Finale de la Fed Cup: l’Australie et la France à égalité 1-1 après la première journée

Finale de la Fed Cup: l’Australie et la France à égalité 1-1 après la première journée
AFP

La N.1 mondiale Ashleigh Barty n’a pas laissé le moindre jeu (6-0, 6-0) à la N.2 française Caroline Garcia (45e à la WTA). En 56 minutes à peine, elle a permis à l’Australie d’égaliser à une victoire partout face à la France en finale de la Fed Cup, samedi sur surface dure à Perth (Australie). Kristina Mladenovic (WTA 40) avait auparavant apporté à la France le premier point. Elle non plus n’a pas laissé la moindre chance à son adversaire. Elle a écarté sèchement Ajla Tomljanovic (WTA 51) en deux sets 6-1, 6-1 en 1h11.

La finale se poursuit dimanche avec les deux derniers simples, suivi du double.

Comme le premier match, le second a été à sens unique, en faveur de l’Australie cette fois.

Extrêmement solide, en particulier au service dans la première manche, où elle a passé près de 80 % de premières balles et frappé six aces, Barty n’a laissé aucune chance à Garcia. La N.2 française, elle, n’a réalisé que trois points gagnants pour seize fautes directes, à comparer aux quinze et aux neuf de la N.1 mondiale. Jamais dans sa carrière, Garcia n’avait concédé « deux roues de bicyclette ».

Tomljanovic, d’origine croate mais rendue éligible moins d’un mois avant la finale par la Fédération internationale de tennis (ITF), jouait elle son premier match pour son pays d’adoption, à 26 ans, et a complètement écroulée sous le poids de l’enjeu.

« Je n’avais jamais ressenti ça, a-t-elle reconnu. C’est un sentiment difficile à expliquer, je l’ai senti dès la cérémonie (qui a précédé les matchs, NDLR), vous jouez pour quelque chose de beaucoup plus grand que le reste de l’année, c’est très particulier. »

Un succès français, le troisième après 1997 et 2003, viendrait, dès la première campagne de Julien Benneteau dans le rôle de capitaine, parachever la saison des retrouvailles entre Garcia et ses coéquipières, Mladenovic en particulier, après deux ans de brouille.

Les Françaises restent toutefois sur trois défaites en finale, en 2004, 2005 et 2016.

L’Australie, troisième nation la plus décorée avec sept titres, court, elle, après son premier trophée en Fed Cup depuis 45 ans (1974). Les joueuses d’Alicia Molik ont hissé leur pays en finale pour la première fois depuis vingt-six ans.

Cette finale sur la côte occidentale australienne est la dernière avant que la Fed Cup, à l’instar de la Coupe Davis depuis cette année, remise ses rencontres à domicile ou à l’extérieur et ses trois week-ends de compétition au long de l’année pour se concentrer autour d’une phase finale d’une semaine réunissant douze équipes dès 2020, au printemps à Budapest.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour les étudiants, la réussite partielle est progressivement entrée dans les mœurs.

    Universités: le taux de réussite est en baisse structurelle

  2. ©News

    Les bulletins des Diables rouges face à Chypre: De Bruyne homme du match, Carrasco dans tous les bons coups

  3. Edouard Delruelle, 56 ans, professeur de Philosophie à l’Université de Liège.

    Edouard Delruelle, un philosophe à la présidence des Mutualités socialistes

La chronique
  • Royaume-Uni: Levido et Milne, les faux frères ennemis des élections

    Par Marc Roche

    Deux personnages au visage banal, discrets jusqu’à la transparence, sans charisme, ni faconde, qui sont, dans l’ombre, les hommes clefs de l’élection législative du 12 décembre au Royaume-Uni. Et le symbole de la revanche des radicaux sur les tenants du juste milieu.

    L’Australien Isaac Levido, 35 ans, et l’Anglais Seumas Milne, 61 ans, sont les gourous électoraux respectivement de Boris Johnson et de Jeremy Corbyn. Les mécaniciens en chef de la bataille électorale détiennent beaucoup plus de puissance réelle que les membres du Cabinet ou du gouvernement fantôme. Ils ont l’accès le plus direct, le plus fréquent et le poids le plus perceptible auprès des deux principaux protagonistes du scrutin.

    Tout apparemment différencie les deux frères...

    Lire la suite

  • Colonies israéliennes: Trump s’assied sur le droit international

    Donald Trump aime créer la surprise. Lundi soir, il a cependant laissé à son fidèle secrétaire d’État Mike Pompeo le soin d’annoncer urbi et orbi que les États-Unis, soudain, changeaient d’avis sur la question des colonies israéliennes en territoires palestiniens occupés. Désormais, l’administration américaine estime que ces colonies ne sont pas, ou plus, contraires au droit international. Le tableau pourrait presque faire sourire : un milliardaire devenu président de la plus grande puissance au monde se lève un beau matin, et décide...

    Lire la suite