NBA: Lillard marque 60 points dans une défaite, les Lakers au top (vidéo)

NBA: Lillard marque 60 points dans une défaite, les Lakers au top (vidéo)
AFP

Trois joueurs ont signé des performances individuelles remarquables vendredi dans le championnat NBA de basket. Malgré tout, leur équipe a mordu la poussière. Les Lakers ont signé de leur côté une 7e victoire de quoi occuper seul la tête des classements (7 v.-1 d.), un bilan qu’ils n’avaient plus affichés depuis 2010-2011.

Damian Lillard, le meneur de Portland, a inscrit son record de points en carrière (60), insuffisants face à Brooklyn et son duo de meneurs Kyrie Irving (33 pts) et Spencer Dinwiddie (34 pts). Au final, les Blazers ont perdu 115-119 et végètent à une inattendue 11e place à l’Ouest (3 v.-6 d.).

De retour de blessure, D’Angelo Russell a tenté à lui tout seul de mener Golden State sur le parquet de Minnesota. Sa fiche de stats impressionnante (52 pts, 9 reb, 5 ast, 3 stl, 2 blk en 40 minutes) n’a pas suffi. Les Timberwolves, grâce en bonne partie à Andre Wiggins (40 pts), ont émergé en prolongation 125-119. Les Warriors ne sont que 14es dans la « Western ».

Luka Doncic, en forme All-Star, a cumulé 38 points, 14 rebonds et 10 passes décisives et son compère Kristaps Porzingis 28 points et 9 rebonds. Pourtant Dallas n’a pas réussi à venir à bout des modestes New York Knicks 102-106. Du coup, les Mavericks (5 v.-3 d.) reculent du 2e au 8e rang dans l’Ouest.

Au sommet de cette conférence, les Los Angeles Lakers ont pu s’appuyer sur deux des cinq meilleurs joueurs de la NBA, LeBron James (25 pts, 6 ast, 4 reb) et le renfort arrivé cet été Anthony Davis (26 pts, 8 reb, 7 ast, 3 blk, 2 reb), et une défense bien présente face à Miami. Le Heat a été limité à 80 points tandis que les Lakers engrangeaient 95 unités dans le Staples Center.

Le champion NBA en titre Toronto, toujours sans bruit, a surclassé La Nouvelle-Orléans 104-122. Leur nouveau joueur-clé le Camerounais Pascal Siakam a été très inspiré (44 pts, 10 rbs).

Denver a réussi un « comeback » miraculeux de 21 points, grâce à un 4e quart remporté 35-13, et battu Philadeplphie 100-97. Le pivot serbe Nikola Jokic (26 pts dont 16 dans le dernier quart, 10 reb, 6 ast) a volé la vedette au Camerounais des Sixers Joel Embiid (19 pts, 15 reb).

Autre moment fort de la soirée, le tir à trois points juste avant le coup de sirène du Croate Bojan Bogdanovic (33 pts) qui a offert la victoire à Utah face à Milwaukee (103-100).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • BASKET EC 2021 QUALIFICATION BELGIUM VS LITHUANIA

    Par Stéphane Druart

    Basket

    Qualifications Euro de basket 2021: les Belgian Lions enchaînent

  • Jonathan Tabu. @Belga

    Par Stéphane Druart

    Basket

    Basket: les Lions veulent confirmer au Danemark

  • photo news

    Par Stéphane Druart

    International

    Dario Gjergja: «Je ne me sens pas étranger»

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Arnaud De Cremer

    Mobilité: rouler en voiture aux heures de pointe à Bruxelles coûtera (encore) plus cher

  2. Image=d-20160526-G7YUED_high

    Coronavirus: les médecins généralistes belges dénoncent un manque d’informations

  3. @AFP

    Ligue des champions: De Bruyne, le héros de Manchester City (vidéos)

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite