Geert Bourgeois (N-VA): «Le PS veut augmenter les dépenses de 8 milliards et augmenter les impôts»

Geert Bourgeois (N-VA): «Le PS veut augmenter les dépenses de 8 milliards et augmenter les impôts»
Belga

La N-VA ne croit plus en une coalition fédérale l’associant au PS. Entre les deux partis, sur le « plan socio-économique, il y a un grand canyon », admet ainsi Geert Bourgeois, dont la mission royale de préformation avec le socialiste Rudy Demotte a pris fin en début de semaine. Dans un entretien au Tijd et à L’Echo, paru samedi, il relève aussi qu’il n’y a pas qu’entre ces deux formations que le fossé est profond.

Pour illustrer le grand écart séparant les socialistes des nationalistes, Geert Bourgeois cite la façon d’atteindre l’objectif d’un taux d’emploi à 80 %. « Le PS préfère doper l’emploi public et réduire le temps de travail avec maintien de salaire. Il ne veut pas d’une flexibilisation du marché du travail, ni d’une limitation dans le temps des allocations de chômage, ni de la suppression des prépensions. (…) Le PS veut augmenter les dépenses de 8 milliards d’euros et compenser cela par des augmentations d’impôts. »

« Ça ne va pas. Nous soutenons le relèvement des pensions les plus basses, mais nous n’allons pas relever massivement toutes les allocations et faire payer la facture par le Flamand, qui assume déjà 70 % des impôts dans ce pays », prétend l’ancien ministre-président flamand devenu député européen.

>Coalition fédérale : « Un gouvernement arc-en-ciel, l’alternative au chaos », selon Rudy Demotte

A ses yeux, il n’y a pas qu’entre les socialistes et la N-VA que le fossé est profond. « Nos propositions communautaires ont rencontré un certain intérêt au PS. Le parti compte dans ses rangs quelques régionalistes convaincus et depuis qu’Elio Di Rupo est ministre-président, les esprits mûrissent. Le problème est que le MR ne veut rien lâcher au plan communautaire et met la pression sur le PS. »

La Belgique existera-t-elle toujours dans cinq ans ? « En 2024, je pense que oui », répond-il. Et après ? « Nous verrons bien… »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’abaissement des cotisations sociales ne peut être suffisant pour augmenter le nombre de quinquagénaires et sexagénaires au travail.

    Pensions: et si allonger la carrière n’était pas la (bonne) solution?

  2. Gordon Sondland, l’ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’Union européenne, a confirmé dans sa déclaration préliminaire avoir imposé un «
quiproquo (donnant donnant)
» aux autorités ukrainiennes, sur ordre exprès du président américain.

    Destitution: Gordon Sondland, un témoignage catastrophique pour Trump

  3. Un patient infecté qui suit correctement son traitement peut en effet devenir «indétectable» et ne plus représenter de danger d’infection.

    Sida: comment gagner la bataille de la bithérapie

La chronique
  • Les tweets prolétariens du Vlaams Belang

    Les médias sociaux sont de toutes les époques. C’est une des conclusions d’un livre remarquable du professeur d’histoire, Maarten Van Ginderachter, de l’université d’Anvers. Dans son ouvrage The everyday nationalism of workers (Le nationalisme quotidien des travailleurs), il explique que le quotidien socialiste gantois Vooruit avait lancé à la fin du dix-neuvième siècle un « denier de la lutte », une liste d’abonnements pour soutenir la presse socialiste. Ce qui est intéressant à propos de ces listes, c’est que les donateurs pouvaient compléter leur don par une brève déclaration, généralement des messages courts ou 1 à 5 lignes dans un langage très familier. Ces déclarations étaient publiées dans une section séparée, et dans le Vooruit. Elles représentèrent rapidement jusqu’à un quart de l’espace total de la copie, publiée au moins deux fois par semaine, contenant à chaque fois plusieurs dizaines de déclarations.

    Une propagande efficace...

    Lire la suite

  • Un pays qui part à vau-l’eau

    Ce mercredi, tous les partis siégeant en commission santé du Parlement ont approuvé l’accord sur le financement supplémentaire dans le secteur hospitalier. C’est une très bonne nouvelle car cela implique du personnel supplémentaire dans les hôpitaux, mais aussi chez les infirmiers à domicile salariés. Celui qui a récemment côtoyé un hôpital ou reçu la visite d’un infirmier à domicile, a constaté leur stress et la pression qui les fait courir d’un patient à l’autre tout en conservant le sourire, car ils et elles savent que c’est un élément...

    Lire la suite