meilleure stratégie a toujours été d'attendre que vienne le contre ordre avant de poser une action et de continuer à solutionner le dossier sur lequel on est concentré. Pas de charges émotionnelles supplémentaires. Et en dernier point, reconnaître que le Principe de Peter est parfois utile à connaître pour apprécier de la qualité organisationnelle de sa hiérarchie.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko