NBA: Lillard marque 60 points dans une défaite, les Lakers au top (vidéo)

NBA: Lillard marque 60 points dans une défaite, les Lakers au top (vidéo)
AFP

Trois joueurs ont signé des performances individuelles remarquables vendredi dans le championnat NBA de basket. Malgré tout, leur équipe a mordu la poussière. Les Lakers ont signé de leur côté une 7e victoire de quoi occuper seul la tête des classements (7 v.-1 d.), un bilan qu’ils n’avaient plus affichés depuis 2010-2011.

Damian Lillard, le meneur de Portland, a inscrit son record de points en carrière (60), insuffisants face à Brooklyn et son duo de meneurs Kyrie Irving (33 pts) et Spencer Dinwiddie (34 pts). Au final, les Blazers ont perdu 115-119 et végètent à une inattendue 11e place à l’Ouest (3 v.-6 d.).

De retour de blessure, D’Angelo Russell a tenté à lui tout seul de mener Golden State sur le parquet de Minnesota. Sa fiche de stats impressionnante (52 pts, 9 reb, 5 ast, 3 stl, 2 blk en 40 minutes) n’a pas suffi. Les Timberwolves, grâce en bonne partie à Andre Wiggins (40 pts), ont émergé en prolongation 125-119. Les Warriors ne sont que 14es dans la « Western ».

Luka Doncic, en forme All-Star, a cumulé 38 points, 14 rebonds et 10 passes décisives et son compère Kristaps Porzingis 28 points et 9 rebonds. Pourtant Dallas n’a pas réussi à venir à bout des modestes New York Knicks 102-106. Du coup, les Mavericks (5 v.-3 d.) reculent du 2e au 8e rang dans l’Ouest.

Au sommet de cette conférence, les Los Angeles Lakers ont pu s’appuyer sur deux des cinq meilleurs joueurs de la NBA, LeBron James (25 pts, 6 ast, 4 reb) et le renfort arrivé cet été Anthony Davis (26 pts, 8 reb, 7 ast, 3 blk, 2 reb), et une défense bien présente face à Miami. Le Heat a été limité à 80 points tandis que les Lakers engrangeaient 95 unités dans le Staples Center.

Le champion NBA en titre Toronto, toujours sans bruit, a surclassé La Nouvelle-Orléans 104-122. Leur nouveau joueur-clé le Camerounais Pascal Siakam a été très inspiré (44 pts, 10 rbs).

Denver a réussi un « comeback » miraculeux de 21 points, grâce à un 4e quart remporté 35-13, et battu Philadeplphie 100-97. Le pivot serbe Nikola Jokic (26 pts dont 16 dans le dernier quart, 10 reb, 6 ast) a volé la vedette au Camerounais des Sixers Joel Embiid (19 pts, 15 reb).

Autre moment fort de la soirée, le tir à trois points juste avant le coup de sirène du Croate Bojan Bogdanovic (33 pts) qui a offert la victoire à Utah face à Milwaukee (103-100).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour les étudiants, la réussite partielle est progressivement entrée dans les mœurs.

    Universités: le taux de réussite est en baisse structurelle

  2. ©News

    Philippe Albert: «La Belgique peut battre n’importe quelle équipe au monde sur un match»

  3. ©News

    Les bulletins des Diables rouges face à Chypre: De Bruyne homme du match, Carrasco dans tous les bons coups

La chronique
  • Royaume-Uni: Levido et Milne, les faux frères ennemis des élections

    Par Marc Roche

    Deux personnages au visage banal, discrets jusqu’à la transparence, sans charisme, ni faconde, qui sont, dans l’ombre, les hommes clefs de l’élection législative du 12 décembre au Royaume-Uni. Et le symbole de la revanche des radicaux sur les tenants du juste milieu.

    L’Australien Isaac Levido, 35 ans, et l’Anglais Seumas Milne, 61 ans, sont les gourous électoraux respectivement de Boris Johnson et de Jeremy Corbyn. Les mécaniciens en chef de la bataille électorale détiennent beaucoup plus de puissance réelle que les membres du Cabinet ou du gouvernement fantôme. Ils ont l’accès le plus direct, le plus fréquent et le poids le plus perceptible auprès des deux principaux protagonistes du scrutin.

    Tout apparemment différencie les deux frères...

    Lire la suite

  • Colonies israéliennes: Trump s’assied sur le droit international

    Donald Trump aime créer la surprise. Lundi soir, il a cependant laissé à son fidèle secrétaire d’État Mike Pompeo le soin d’annoncer urbi et orbi que les États-Unis, soudain, changeaient d’avis sur la question des colonies israéliennes en territoires palestiniens occupés. Désormais, l’administration américaine estime que ces colonies ne sont pas, ou plus, contraires au droit international. Le tableau pourrait presque faire sourire : un milliardaire devenu président de la plus grande puissance au monde se lève un beau matin, et décide...

    Lire la suite