Formation fédérale: Paul Magnette a terminé son premier tour de table et fera le point lundi

Formation fédérale: Paul Magnette a terminé son premier tour de table et fera le point lundi
Belga

L’informateur royal Paul Magnette tiendra une conférence de presse lundi à 15h à la Chambre, suivie d’une courte séance de questions-réponses, a annoncé dimanche son porte-parole. La conférence aura lieu dans la salle Jacques Brel (anciennement salle Internationale). Paul Magnette, désigné mardi dernier informateur par le Roi, a consulté ces derniers jours dix partis dans le cadre de sa mission. Outre les huit formations jusqu’ici impliquées dans le processus – le PS, la N-VA, le MR, le CD&V, l’Open VLD, Ecolo, Groen et le SP.A-, il a aussi rencontré le CDH et DéFI.

A partir des priorités des différents partis, Paul Magnette avait expliqué la semaine dernière qu’il espérait dégager des convergences sur quatre ou cinq points et non un nombre trop vaste de sujets. Fidèle à sa méthode, l’informateur ne s’était pas prononcé sur une préférence de coalition même s’il avait précédemment, en tant que dirigeant socialiste, souligné à quel point son parti et la N-VA étaient éloignés.

Une coalition « bourguignonne » – associant libéraux, socialistes et la N-VA – paraît en tout cas plus complexe que jamais à atteindre. Tant le PS, que la N-VA, ne semblent plus croire à cette piste. Sur le « plan socio-économique, il y a un grand canyon » entre les deux partis, a insisté samedi l’ex préformateur, Geert Bourgeois (N-VA) dans la presse. Pour le PS, l’autre ancien préformateur, Rudy Demotte, a estimé que la mise sur pied d’un gouvernement arc-en-ciel constituerait « l’alternative au chaos » alors que la N-VA a déposé sur la table des propositions institutionnelles inacceptables pour les socialistes.

Vers une coalition « arc-en-ciel » ?

Arithmétiquement, une coalition « arc-en-ciel » rassemblant les socialistes, les écologistes et les libéraux, auxquels se joindrait éventuellement le CD&V, dispose d’une majorité à la Chambre mais pas dans le groupe linguistique néerlandophone. Or, tant pour le CD&V que l’Open VLD, cet obstacle semble difficilement surmontable pour le moment. Qui plus est, ces deux partis se sont alliés à la N-VA pour constituer le gouvernement flamand.

Dimanche, le ministre flamand Bart Somers (Open VLD) a rappelé la position de son parti consistant à dire qu’une bourguignonne serait certes difficile à mettre en place, tout en précisant qu’un arc-en-ciel le serait plus encore. Il n’a toutefois pas exprimé de véto sur un gouvernement fédéral minoritaire en Flandre, se bornant à le qualifier de « non souhaitable ». M. Somers a par ailleurs rappelé que le gouvernement fédéral sortant était minoritaire du côté francophone. « On fait un gouvernement flamand avec des partis flamands et un gouvernement fédéral avec les partis qui sont au fédéral », a-t-il conclu.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Patrick Dewael (Open-VLD), président de la Chambre, est l’un des noms qui circulent pour monter en première ligne.

    Négociations fédérales: qui va monter? Plusieurs noms circulent

  2. d-20191208-3XNE16 2019-12-08 09:11:53

    Le bulletin climatique de la Belgique continue à se dégrader

  3. Le succès des universités francophones est incontestable et la tendance s’inscrit dans le long terme.

    Enseignement supérieur: toujours plus d’étudiants dans les universités francophones

La chronique
  • La grande misère du choix électoral

    Le point qui a le plus surpris dans l’interview que Marc Uyttendaele et moi-même avons donnée au Soir le 23 novembre est apparemment la perspective d’organiser un référendum sur le cadre institutionnel de la Belgique.

    De fait, il y avait de quoi être surpris. Je ne suis pas un partisan déclaré du référendum, et je me rappelle fort bien Marc Uyttendaele, en 1993, s’opposant farouchement, comme Xavier Mabille, à l’idée de demander au peuple de se prononcer sur le cadre fédéral dans lequel basculait officiellement la Belgique à l’époque.

    Je ne veux pas revenir, ici, sur le référendum en tant que tel, qui est à mes yeux un procédé de la dernière chance en...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: l’insulte! Bon sang, mais c’est bien sûr!

    Mais comment n’y ont-ils pas pensé plus tôt ? Les conseillers du Roi avec leurs « Et que je vous sers le café. Et que je vous écoute patiemment »… et Paul Magnette qui fait des vidéos expliquant qu’il recherche « des solutions constructives pour tous, de Zeebruges à Arlon et d’Eupen à Mouscron », en français et en néerlandais ? Que dire des Vande Lanotte, Reynders, Bourgeois et Demotte engoncés dans de chics costumes pour faire honneur à la fonction ?

    ...

    Lire la suite