Facebook présente des excuses après des accusations de «racisme» de la part d’employés

Facebook présente des excuses après des accusations de «racisme» de la part d’employés
Reuters

Facebook a présenté des excuses suite à des accusations de culture raciste, en interne, par des employés issus des minorités qui estiment que le géant des réseaux sociaux « a un problème avec les collaborateurs qui ne sont pas blancs ».

« Personne chez Facebook, ou nulle part ailleurs, ne devrait avoir à supporter ce type de comportement. Nous sommes désolés », a réagi vendredi Bertie Thomson, vice-présidente en charge de la communication interne.

Jeudi, douze employés « passés et actuels » de Facebook ont publié anonymement sur la plateforme Medium un article où ils disent être « Tristes. Enervés. Oppressés. Déprimés. »

>Les Belges utilisent de moins en moins Facebook

Ils dénoncent une « culture hostile où tous ceux qui ne sont pas blancs se retrouvent à avoir peur de perdre leur emploi, ou peur pour leur sécurité s’ils font remonter les mauvais comportements ».

« Ce sont les petites actions qui s’accumulent avec le temps et construisent une culture où nous ne sommes là que pour servir de quotas, jamais pour être reconnus ou acceptés », continuent-ils. « Par contraste, nos collègues des populations de la majorité ont été élevés, célébrés et promus pour avoir accompli moins de travail que ce qui nous a été demandé. »

>Présidentielle 2020 aux Etats-Unis - Facebook informe ses investisseurs sur son plan pour les élections américaines

Ils donnent une série d’exemples anonymisés, relatant notamment des incidents avec des collègues ou des managers, sans expliciter le rôle joué par la couleur des personnes qui se sentent brimées.

Ils publient aussi des captures d’écran de messages tirés de Blind, « l’appli qui permet aux employés de Facebook de poster des expériences anonymes ».

>Facebook change de logo

Sur ces photos, on peut lire des messages comme « Ils (les Noirs) devraient se sentir privilégiés d’avoir été embauchés au nom de la diversité et d’avoir intégré l’entreprise après que nous ayons abaissé le niveau d’exigence » ou encore « Tous les tests de QI montrent que les Européens et les Asiatiques sont plus intelligents que toute population de Noirs ».

« Cela va contre toutes les valeurs de notre entreprise », a ajouté Bertie Thomson. « Nous écoutons et travaillons dur pour faire mieux ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour les étudiants, la réussite partielle est progressivement entrée dans les mœurs.

    Universités: le taux de réussite est en baisse structurelle

  2. ©News

    Les bulletins des Diables rouges face à Chypre: De Bruyne homme du match, Carrasco dans tous les bons coups

  3. Edouard Delruelle, 56 ans, professeur de Philosophie à l’Université de Liège.

    Edouard Delruelle, un philosophe à la présidence des Mutualités socialistes

La chronique
  • Royaume-Uni: Levido et Milne, les faux frères ennemis des élections

    Par Marc Roche

    Deux personnages au visage banal, discrets jusqu’à la transparence, sans charisme, ni faconde, qui sont, dans l’ombre, les hommes clefs de l’élection législative du 12 décembre au Royaume-Uni. Et le symbole de la revanche des radicaux sur les tenants du juste milieu.

    L’Australien Isaac Levido, 35 ans, et l’Anglais Seumas Milne, 61 ans, sont les gourous électoraux respectivement de Boris Johnson et de Jeremy Corbyn. Les mécaniciens en chef de la bataille électorale détiennent beaucoup plus de puissance réelle que les membres du Cabinet ou du gouvernement fantôme. Ils ont l’accès le plus direct, le plus fréquent et le poids le plus perceptible auprès des deux principaux protagonistes du scrutin.

    Tout apparemment différencie les deux frères...

    Lire la suite

  • Colonies israéliennes: Trump s’assied sur le droit international

    Donald Trump aime créer la surprise. Lundi soir, il a cependant laissé à son fidèle secrétaire d’État Mike Pompeo le soin d’annoncer urbi et orbi que les États-Unis, soudain, changeaient d’avis sur la question des colonies israéliennes en territoires palestiniens occupés. Désormais, l’administration américaine estime que ces colonies ne sont pas, ou plus, contraires au droit international. Le tableau pourrait presque faire sourire : un milliardaire devenu président de la plus grande puissance au monde se lève un beau matin, et décide...

    Lire la suite