L’historien russe Oleg Sokolov avoue avoir tué et démembré sa jeune compagne

L’historien russe Oleg Sokolov est un admirateur de Napoléon
L’historien russe Oleg Sokolov est un admirateur de Napoléon - AFP

Le célèbre historien russe Oleg Sokolov, arrêté samedi par la police russe qui l’a sorti d’une rivière avec un sac à dos contenant deux bras de femme, a confessé avoir tué et démembré sa jeune compagne, a affirmé son avocat dimanche.

Le grand spécialiste de Napoléon était apparemment ivre lorsque les policiers l’ont sorti samedi matin de la rivière Moïka, à St-Pétersbourg, l’ancienne capitale impériale de la Russie, porteur d’un sac à dos dans lequel se trouvaient deux bras de femme et un pistolet d’alarme.

Il serait tombé dans la rivière où il comptait jeter des parties du corps, selon les médias locaux, et aurait reconnu avoir eu l’intention de se débarrasser du corps puis de se suicider publiquement, habillé en Napoléon.

Le corps démembré

« Il a reconnu sa culpabilité », a déclaré Alexandre Potchouev, son avocat, ajoutant que l’historien de 63 ans, actuellement hospitalisé et traité pour hypothermie, avait assuré regretter son acte et être prêt à coopérer avec la police.

Il aurait reconnu avoir tué sa compagne, une de ses anciennes étudiantes de 24 ans avec laquelle il avait co-signé plusieurs livres, lors d’une dispute, puis avoir coupé sa tête, ses bras et ses jambes pour tenter de s’en débarrasser, toujours selon les médias.

Ce titulaire d’une chaire d’histoire à l’université de St-Pétersbourg, auteur de plusieurs livres, était également employé en France comme conseiller par l’Issep, l’école fondée par l’ancienne députée d’extrême droite Marion Maréchal, qui l’a limogé immédiatement à l’annonce de son arrestation.

Cet admirateur de Napoléon était, selon ses étudiants, un professeur talentueux, qui parlait français et pouvait interprêter les rôles aussi bien de Napoléon que de ses généraux. Il s’était d’ailleurs déplacé en Belgique en 2015 à l’occasion du bicentenaire de la Bataille de Waterloo. Mais il leur semblait aussi « bizarre », aimant s’habiller en Napoléon, appelant sa compagne « Joséphine », et aimant se faire appeler « Sire ».

Sa compagne, Anastassia Echchenko, âgée de 24 ans, était également passionnée de l’ère napoléonienne et aimait elle aussi porter des costumes d’époque.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Les derniers vrais grands accords en Belgique datent de la fin des années nonante. Depuis, ce pays est complètement paralysé.
» © Dominique Duchesnes.

    Hendrik Vuye: «Vous avez eu Leterme, puis De Wever, demain vous aurez Van Grieken…»

  2. Cette Congolaise de 36 ans, Kavugho Mbafumoja, ici à l’hôpital général de Beni ce 3 décembre, a survécu à une attaque d’un groupe armé.

    L’est du Congo, nouvelle cible du combat djihadiste

  3. MELANIE DEBIASIO ©DOMINIQUE DUCHESNES

    Les Racines élémentaires de Melanie De Biasio: «J’ai perdu ma voix, j’ai vécu le pire, ça m’a rendu forte»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite