Le CEO de Charleroi Airport ne «s’oppose pas» à une taxe environnementale

Le CEO de Charleroi Airport ne «s’oppose pas» à une taxe environnementale
Belga

Je ne sais pas si cette ’honte de voler’ va prendre ici comme elle a pris dans les pays nordiques. Même sur de courtes distances...», déclare samedi le CEO de l’aéroport de Charleroi, Philippe Verdonck, dans les colonnes de La Libre.

«Ce mouvement écologiste existe, mais d’un autre côté l’Iata (NDLR: l’association internationale du transport aérien) a encore annoncé cette semaine que le trafic aérien allait doubler, si pas plus, d’ici 2035. Ce sont des informations contradictoires», poursuit celui qui dirige le 2e aéroport du pays depuis mai.

>Transport aérien: le nombre d’accidents mortels d’avion diminue

Il ne se dit «pas opposé» à une taxe environnementale ou sur le kérosène pour l’aérien, mais préconise une solution européenne. Au risque de voir des compagnies quitter la Belgique.

«On parle beaucoup du train pour remplacer les avions, mais les moyens manquent», pose-t-il encore. «Le train peut devenir un vrai concurrent sur certaines distances, mais cela dépend des destinations.»

>Plusieurs pays européens appellent à une taxation plus forte de l’aérien

Le CEO compare le niveau de son entreprise à celui de Brussels Airport. «Charleroi n’est plus un aéroport low cost: 65% de nos passagers qui partent le matin sont des passagers business. Oui, on a des compagnies low cost ici, tout comme Brussels Airport en a aussi désormais. Mais regardez nos bâtiments: on n’a plus rien à voir avec d’autres aéroports low cost qu’on peut voir en Europe».

Philippe Verdonck annonce par ailleurs que la tente de contrôle devant l’aéroport de Charleroi, mise en place après les attentats de Bruxelles, va être enlevée. Elle sera remplacée par un bâtiment en dur comprenant également des surfaces commerciales.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. © Mathieu Golinvaux.

    Arno à l’AB: un résumé parfait de ses 50 ans de carrière

La chronique
  • Pourquoi {une tête}, mais {un tête-à-tête}?

    Il est des questions de langue que des francophones natifs ne se posent guère, mais sur lesquelles des apprenants buttent. Dont celle-ci qui, je l’avoue, ne m’était jamais venue à l’esprit : pourquoi le composé tête-à-tête est-il un nom masculin, alors que tête est du genre féminin ? La pertinence de ce rapprochement saute aux yeux, mais est-ce une bonne manière d’aborder le problème ? Comment se détermine le genre des composés ? Vaste question, à traiter sans trop de prise de tête.

    Un bracelet-montre, mais une montre-bracelet

    Comme le précise Le bon usage (2026, § 178), une distinction est à faire entre deux types de composés. Il y a ceux dont le noyau est interne au composé lui-même : oiseau-mouche, un oiseau (noyau) qui, par sa taille, évoque une mouche ; voiture-bélier, une voiture (noyau) utilisée comme bélier ; wagon-restaurant, un wagon (noyau) aménagé pour servir de restaurant. La relation entre les...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite