L’écologiste belge Evelyne Huytebroeck devient co-présidente du Parti vert européen

Evelyne Huytebroeck
Evelyne Huytebroeck - Belga

L’ex-ministre bruxelloise Evelyne Huytebroeck (Ecolo) a été élue dimanche co-présidente du Parti vert européen. Le vote a eu lieu à Tampere (Finlande) lors du Conseil bisannuel de cette fédération politique, qui rassemble des partis écologistes issus des quatre coins de l’Europe.

Evelyne Huytebroeck occupera sa nouvelle fonction aux côtés de l’Autrichien Thomas Waitz, un ex-député européen spécialisé en matière d’agriculture et d’alimentation durable.

« À l’heure des urgences climatiques, des victoires de nombreux partis verts en Europe et dans le monde, il est important de renforcer la collaboration entre les écologistes au-delà des frontières nationales. Je veux aussi poursuivre notre ouverture vers la société civile et toutes celles et ceux qui agissent pour une vraie transition vers un monde plus vert et durable », a déclaré l’écologiste belge, citée dans un communiqué d’Ecolo.

Au Parlement européen, les Verts siègent avec les députés régionalistes de l’Alliance libre européenne au sein du groupe Verts/ALE. Ce dernier est coprésidé par le Belge Philippe Lamberts et l’Allemande Ska Keller.

Sur le même sujet
Evelyne HuytebroeckÉcolo
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. delalb

    Le roi Albert II reconnaît être le père de Delphine Boël, quel nom portera-t-elle?

  2. La technologie ADN permettrait d’étendre ce vaccin à d’autres souches de virus.

    Vaccin anticoronavirus: la course contre-la-montre

  3. POLITICS PARTY MEETING PS

    Coalition fédérale: le PS dévoile les propositions «imbuvables» de la N-VA

La chronique
  • Brux-ils Brux-elles : une priorité, la lutte contre les discriminations

    En filigrane de l’affaire Kir ne pouvait-on lire un peu de communautarisme ? Et faire le procès de l’un n’équivalait-il pas à ouvrir celui de l’autre ? La question s’est posée lors de chacune des (nombreuses) discussions avec des élus, socialistes mais pas que, des experts, de la communauté turque mais pas que… Avec, à plusieurs reprises, cette réponse, cinglée : « c’est le procès de la diversité que vous faites, et ça, c’est hors de question ». Non, il n’était, évidemment pas question de faire le procès de la diversité. C’est donc que le terme était mal choisi…

    Apparu dans la langue française au cours des années nonante, le mot « communautarisme » se hisse régulièrement dans les statistiques hautes d’occurrence sur le web et fait l’objet de nombreuses recherches académiques. Fabrice Dhume, sociologue, chercheur à Paris Diderot, s’est livré à une véritable enquête sur ce qu’il qualifie « de...

    Lire la suite

  • La leçon des «Sardines»: le populisme n’est pas une fatalité

    On dit souvent que l’Italie constitue le laboratoire politique de l’Europe. Et en Italie, Bologne apparaît comme le laboratoire du laboratoire. C’est dans la capitale émilienne, en effet, que le Parti communiste avait pris, à l’époque, ses distances avec Moscou. C’est là aussi que Romano Prodi avait inventé « l’Olivier », l’union de la gauche copiée un peu partout sur le continent. C’est là, encore, sur la place centrale, que Beppe Grillo avait lancé...

    Lire la suite