Jonction Bruxelles-Midi: un second week-end de travaux débute

Jonction Bruxelles-Midi: un second week-end de travaux débute
Belga

Un second week-end consacré aux travaux de modernisation de la signalisation de Bruxelles-Midi a débuté et est prévu pour tout ce long week-end des 9, 10 et 11 novembre. Les opérations effectuées par Infrabel rendent la jonction Nord-Midi inaccessible depuis le Sud, ce qui a un impact sur l’offre de trains. Un plan de transport alternatif a cependant été élaboré afin de restreindre l’impact sur les voyageurs.

La signalisation à Bruxelles-Midi, qui gère l’un des noeuds ferroviaires les plus chargés et compliqués du pays, fonctionnait jusqu’ici avec une technologie électromécanique. Ce système doit être remplacé par un nouveau totalement informatisé, crucial notamment pour l’implantation du système de sécurité européen ETCS.

Le week-end dernier a vu les travaux bien avancer déjà. Ils ont même pris de l’avance sur le programme. Du jeudi soir 31 octobre au dimanche soir 3 novembre, quelque 300 personnes ont travaillé à la digitalisation de l’ensemble des 65 signaux ainsi que de 121 aiguillages sur les 170 à moderniser.

>Bruxelles-Midi en chantier du 14/10 au 11/11

Le planificateur de voyages est consultable sur le site http://sncb.be/ et l’app SNCB.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  2. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

  3. Le controversé Roman Polanski, par qui le scandale est arrivé.

    Le petit monde du cinéma français prépare sa révolution

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite