NRJ Music Awards: Angèle artiste féminine francophone de l’année, Roméo Elvis aussi récompensé (photos)

La chanteuse belge Angèle, qui cartonne avec son album Brol, a été désignée artiste féminine francophone de l’année, samedi soir, lors de la 21e cérémonie des NRJ Music Awards.

Le duo formé avec son frère Roméo Elvis a aussi été récompensé à Cannes pour le titre « Tout oublier ».

Angèle et son frère Roméo Elvis
Angèle et son frère Roméo Elvis - AFP

« Tout oublier », a valu à Angèle et Roméo Elvis de s’illustrer dans la catégorie « chanson francophone de l’année ». Tous deux étaient aussi en lice pour le duo francophone de l’année, qui a toutefois été remporté par Bigflo & Oli. Ces derniers ont aussi éclipsé les deux Belges en remportant l’award du meilleur clip, catégorie dans laquelle Angèle et Roméo Elvis étaient aussi en lice.

Bigflo et Oli
Bigflo et Oli - Photo News

La révélation francophone de l’année, récompense pour laquelle concourrait par ailleurs Roméo Elvis, est Bilal Hassani qui avait représenté la France à l’Eurovision plus tôt cette année.

Le titre d’artiste masculin francophone de l’année a été attribué à M. Pokora pour qui il s’agit du 12e trophée.

Christina Milian et Matt Pokora
Christina Milian et Matt Pokora - Photo News

Ed Sheeran a quant à lui été élu artiste masculin international de l’année, son équivalent féminin étant Ariana Grande.

La chanteuse Lady Gaga et le comédien Bradley Cooper ont été élus duo international de l’année.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. © Mathieu Golinvaux.

    Arno à l’AB: un résumé parfait de ses 50 ans de carrière

La chronique
  • Pourquoi {une tête}, mais {un tête-à-tête}?

    Il est des questions de langue que des francophones natifs ne se posent guère, mais sur lesquelles des apprenants buttent. Dont celle-ci qui, je l’avoue, ne m’était jamais venue à l’esprit : pourquoi le composé tête-à-tête est-il un nom masculin, alors que tête est du genre féminin ? La pertinence de ce rapprochement saute aux yeux, mais est-ce une bonne manière d’aborder le problème ? Comment se détermine le genre des composés ? Vaste question, à traiter sans trop de prise de tête.

    Un bracelet-montre, mais une montre-bracelet

    Comme le précise Le bon usage (2026, § 178), une distinction est à faire entre deux types de composés. Il y a ceux dont le noyau est interne au composé lui-même : oiseau-mouche, un oiseau (noyau) qui, par sa taille, évoque une mouche ; voiture-bélier, une voiture (noyau) utilisée comme bélier ; wagon-restaurant, un wagon (noyau) aménagé pour servir de restaurant. La relation entre les...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite